Réunion publique Gaz de schiste

Villefranche. Le gaz de schiste explose avant l'heure

enquête

Le Lot est déjà mobilisé, ce vendredi devrait voir la constitution d'un comité de l'Ouest Aveyron./Photo DDM.
Le Lot est déjà mobilisé, ce vendredi devrait voir la constitution d'un comité de l'Ouest Aveyron./Photo DDM.
Le Lot est déjà mobilisé, ce vendredi devrait voir la constitution d'un comité de l'Ouest Aveyron./Photo DDM.

Il y a eu la mobilisation avec tambours et trompettes du Larzac- elle a fait dire au président de Région Martin Malvy qui d'ailleurs demande, au titre du principe de précaution, l'abrogation des permis adoptés et l'arrêt de l'instruction de ceux en cours autour du gaz de schiste : « délivrer des permis sur le plateau du Larzac, c'est mal connaître l'histoire de France. » Une levée de boucliers immédiate sur fond de front du refus. Pas pour le simple fait de dire non. Mais en voulant faire toucher du doigt, les risques qu'impliquerait cette extraction de gaz de schiste dans des profondeurs oscillant entre 2 et 4 000 mètres par un système de fracturation, nécessitant des millions de litres d'eau additionnés à un mélange de produits chimiques toxiques. Désormais, avec le « Permis de Cahors » (la Dépêche du 1er mars) cela concerne aussi trois cantons du Villefranchois (Villefranche, Villeneuve et Najac). Ici aussi, s'ébauchent autant de demande d'explications que des besoins de réponses concrètes.

Les précédents créés en 2 000 et 2 008 avec la possible installation d'un centre de stockage de déchets radioactifs dans le sous-sol granitique de Sanvensa reste dans bien des mémoires. « Dans les deux cas, rappelle Guy Pezet président de Sérènes Sereines, le refus unanime des citoyens et des politiques a fait échec à ces projets. » Et de persifler : « nous ne savions pas si riches et attractifs, mais par ces temps de crise énergétique, les recherches et les spéculations autour de ce secteur se multiplient, sans préoccupation des conséquences environnementales comme les émanations de CO2 au Canada. » Il rappelle qu'« En France, c'est le ministre du Grenelle, qui a signé durant l'été 2 010, en catimini médiatique, des permis d'exploration de ces fameux gaz de schiste, à des sociétés privées américaines. » Pour lui, aussi, « la suspension de trois mois décidée par le gouvernement est un leurre cherchant à désamorcer la contestation, l'organisation des résistances. » Le collectif Lotois, de son côté, dénonce en particulier « l'absence totale d'information de la population » et pointe « les conséquences environnementales désastreuses (pollution des réserves d'eau potable, du sol et des sous-sols). Il s'indigne également de « l'aberration énergétique que génère ce projet et la fuite en avant que ce choix représente à l'heure de la lutte contre le changement climatique ».

C'est ce vendredi soir à l'initiative d'ATTAC , salle e la amdeleine à 20 h30 qu'aura lieu un réunion d'informatio et débat, autour de la projection du documentaire de Josh Fox «Gasland».


Risques de pollution pour le sous-sol

De son côté, ATTAC Villefanche a ssoumis à deux géologues -qui ne pourront être présents ce soir- l'interrogation posée par des villefranchois concernant d'éventuels risques liés à la faille.

Jean-Guy Astruc, qui connaît parfaitement le sous-sol de la région puisqu'il en a dressé les cartes géologiques, a répondu que le risque n'était pas lié à la faille, mais à une possible pollution des réserves aquifères du karst.

Propos confirmés par Thierry Pélissier (en outre spéléologue) qui parle d'un danger de pollution des eaux souterraines à la fois en dessus des niveaux exploités (par manque d'étanchéïté des forages) et en dessous car la fracturation peut faire remonter des gaz ou des liquides polluants à travers les marnes et argiles, jusqu'aux réservoirs aquifères.

Le Comité Scientifique du Parc naturel régional des Causses du Quercy, auquel appartiennent ces deux géologues, a pris position contre le projet d'exploration et l' exploitation des gaz de schiste.


repères

Le chiffre : 4

mars > ce soir à la Madeleine. Ce soir réunion d'information et débat à la madeleiene autour du film « Gasland » organisé par ATTAC animé par Patrick Herman du collectif sud Aveyron et Laurent Cougnoux du collectif du Lot.

« La suspension de trois mois décidée par le gouvernement est un leurre cherchant à désamorcer la contestation, l'organisation des résistances

Guy Pezet Serènes Sereines

Salle de la Madeleine Villefranche de Rouergue

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org