Les nouveaux militants

Le Lot en Action mag n°9. 28 janvier 2010 par Bluboux

Ils se déguisent en clowns pour nettoyer au Kärcher la mairie de Neuilly-sur-Seine, sablent le champagne lors de visites de studios aux loyers exorbitants, dégonflent les pneus des 4×4 ou «déboulonnent» les affiches publicitaires. D’autres campent avec les sans-abri aux côtés des Enfants de Don Quichotte ou soutiennent les familles sans papiers avec le Réseau éducation sans frontières. Ils envahissent l’assemblée nationale avec Greenpeace, entartes des patrons ou des politiques devant les caméras. Ils se regroupent simultanément, dans le monde entier, par petits groupe grace à des messages sms et effectuent des actions « éclair ».

Ils sont le visage de la contestation des années 2000. Casseurs de pub, Déboulonneurs, Brigade activiste des clowns, Désobéissants, Yes men, Flash Mob... au-delà des formes traditionnelles que sont la grève ou la manifestation, une nouvelle génération de militants est apparue dans l’espace médiatique et agite régulièrement le cours de l’actualité. Chez eux, pas de chef, pas de violence, pas de longs discours théoriques, mais un goût prononcé pour l’humour et les mises en scènes spectaculaires, et un sens manifeste de la créativité dans l’action. Qu’ils soient légaux ou non, tous les moyens sont bons pour frapper les esprits.
Issues des traditions de la désobéissance non-violente et de la mouvance alter, ces tactiques ne sont certes ni inédites ni exclusives, mais elles ont réussi à s’imposer avec force dans le paysage des pratiques militantes. Dans un contexte de remise en cause des organisations classiques et des idéologies globalisantes, où l’image et Internet occupent une place de plus en plus centrale dans la circulation des idées, elles sont aussi un symptôme de l’entrée des mouvements sociaux dans l’ère de la communication et de l’atomisation des comportements. A la structure verticale de la hiérarchie s’est substituée l’horizontalité du réseau. A l’utopie incertaine d’un bouleversement radical de société se sont substituées les opérations « coup de poing » pour le changement ici et maintenant.


Les militants traditionnels des partis politiques et les syndicalistes sont nombreux à ne pas comprendre ces nouvelles formes d’engagement citoyen. Combien de fois les ai-je entendus se plaindre de la désaffection des jeunes pour la politique. Mais quelle image ont-ils donné à ces jeunes depuis une quinzaine d’année ?
Les partis politiques et les syndicats se sont coupés de leur base, et c’est à eux, aujourd’hui, d’évoluer en ayant une autre lecture de ces contestations sociale et citoyenne. Le prochain grand rendez-vous citoyen est fixé au 27 mars, avec notamment le No Sarkozy Day. La revendication est la démission de Sarkozy puisque ce dernier a perdu toute légitimité en ayant foulé du pied la démocratie (traité de Lisbonne) et les valeurs de notre république. Mais si il est évident que Sarkozy ne démissionnera pas, quel que soit le résultat de cette mobilisation, il est souhaitable que cette manifestation aille au-delà d’une simple journée de mobilisation. Et c’est précisément là que les syndicats et les partis politiques peuvent prendre le relais, ce qu’ils ont été incapable de faire en 2009.


Ces nouvelles formes de militantisme soulèvent de multiples questions : Qui sont réellement ces activistes d’aujourd’hui ? Pourquoi ont-ils tourné le dos aux luttes politiques et syndicales traditionnelles ? Leurs actions, ciblées, sporadiques, sont-elles vouées à s’éteindre aussi vite qu’elles ont surgi ? Peuvent-ils réellement changer la société ?
Nous n’avons pas la prétention de répondre à toutes ces questions dans un petit dossier de quatre pages, mais nous faisons un gros plan sur quelques mouvements représentatifs de cette nouvelle vague. Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus, je vous conseille la lecture de deux livres récents qui font une analyse pertinente de ces nouveaux militants :


Nouveaux militants, édité par Les Petits Malins, un essai écrit par Laurent Jeanneau et Sébastien Lernould. (2008)
Un nouvel art de militer, aux éditions Alternative, de Cyril Cavalié et Sébastien Porte (octobre 2009).

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau