Réagissons avant qu’il ne soit trop tard !

Jeudi 21 janvier 2010, partout en France, des fonctionnaires sont descendus dans le rue pour protester contre les suppressions de postes et les réformes de l'Etat en cours : 114 manifestations, dont trois de caractère régional, à Lille, Toulouse et Paris, une journée de grève concernant tous les versants de la fonction publique (État, territoriale et hospitalière). Si ces manifestations et la grève n’ont pas été suivies massivement, il y avait tout de même plus de 100.000 manifestants en France, 5.000 à Toulouse et 450 à Cahors (pour le coté régional).

Le soir du 21, au journal télévisé du 20h00 sur TF1, pas un seul mot sur cette journée de manifs. Pourtant il y avait à dire, que ce soit sur les raisons de ce mouvement de grève, sur la faible participation ou bien encore sur les deux manifestants arrêtés à Nice, pour avoir défilés avec un masque de Sarkozy. Mais non, rien, nada, niet, circulez, y’a rien à voir ! Le nain continue de sucer le gros orteil de l’ami Martin et la censure est plus que jamais de rigueur. 


Et la farce continue puisque Sarko va monopoliser l’écran dimanche soir, sur TF1 bien sur. Le JT et la soirée, sans aucun contradicteur, une tribune qui va lui permettre de s’adonner à son exercice favori : l’auto satisfecit.
Pas une voix ne s’élève dans l’opposition. A croire qu’ils se sont habitués et qu’ils acceptent la dérive vers la dictature constitutionnelle,  sans mot dire.


J.F. Kahn vient de lancer sur son blogue et sur le site de Marianne2, un appel  aux internautes, aux citoyens, pour qu’ils se substituent à l’opposition qui semble souffrir d’aphasie, et rappelle quelques faits, un empilage d’évènements qui auraient relevés de la politique-fiction il y a encore quelques années :


•    Le conseil constitutionnel montre quelques signes d’indépendance : levée de bouclier de l’UMP qui le stigmatise et envisage d’en modifier la composition, le fonctionnement et le rôle
•    Les régions constituent un contre-pouvoir inacceptable pour la majorité, et cette dernière pond un nouveau mode de scrutin majoritaire à un tour qui permettrait à l’UMP de contrôler presque tous les Conseils régionaux, même avec 30 % des suffrages contre 60 % pour l’opposition
•    Les juges d’instructions sont gênants ? Pas de problème, Sarkozy les supprime et  confie les instructions au parquet, dépendant du pouvoir. Reste à nommer des hommes de son clan à tous les postes clefs de la justice et de la police.
•    La télévision publique est moins docile que celles des amis du chef de l’état. Le monarque modifie la donne en décidant de nommer lui-même les dirigeants en gardant la possibilité de les révoquer à tout moment
•    Aucun amendement parlementaire, même voté en première instance, qui n’est estampillé par l’Elisée n’est accepté
•    Malgré sa promesse de campagne concernant les référendums, il refuse toute demande, même lorsqu’il s’agit de réformer profondément les territoires
•    Les commissions d’enquête sont systématiquement refusées, y compris celle sur le scandale des sondages payés par l’Elysée


Mais j’irai même volontiers plus loin que Kahn en ce qui concerne l’aphasie de l’opposition et des syndicats : Le chef de l’état envisage très sérieusement de toucher à nos retraites et déjà Chérèque reprend le flambeau gouvernemental en déclarant qu’il veut un débat sans tabou sur les retraite, indiquant clairement qu’il faudra accepter un allongement significatif de la durée de cotisation. Et pour faire sourire un peu plus le chef de l’état, Martine Aubry a déclaré qu’il fallait s’attendre à aller vers un allongement de la durée du travail. Même Parisot semble ragaillardie et parle de réfléchir à d’autres modes de distribution… L’opposition n’est pas aphasique, elle participe de cette politique libérale, et ce depuis des années. L’alternance entre la droite et les socio-démocrates est une illusion.


Le 27 mars prochain aura lieu le No Sarkozy Day, dont nous vous avons déjà parlé. Ce mouvement citoyen peut être un coup de semonce qui réveille les foules et oblige les partis politiques et les syndicats à sortir de leur torpeur. Pour le préparer, donner votre avis et faire de ce mouvement une action qui aille au-delà d’une simple journée de manifestation, c’est dès à présent qu’il faut faire entendre votre voix.

A lire : La dictature constitutionnelle en douze étapes


Site internet national : www.no-sarkozy-day.fr
Groupe Facebook Midi-Pyrénées : www.facebook.com/group.php?gid=217244421402
Mail : toulouse@no-sarkozy-day.fr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org