Ligne Cahors-Capdenac : Don Miquel et Oui-Oui, chantres de la dépense publique inutile

Le Lot en Action. 28 décembre 2011 par Bluboux

don-miquel-vayssouze-incompetence-corruption-1.jpgQu’il est difficile de se taire quand les barons locaux persistent dans des arbitrages budgétaires aussi injustes qu’incohérents et se font les chantres de la dépense publique inconsidérée. Nos amis du PS râlent dès que nous avons l’outrecuidance de mettre en avant ces incohérence et nous taxent rapidement d’extrémistes rouges, d’anarchistes sanguinaire et d’une multitude de sobriquets aussi doux que bienveillants. Mais ce n’est pas de notre faute si le Président du Conseil Général accumule les couffes, les casseroles en tous genres et si son fidèle poulain, (Oui-Oui, maire de Cahors et président de la communauté de communes du Grand Cahors) lui emboite le pas sans coup férir.

don-miquel-vayssouze-incompetence-corruption-5.jpgDans l’affaire de la ligne ferroviaire Cahors-Capdenac, la volonté du PS est claire : fermer cette ligne. On ne peut que s’insurger contre un tel manque de lucidité et de bon sens. A l’heure où il devient essentiel de repenser notre modèle énergétique, et donc celui des transports, fermer une ligne ferroviaire est non seulement une hérésie, mais peut-être considéré comme acte malveillant à l’égard des générations futures. Cette ligne ferroviaire est un axe majeur pour le transport de marchandise, ce que rappelle Gérard Iragne (PC du Lot) dans un article publié par La Dépêche ce jour : « Tous les gens sensés s'accordent à dire que cette ligne a de l'avenir pour le transport de marchandises, s'agissant d'une ligne transversale entre deux grands axes Paris-Toulouse et Paris Clermont Béziers, ainsi que pour les voyageurs, touristes et déplacements quotidiens dans la vallée du Lot, et le tout pour des investissements supportables ».

Cdon-miquel-vayssouze-incompetence-corruption-3.pngette volonté plusieurs fois affirmée, y compris par Malvy, est déjà révoltante. Mais si l’on ajoute à cette ubuesque décision la volonté de créer, en lieu et place de la voie ferrée,  une « voie verte », qui accueillera quelques estivants, randonneurs et cyclistes, pour un coût annoncé de 25 millions d’euros, on ne peut retenir un sentiment de dégoût et de colère. Si l’on considère que ces petits chefaillons sont quand même dotés d’un cerveau, plutôt fonctionnel et bien proportionné,  la question des motivations qui peuvent les conduire à de telles inepties devient incontournable.  Et l’argument régulièrement opposé du coût de la réfection de la ligne ne tient pas debout, puisque l’ancien préfet du Lot (Super préfet) déclarait, en mars dernier : « Pour RFF le coût d'un train touristique sur l'ensemble de la ligne serait de 10 millions d'€ ». Et cette solution permettrait de maintenir la ligne en état… Alors quelles sont les raisons qui conduisent le trio Malvy-Miquel et Vayssouze à vouloir à tous prix tuer cette ligne ferroviaire ?

L’UMP et le PS ont, depuis les fameux accords de l’AGCS (Accord général sur le commerce et les services, entré en vigueur le 1er janvier 1995), participé aux pillages (démantèlement des services publics en vendant à « bon prix » tout ce qui pouvait être rentable, ne gardant dans le giron de la gestion publique que ce qui ne l’est pas). Le gouvernement actuel a encore accéléré la destruction de nos acquis sociaux et des services publics, et force est de constater qu’il est relayée par les responsables locaux de l’opposition.  Les élections législatives approchant, il serait intéressant que les deux députés du Lot, Dominique Orliac et Jean Launay prennent une position claire sur cette affaire.

Info Lot LEA politique Environnement Don Miquel énergie . Transition Conseil Général

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org