La gazéification de traverses de chemin de fer devient possible

Le Lot en Action. 7 décembre 2011 par Bluboux

Pour ceux qui ne connaissent pas la  problématique de la pollution à la créosote, nous vous invitons à lire notre dossier. La SNCF et la société Sydénergie travaillent de concert à l'élimination des anciennes traverses de chemin de fer, qui ont été traitées avec de la créosote. Outre les problèmes de pollution sur le chantier de la SNCF à Biars (le site ne respecte pas les normes), la société Sydénergie "récupère" les anciennes traverses, classée par la législation comme "déchets dangereux" et les transforme en charbon de bois pour les barbecues, vendu dans les grandes surfaces. Tout cela avec la complicité des services de l'Etat qui ne trouvent absolument rien à redire à cette ignominie.

Vous trouverez ci-dessous un article paru sur Enerzine, qui nous fait part d'une technique, développée par une entreprise belge, qui permettrait de produire du gaz à partir des anciennes traverses, tout en respectant les normes environnementales. Si cette technique s'avère efficace, une remarques me vient immédiatement à l'esprit :

La société en question risque fort de récupérer tout le marché de l'élimination de ces déchet, puisque la SNCF (et RFF) ne sont pas particulièrement "à l'aise" sur le sujet de leurs petits arrangements avec la société Sydénergie. Mais cette dernière leur offrant jusqu'alors  la possibilité de transformer leurs déchets dangereux en matière première valorisée, les économies réalisées permettaient de faire taire leurs scrupules. Si au lieu de fermer les yeux sur des méthodes plus que contestables, l'Etat avait fait appliquer la loi et le bon sens, nous aurions probablement déjà développé des techniques analogues, ce qui nous aurait permis de garder ce marché fort prometteur en France,  compte tenu du nombre d'anciennes traverses à éliminer...

La gazéification de traverses de chemin de fer devient possible 

La gazéification de traverses de chemin de fer devient possibleAlors que les traverses de chemin de fer sont des déchets fortement contaminés pour lesquels peu de solutions d'éliminations existent, une technologie de gazéification proposée par la société XYLOWATT a réussi à passer les tests les plus drastiques en terme d'émissions, bien au-delà des normes incinérations.

Ainsi, un premier projet de traitement de 5.000 tonnes/an de traverses de chemins de fer verra le jour à Bruxelles en 2013, où le bois sera transformé en énergie "verte". Ce nouveau processus de gazéification des billes de chemin de fer mis au point par la société belge XYLOWATT (Charleroi) constitue un potentiel énorme touchant un vaste marché.

En effet, les billes de chemin de fer usagées, comme beaucoup d'autres bois imprégnés à la créosote, sont une ressource largement répandue dans le monde mais difficilement valorisable à cause de leur teneur élevée en polluant potentiellement toxique pour l'environnement et la santé humaine. L'Union européenne a fortement réduit les possibilités de revalorisation des traverses de bois en classant ce déchet dans la catégorie des déchets dangereux, ce qui nécessite des installations spécifiques pour leur traitement et leur élimination.

NOTAR®, destructeur de créosote


La créosote est un produit de synthèse goudronneux historiquement utilisé pour allonger la durée de vie des traverses de chemin de fer. Imprégnées de créosote, les traverses de bois sont protégées durablement de l'humidité et des intempéries. Mais lors de leur séjour d'une quarantaine d'année sur les voies de chemin de fer, elles ont tendance à accumuler les métaux lourds provenant des caténaires. C'est ainsi qu'en fin de vie, les billes de chemin de fer doivent être éliminées plutôt que valorisées en combustion car leur imprégnation en métaux lourds et en créosote en rend l'utilisation impossible dans les chaudières classiques.

Or, depuis 2007, la société commercialise un gazogène spécifiquement conçu pour détruire les goudrons et produire un gaz propre en sortie de l'installation. Cette technologie exclusive a également pour effet de détruire la créosote lors du processus de gazéification et de concentrer les métaux lourds dans les cendres.

Selon XYLOWATT, ses gazogènes sont à ce jour "les seuls en Europe à proposer une technologie industriellement qui combine à la fois le captage des métaux lourds et la destruction de la créosote."

Afin de le prouver expérimentalement, des tests de gazéification de billes de chemin ont été effectués sur le Test Gasification Plant de l'Université Catholique de Louvain (une installation complète de gazéification à échelle réduite mais tout à fait similaire à une installation industrielle XYLOWATT). Durant ces tests, des mesures ont été effectuées afin de prouver que les émissions respectaient la directive incinération 2000/76/CE.

L'étude certifiée par un organisme de contrôle indépendant a démontré que les émissions atteignaient seulement 10% de la valeur maximum de la norme pour la toute grande majorité des contaminants spécifiés (y compris les dioxines). Ces résultats ont été validés sur base de la Directive européenne relative à l'incinération des déchets.


Projet bruxellois

Les résultats jugés "exceptionnels" de cette étude ont conduit Bruxelles Environnement à délivrer au terme d'une longue procédure d'étude d'incidences, le permis d'environnement pour l'exploitation d'une centrale de valorisation de traverses de chemin de fer par gazéification NOTAR® dans le port de Bruxelles.

Cette centrale de cogénération d'une puissance de 900 kW électrique et 1800 kW thermiques permettra de valoriser 5.000 tonnes de traverses sur base annuelle. Par ce projet, les traverses de bois créosoté seront détruites dans le respect des normes environnementales les plus strictes tout en apportant une solution pour l'élimination de ce déchet dangereux sans réelle alernative à l'heure actuelle.


Un mot sur XYLOWATT

XYLOWATT est une entreprise belge créée il y a 10 ans, spécialisée dans la gazéification de la biomasse. Elle a mis au point une technologie avancée qui transforme de façon efficace des biomasses sèches en un gaz énergétique propre et froid, parfaitement adapté pour des applications en cogénération (électricité & chaleur) ou industrielles (fours thermiques).

La biomasse est une source d'énergie renouvelable, disponible en grandes quantités, et offre des solutions pour les problèmes de pénurie ou de sécurité des énergies fossiles, de changement climatique ou d'électrification de régions éloignées ou en développement.

- Spin-off de l'Université Catholique de Louvain (U.C.L.) créée en 2001 après 20 ans de recherche,
- Un des leaders technologiques belges dans le secteur de l'énergie renouvelable.
- Leader dans sa technologie de gazéification.
- L'entreprise d'innovation industrielle implantée à Marchienne-au-Pont (Charleroi), emploie 35 personnes.

pollution Santé publique Info Lot LEA Environnement énergie .

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau