Vite, la TVA éco-sociale

En lisant ce matin l'article de Sébastion Ticavet (blog Le Vrai Débat) intitulé "Sortir du libre échange mondial, voilà l'écologie réelle", je me dis que la pillule va être bien amère pour beaucoup d'électeurs d'Europe Ecologie.

Car son analyse est juste, on ne peut aujourd'hui agir efficacement et de façon durable sans repenser le système d'échange mondial.

Il est complètement suicidaire de maintenir un système qui repose sur une séparation systématique des lieux de production (Asie), des lieux de consommation (Europe, Amérique du Nord) et des leiux de recylcage et d'accumulation des déchets, de préférence dans les pays pauvres où il est beaucoup plus facile de violer la loi en toute impunité.

 

Et quand on sait que la majorité des émission de CO2 sont produites par les transports, il y a effectivement une incohérence profonde dans les positions des partis "libéraux", comme l'UMP, le MODEM, le PS et Europe Ecologie puisque ils continuent à s'inscrire dans un modèle ultra-libéral et libre-échangiste.

Pourtant il existe une solution : la TVA éco-sociale, qui taxe les marchandises selon la différence entre le coût de la main d'oeuvre un pays d'origine et celui de consommation. Cette TVA alimente alors des fonds structurels, qui servent à investir massivement dans les pays producteurs afin de niveler par le haut, à l'instar de ce qui c'est passé en Europe pour l'Espagne, le Portugal, l'Irlande et la Grèce.

En Europe nous avons continué le développement de la zone de libre-échange, mais en réduisant ces fonds structurels, personne de voulant payer davantage. Nous avons opté pour la mise en concurrence des peuples en disant aux nouveaux entrants "faites valoir vos atouts, votre main d'oeuvre très bon marché, vos taux d'imposition très bas..."

Cette TVA éco-sociale en Europe aurait l'avantage de financer les fonds structurels pour retrouver un mode de développement rapide vers une harmonisation sociale et fiscale. Et si la chose en possible en Europe, elle l'est également au niveau de la planète. Le deuxième effet majeur de cette taxe serait de réduire considérablement la séparation entre lieux de production et de consommation.

Voila mon billet du jour, qui ne demande qu'a être commenté et critiqué.

Laurent

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau