19 fermetures de classes programmées dans le Lot

Source : communiqué du CCSEV (Collectif citoyen de sauvegarde des écoles de village du Lot), mis en ligne le 3 février 2017

Ccsev 3Malgré l'annonce d'aucun retrait de poste pour la rentrée 2017, la redistribution des moyens se traduit encore et à nouveau plus que jamais par la volonté de suppremer 19 classes !

Souvent des écoles, autant de services publics indispensables à nos enfants et nos territoires.

Voici la liste des fermetures de classes par circonscription :

CAHORS 1 :
Cours (Bellefont-La Rauze)
Gréalou (élémentaire)
Limogne en Quercy
Cahors M. Durand (Croix de fer)

CAHORS 2 :
Parnac
RPI Duravel /Touzac/Vire/Soturac
RPI Montcabrier/Saint Martin le Redon
Puy L'Evêque (élémentaire)
Montcuq (Belmontet)

Ccsev 2FIGEAC :
RPI Planioles/Camburat et RPI Fons/Cardaillac
RPI Prudhomat/ St Michel Loubéjou (Prudhomat) retrait conditionnel si pas de regroupement avec Loubressac
RPI Leyme / Molières (Molières)
Aynac
Lacapelle Marival (maternelle)
Livernon
Sousceyrac en Quercy
St Laurent les Tours


GOURDON :
RPI Cavagnac/Les 4 Routes/St Michel de Bannières (Cavagnac)
RPI Le Vigan/St Projet (St Projet)

 

Le DASEN estime que "les classes avec des effectifs inférieurs ou égaux à 18,7 élèves doivent fermer" et que "par ailleurs, dans 33 situations, en RPI et hors RPI, l'effectif serait fragilisé, ce qui représenterait 70 écoles pour lesquelles le clignotant orange est allumé"  (article La Dépêche du 19/01/2017).

Le collectif dénonce ce seuil arbitraire de 18,7 élèves par classe.

Le collectif dénonce ce chiffre de 70 écoles dites fragilisées sans aucune autre appréciation portant sur l'éloignement, le transport, le territoire, sur les dynamiques propres à chaque école, les projets pédagogiques, les implications des professeurs dans leurs classes : nos enfants, nos enseignants, nos territoires méritent mieux que cette obstination purement comptable.

 

Nous appelons chacune et chacun à se mobiliser et à la solidarité pour défendre les écoles viables et vivantes pour nos enfants, nos territoires !

 

Le Collectif a reçu en novembre dernier un document (voir ci-dessous) dont vous saisirez toute l'importance pour l'avenir de nos écoles et de la ruralité. Ce document a été rédigé par les services du DASEN pour être projeté à l'occasion de la réunion du comité de pilotage en vue du futur maillage territorial des écoles du Lot, qui s'est réuni le vendredi 25 novembre 2016. Le collectif CCSEV n'a jamais été invité à ces comités de pilotage, mais remercie les sources de confiance qui permettent dès à présent de publier ce document.

Le contenu de ce diaporama peut être divisé en 4 parties :

-- une situation comparée des effectifs des élèves, des classes et des écoles dans le département du Lot (pages 2 et 3)

-- un comparatif des indicateurs utilisés par l'éducation nationale (pages 4 à 6) :

l'indicateur P/E correspond au nombre de postes d'enseignants pour 100 élèves.

l'indicateur E/C correspond au nombre d'élèves par classe en moyenne dans le département.

À la lecture des cartes présentées, contrairement à un discours à charge du DASEN à l'égard de notre département, nous pointant systématiquement comme ayant des indicateurs catastrophiques, il apparaît que nombres d'autres départements présentent des chiffres semblables à nous, voire traduisant une ruralité encore plus forte que dans le Lot :

Aujourd'hui, le département du lot est dans la moyenne des départements ruraux.

Chaque indicateur P/E ou E/C traduit une géographie, une spécificité de chaque département. Vouloir les standardiser, les unifier revient à ignorer, à dénigrer ces territoires. Ces indicateurs sont la traduction d'une réalité physique des territoires ruraux et en aucun cas un prétexte a fermer aveuglement des écoles rurales.

 

-- Les chiffres en page 8 témoignent d'un déficit flagrant de postes dans notre département. Le retrait inéquitable et injustifié de 6 postes en 2016, et ce en regard des dotations nationales étonnamment généreuses (voir carte et article) réduit aussi l'ambition de scolarisation des moins de 3 ans, le nombre d'enseignants remplaçants pourtant si nécessaires.

Pour information, le poste "plus de maîtres que de classes" créé en 2015 à Puy L'Êvèque a été supprimé dès la rentrée 2016 ! Ces postes pourtant si médiatisés ne seraient-ils pas des leurres ?

-- des propositions sous forme de cartes des projections territoriales (pages 9 à 40) dévoilent une volonté de concentrations de RPI qui traduisent pour beaucoup d'entre elles, une méconnaissance flagrantes de la géographie des territoires, et des temps de transports incompressibles qui s'y rattachent. Chaque nouveau RPI concentré verra la fermeture d'au moins une école. Demain, devra-t-on demander aux enfants de doubler leur temps de transport pour continuer de supprimer des écoles rurales ?

Comment justifier de telles proposition au regard de l'intérêt des enfants ?

Le collectif CCSEV vous invite à la plus grande vigilance, à vous saisir de ces informations, et à engager dès à présent réflexions et actions pour défendre vos écoles rurales !

Faites nous remonter toutes vos infos par mail

Contact du collectif : ccsev46@free.fr

Blog : http://ccsev.over-blog.com

Diaporama_DASEN Novembre 2016 by Laurent Cougnoux on Scribd

 

Rechercher sur ce site

Utilisez le moteur  ci-dessous pour effectuer des recherches sur le site du Lot en Action (plus de 6 000 articles en ligne depuis février 2009)

 

 

 

 

 

 

 

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir, montant libre, de 1€ à un million de dollars !

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (1)

1. Interrogation 19/02/2017

Hello. Je m'interroge sincèrement sur ce débat. Il me semble (de mon point de vue) que parfois on généralise sans regarder au cas par cas ce qui se trame.

Pour Fons par exemple : Faut-il garder une classe à 3 niveaux dans un tout petit village ? Quand il est possible de mutualiser les moyens sans nuire à l'intérêt de l'enfant et des familles (c'est le plus important pour moi), cela me parait étrange. Non seulement, cela coute de l'argent aux contribuables qui ne savent que se plaindre des impots. Mais cela permettrait également de limiter la facture écologique (chauffage et cie), puisque de toute façon les trajets des familles correspondent à la proposition de regrouper avec Planioles (si je ne me trompe).

De manière plus générale sur ce sujet de regroupement/fermeture, est-ce que les élus ne sont pas un peu trop consensuels avec leurs administrés contre le bien commun dans le but de sauvegarder leur électorat ? Surtout dans ce contexte rural où les gens parlent.

Par contre, il est clair que l'argument "plus de démocratie" est tout à fait recevable. La décision ne doit pas être imposée brutalement. Mais il est vrai qu'il faut aussi éviter le statu quo. Il y a bien des choses à inventer pour vivre ensemble...

Pour finir, je voudrais dire :
Toute proposition n'est pas forcément mauvaise. Il faut bien sur être vigilent quand les pouvoirs publiques dérapent, mais il faut aussi garder assez de souplesse d'esprit pour ne pas TOUT refuser de prime abord par principe.

Voilà, je voulais simplement vous faire part de mon avis qui n'est pas celui de mon voisin et qui laisse libre quiconque de me répondre et d'exposer ses contre-arguments. Je ne suis pas fermé. J'ai vraiment envie de comprendre.

ps : est-ce que coté LEA, vous pourriez étudier au cas par cas les enjeux de chaque fermeture/regroupement ? Il y a pas mal de parents qui s'interrogent. Y voir clair serait pas mal.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org