Bachelot : au nom du principe de précaution !

Le Lot en Action. 5 janvier 2010 par Bluboux

La France a commandé à trois laboratoires pharmaceutiques 94 million de doses de vaccin contre la grippe cochonne.

J’en vois déjà qui ricanent ! Oui nous ne sommes que 65 millions en France, mais les supers VRP des labos préconisaient à l’époque (nous étions au mois de juillet) deux doses par personne. Voilà, c’est tout, arrêtez de faire montre d’un mauvais état d’esprit. Et puis Roselyne s’est expliquée lundi soir, devant les caméras de TF1, ce n’était certainement pas facile pour elle, surtout que la semaine dernière, elle était convoquée devant le TGI de Paris. C’est trop facile de tirer à boulets rouges sur notre Sinistre de la Santé, la pauvre, qui vient d’expliquer qu’au nom du principe de précaution il lui a fallut dépenser inconsidérément près de deux milliards d’euros.

Parce qu’au-delà du coût de ce gigantesque stock de vaccins qui frise le milliard d’euro (même si des commandes ont été annulées, il va falloir payer des pénalités aux laboratoires), il faut y ajouter le stock de masques commandés dès le début de la pandémie. Je vois toujours les mêmes qui ricanent, incorrigibles détracteurs ! Certes ces masque n’auraient servis à rien puisque le virus passe au travers, mais dites-vous bien que si les agriculteurs ou les routiers envisageaient de bloquer le France cette année, et bien nous aurons au moins de quoi torcher le cul des patients dans les hôpitaux ! Quant au stock de Tamiflu il permet de porter la note de cette petite plaisanterie à près de deux milliards pour la sécurité sociale. Roselyne a bien écrit à tous les médecins généralistes pour les supplier de prescrire (gratuitement) du Tamiflu à tous les gens ayant été en contact avec des malades, histoire de faire diminuer ces stocks, mais les toubibs, décidément peu compréhensifs, mettent en doute l’efficacité de ce médicament et surtout en avant les risques trop importants induits par les effets secondaire.


Et puis elle était vraiment mal à l’aise notre Roselyne, toujours aussi pimpante et boudinée dans ses (trop) petits tailleurs. Elle a même parlé du sang contaminé, laissant un couloir, que dis-je, une autoroute à Laurence Ferrari qui ne s’est pas privé de l’emprunter. Du coup Vachelot a perdu pied, affirmant que si c’était à refaire, elle referait exactement la même connerie. Elle a bien essayé de faire diversion, mais sans grande conviction. Finalement, face à la pression terrible imposée par la belle Laurence, elle s’est réfugiée derrière le frêle saule du principe de précaution.


Seulement évoquer le principe de précaution pour justifier ce que certains considèrent déjà comme un détournement de fond au profit des laboratoires (les anciens patrons de notre aimable Roselyne) cela devient un tantinet cynique et déplacé. Pourquoi alors ne pas appliquer les même méthodes (mais bien moins chères !) en interdisant l’utilisation des produits OGM dans l’alimentation en France (y compris dans l’élevage), pourquoi autoriser l’introduction de produits radioactifs dans les biens de consommation courante en France (et là encore, Roselyne et son Sinistère sont concernés), pourquoi ne pas interdire l’irradiation des aliments, pourquoi réduire les procédures d’autorisations de mise sur le marché de nombreux médicaments, faisant ainsi courir un risque non négligeable aux patients, pourquoi encore avoir autorisé l’introduction des nanotechnologie dans les produits de cosmétiques (et bientôt dans l’alimentation) alors que des voix de scientifiques, de plus en plus nombreuses, s’élèvent pour demander un moratoire… Et j’arrête là cette liste qui est loin d’être exhaustive.


Et que dire des victimes du vaccin et de leurs familles, qui ne devraient pas tarder à s’organiser pour demander des comptes. Des décès ont eu lieu en France suite à l’injection de ce fameux vaccin. Les effets secondaires sont nombreux, et si l’on se réfère à la campagne de vaccination contre l’hépatite B et à son cortège impressionnant de scléroses en plaque et autres maladies qui en ont découlé (et le problème n’est toujours pas réglé), il y a de quoi être en colère.


Notre société devient folle et incontrôlable, et la crise bancaire n’est qu’un exemple de l’incapacité de nos gouvernants à intervenir. Ils ne sont plus que les laquais des intérêts des grands groupes de la finance. Nous ne pouvons plus avoir confiance en l’intégrité des structures de veilles sanitaires, ni en aucune institution, nationales ou internationales, en charge de veiller sur le respect des lois, de la sécurité ou les intérêts des peuples.


L’attitude de Roselyne Bachelot face à la réalité n’est pas surprenante, ils se diront tous responsables mais pas coupable.  Attendre de s’exprimer dans les urnes n’est pas la bonne solution : ce gouvernement a commis de nombreuses forfaiture, dont le déni de démocratie en ratifiant le traité de Lisbonne, alors que les français venaient de s’exprimer par la voie des urnes quelques mois auparavant. Des voix s’élèvent pour dénoncer le No Sarkozy Day, prévu le 27 mars prochains, au principe du respect du processus de la démocratie et en dénonçant le caractère antisarkoziste de ce mouvement. C’est une forfaiture, le déni de démocratie est inscrit au passif de ce gouvernement, qui transgresse les principes de nos valeurs républicaines et s’y opposer est justement un acte qui vise à rétablir ces valeurs républicaines. Quant à le taxer d’antisarkozisme, c’est un peu fort de café compte tenu de son omniprésence et du caractère autocratique donné à sa fonction, dénoncée par des ministres de la majorité.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau