De plus en plus de nanoparticules dans l'alimentation

Article publié dans le numéro de novembre (n°105), par Le Bulot (Laurent Cougnoux), mis en ligne le 27 novembre 2016

Coup de gueule nanoparticules et alimentation 2L'utilisation des nanoparticules dans l'alimentation industrielle se généralise, alors que nous n'avons que très peu de recul sur leurs effets sanitaires. Pire, les rares études scientifiques publiées tirent la sonnette d'alarme. L'association Agir pour l'environnement vient de publier une enquête inquiétante et va très prochainement proposer un site pour répertorier les produits concernés. Le boycott et la diffusion de l'information s'imposent...

Une enquête de l’association Agir pour l’environnement révèle que plus de 100 produits destinés aux enfants contiennent le colorant alimentaire E171. Derrière ce code se cache le dioxyde de titane qui contient des nanoparticules d’un diamètre moyen de 100 à 130 nanomètres, classé comme cancérigène probable par le Centre international de recherche sur le cancer. « Les particules de taille extrêmement petite (un milliardième de mètre) ont la capacité de franchir les barrières physiologiques (intestins, cerveau, reins…), de pénétrer dans l’organisme et de s’y accumuler ».

Pour le journaliste Roger Lenglet « il s'agit d'une bombe sanitaire dans la mesure où ces particules peuvent avoir des effets mutagènes, cytotoxiques, cancérigènes, voire même neurotoxiques (1). Les enfants sont en première ligne : ils ingurgitent deux à quatre fois plus de titane que les adultes du fait de leur consommation de sucreries ».

Coup de gueule nanoparticules et alimentation webOr l'étiquetage des nanoparticules dans l'alimentation est, en théorie, obligatoire depuis décembre 2014, conformément au règlement européen INCO qui oblige les fabricants à apposer la mention « nano » entre crochets avant le nom de l'ingrédient concerné. Selon l'association Avicen (2) « la pression des lobbies industriels pour un allègement de cette obligation a retardé l’entrée en vigueur de cette mesure. A notre connaissance, aucune mention [nano] ne figurait en tout cas en juin 2016 sur les étals français ».

Plus de 100 confiseries sont concernées, dont les bonbons Têtes brûlées, Elodie, Fizzy, chewing-gum Airwaves, Hollywood, Freedent, Malabar, confiserie M&M’s, Skittles, gâteaux LU, chocolats Milka, décorations gâteaux Vahiné...

Rappelons qu'en juin dernier Agir pour l'environnement avait déjà tiré la sonnette d'alarme en publiant des analyses portant sur quatre produits alimentaires, choisis au hasard, qui contenaient soit du dioxyde de titane, soit du dioxyde de silice (E551) : Lu Napolitain signature chocolat, les chewing-gums Malabar, le mélange d'épices pour guacamole de marque Carrefour et la blanquette de veau William Saurin.

Face à l’omerta qui règne sur le sujet, Agir pour l’environnement (3) publiera courant novembre une base de données des biens de consommation contenant des nanoparticules, en commençant par le secteur alimentaire. Cet inventaire sera enrichi au fur et à mesure des contributions des « détectives nano ». Seront répertoriés les produits dans lesquels des nanoparticules ont déjà été détectées et les produits “suspects”, contenant des additifs susceptibles de contenir des nanoparticules (E171, E172, E551 et E552). Des “détectives nano” arpenteront les rayons des magasins pour décrypter les étiquettes des produits. Ce site permettra également aux consommateurs de questionner facilement les fabricants sur leurs pratiques en matière de nanotechnologies.

Au moment où nous bouclons ce numéro le site n'est pas encore en ligne, mais nous reviendrons sur cette initiative.

 

Notes

(1) Lire l'entretien avec Bernard Lenglet, publié sur le site de Basta Mag : http://bit.ly/2eThTgz

(2) Avicen : les enjeux des nanosciences et des nanotechnologies : http://avicenn.fr

(3) Site de l'association : www.agirpourlenvironnement.org

Commentaires (1)

1. Vidal (site web) 01/12/2016

Que font nos responsables politiques déconnectés du peuple et de la réalité, qui seront pourtant un jour responsables de crime contre l'humanité.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org