L'Allemagne donne le coup d'envoi de l'éolien dans ses propres mers, la France traine les pieds…

Le Lot en Action mag n°15. 6 mai 2010 par Bluboux

L'Allemagne a inauguré le mardi 27 avril son tout premier parc éolien en haute mer, un projet complexe qui doit ouvrir un nouveau chapitre dans l'approvisionnement énergétique du pays.
Baptisé « Alpha Ventus », un parc de 12 éoliennes ultra-puissantes a été mis en service en mer du Nord, à 45 km au large de l'île de Borkum. Il est présenté par ses concepteurs comme un défi technique unique au monde : des éoliennes d'une capacité de cinq mégawatts chacune, hautes de 150 mètres (nettement plus qu'habituellement pour des parcs en mer), implantées très loin des côtes et à plus de 30 mètres de profondeur.

D'une capacité de 60 MW, ce parc expérimental doit couvrir les besoins en électricité d'au moins 50.000 foyers et servir de « terrain de test » à des recherches sur l'éolien et l'environnement, comme l'impact des éoliennes sur les oiseaux et certaines espèces marines.
La sévère loi qui protège le littoral contraint à installer les éoliennes très au large, à plus de 30 km des côtes, et hors de nombreux espaces naturels protégés de la mer des Wadden ou de la Baltique, où passent des oiseaux migrateurs.
Des permis de construire ont déjà été délivrés pour 34 parcs éoliens marins, soit un potentiel total de 30.000 à 40.000 MW. Certes, des interrogations subsistent autour de cette technologie, comme sur la résistance des éoliennes au vent et aux vagues, la difficulté de leur raccordement aux réseaux électriques et la maintenance.
Mais Berlin, qui vise une couverture de 30% des besoins en électricité et 14% en chaleur par les énergies renouvelables d'ici à 2020, biomasse et éolien en tête, subventionne généreusement l'électricité produite via des éoliennes.

En France la commission que préside Patrick Ollier (député UMP des Hauts-de-Seine) vient de rendre son rapport d’information sur l’énergie éolienne (le 31 mars). Ce dernier n’est rien d’autre qu’une tentative assez triste de gêner encore un peu plus le développement de l’énergie éolienne dans notre pays, histoire de laisser « place nette » pour l’industrie nucléaire (par ailleurs, Patrick Ollier est président du groupe d’amitiés France-Libye de l’Assemblée, et l’on sait la passion qu’a le dictateur libyen pour le nucléaire sous toutes ses formes…). Sur plus d’une centaine de pages, ce rapport accumule les banalités anti-éoliennes, les contre-vérités, n’hésitant pas à appeler à la rescousse Valéry Giscard d’Estaing pour stigmatiser une région « dévastée par une ceinture d’éolienne, et … devenue inhabitable ». Heureusement pour nous, il s’agit de la Pologne… Ce gouvernement nous a assommés de déclarations péremptoires sur sa volonté de mener une politique nouvelle qui tiendrait compte de l’écologie. Il y a eu le Grenelle de l’environnement, et même un ministère dédié. Dans les faits, une fois de plus, le Visionnaire nous démontre qu’il arrive à faire exactement le contraire de ce qu’il annonce. Bref de quoi réconcilier les français avec la politique !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau