Arrêter cette main criminelle (sur le soja)

Source : altermonde-sans-frontiere.com. Contribution de Nelly. Par Fabrice Nicolino.

Les 26 et 27 mai aura lieu au Brésil la quatrième « conférence internationale pour une culture responsable du soja ». Le paravent industriel « Round Table on Responsible Soy Association » (Association pour une culture responsable du soja, RTRS, ici) y tentera de vendre par la désinformation une soi-disant norme acceptable pour la culture du soja, qui est un vaste crime contre l’homme et la nature. Sachez que le monde se mobilise (ici) dans une lettre ouverte retentissante de 60 organisations du monde entier. Le monde se mobilise, mais pas la France, à l’exception des Amis de la terre (ici), dont les moyens sont hélas limités. Greenpeace-France a davantage à faire du côté des officiels et des décideurs, surtout depuis que Robert Lion préside une association jadis combative. Le WWF international - surtout sa branche brésilienne - est engagé de longue date dans des discussions indignes avec RTRS. Le WWF-France de Serge Orru, sur une autre ligne, se montre étonnamment embarrassé, sans que nul média ne s’intéresse pour le moment à cette question clé (ici). Moi, je continue mon bonhomme de chemin, et vous propose une plongée dans ce monde que nous ne voulons surtout pas voir. Bienvenue chez les salopards.

Le 28 juillet 2008 au matin, un groupe d’Indiens guarani du nord de l’Argentine, dans la province de Jujuy, se réveille comme chaque jour dans le campement appelé Jasy Endy Guasu, c’est-à-dire en français "Lumière de la grande lune". Plutôt, ils sont réveillés par un peloton de 50 soldats armés, qui accompagnent les employés d’un des rois locaux du soja, un certain Roberto Strisich. Les bulldozers conduits sur place détruisent les cabanes en bois. Les animaux des Indiens sont tués. Ce qui résiste encore est brûlé. Les soldats sont porteurs d’un ordre d’expulsion signé et contresigné par un juge de la ville. Une loi, des lois fédérales protègent en théorie les Guarani, qui sont tout de même l’un des peuples autochtones de l’Argentine. Chiffons de papier. La communauté Jasy Endy Guasu doit faire place nette au soja transgénique et à ses fabuleux profits.

Autre lieu, au Paraguay voisin. « San Vicente es un importante centro agrícola en el Departamento de San Pedro, en el norte de la Región Oriental de Paraguay ». Il n’est pas nécessaire de traduire, et je résume le reste : cette région, jadis d’élevage extensif, est envahie jour après jour par le soja, souvent transgénique. On déforeste, on ruine pour des décennies, sinon des siècles, le fragile équilibre écologique d’une zone longtemps tranquille. Les habitants de San Vicente ont perdu la forêt, les animaux qu’ils y chassaient, les poissons qu’ils pêchaient dans les rivières. Ils ont en échange des fumigations massives de ce que les Latinos appellent agrotóxicos, les pesticides. Beaucoup de malades, qui n’iront pas à l’hôpital.

Bref. Le 18 août 2007, quatre paysans sont partis chasser là où, de tout temps, ils l’ont fait. Une petite montagne désormais encerclée par le soja, à l’intérieur d’une grande propriété qui était hier une forêt de 93 000 hectares. Le propriétaire brésilien, qu’on appelle là-bas un « absentéiste », vit à Sao Paulo, dans une maison qu’on imagine cossue. La forêt a disparu, mais il reste au milieu des champs une butte boisée où les petits paysans viennent chasser quelques animaux survivants. Et ce 18 août, au moment où les quatre hommes, dont deux adolescents, redescendent, ils sont tirés comme des lapins. Les gardes du propriétaire leur ont tendu une embuscade. Pedro Antonio Vázquez, 39 ans, meurt. Cristino González, 48 ans, meurt. Les plus jeunes, blessés, se traînent jusqu’au village.

Et voici maintenant l’histoire de Tekojoja (Paraguay), telle que rapportée par l’anthropologue canadien Kregg Hetherington (ici). Nous sommes le 24 juin 2005, il est cinq heures, la communauté paysanne de Tekojoja dort encore. Entre 100 et 120 policiers armés débarquent et jettent hors de leurs lits les paysans, malgré une loi explicite qui interdit toute action avant l’aube. Environ 130 paysans, dont des femmes et des enfants, sont emmenés vers la prison dans des camions. Pendant que les soudards œuvrent, deux bandes de malandrins au service de propriétaires brésiliens – le Brésil est proche – détruisent les maisons avec de gros tracteurs, volent ce qui les intéresse, et brûlent ce qui brûle.

Plus tard dans l’après-midi, les spadassins se mettent à tirer sur les paysans, évidemment désarmés, ce qui est à la fois plus drôle et plus facile. Il y a des blessés. Et deux morts : Angel Cristaldo et Leoncio Torres. Mais le soja est passé, ce qui est bien l’essentiel. Autre péripétie d’une tragédie que personne ne veut considérer en Europe, où les supermarchés débordent de viande « nourrie » avec le soja transgénique débarqué à Brest, Lorient, Anvers ou Rotterdam : le cas Agripina. Le journaliste Philippe Chevalier raconte dans le quotidien suisse Le Courrier (ici) comment cette mère de famille s’est retrouvée encerclée par le soja.

Agripina Britez vit avec ses onze enfants et ses deux nièces sur une propriété agricole de dix hectares, dans le département paraguayen de San Pedro. Elle y cultive, à la manière ancienne, sésame et maïs. Au milieu de 3 000 hectares de soja transgénique. Chaque mois, et à quatre reprises, un avion largue des fumigations chimiques dont nul ne sait rien précisément. Agripina, en tout cas, rapporte qu’elle a le côté droit à moitié paralysé. Deux de ses gosses, Carolina (18 ans) et Carmén (6 ans) se plaignent depuis deux ans de nausées et de maux de tête. Ce doit être psychologique.

Au début des années 70 du siècle passé, le soja était inconnu au Paraguay. En 1991, il occupait (Ministerio de Agricultura y Ganadería, 1994) 552 456 hectares. En 2 000, 1 175 000 hectares. En 2 006, 2 429 800 hectares. Plus du tiers de la surface cultivable du pays est désormais dévolu à la culture d’une plante inconnue il y a seulement vingt ans – le soja transgénique -, sous contrôle d’entreprises étrangères pour lesquelles le Paraguay est à peine un point sur le planisphère.

Dans l’Argentine voisine, c’est pire. Cela ne veut rien dire, bien entendu. Comment cela pourrait-il être pire ? Au début des années 70, le soja couvre moins de 100 000 hectares. En 2 000, plus de 10 millions. Et 14 millions d’hectares en 2003. Et 16 millions d’hectares en 2007, ce qui représente environ 60 % des surfaces cultivées de ce pays géant.

Au Brésil, au cours des soixante dernières années, l’agriculture du soja s’est étendue de zéro à plus de vingt et un millions d’hectares de terre cultivée. Le Brésil est le deuxième exportateur mondial, et sera bientôt le premier, devant les États-Unis. Il pourrait même exporter deux fois plus que le géant du Nord en 2015 ! Car sa progression est fulgurante, inouïe : il représente déjà, avec environ 62 millions de tonnes par an, le quart de la production mondiale. Et ce n’est qu’un début.

Car à l’autre bout de la chaîne, il y a nous, tout simplement. Une étude du WWF (ici) rappelle opportunément cette réalité qu’il ne faut surtout, surtout pas voir : « Un Français mange en moyenne 92 kg de viande, 250 œufs et une centaine de kilos de produits laitiers chaque année, ce qui nécessite une surface cultivée en soja de 458 m2 par habitant pour répondre aux besoins en alimentation animale. La France fait partie des principaux responsables de cette tragédie. Elle est en effet le premier consommateur européen de soja, principalement originaire du Brésil (22 % du soja exporté du Brésil arrive en France) ».

Arrêtons de lire une seconde. Faisons semblant de croire qu’il existe sur terre une seule et même humanité. Une seule. Eh bien, une partie – nous – utilise sans s’en soucier 458 m2 par tête d’une terre fabuleuse à tous points de vue pour parachever l’alimentation du bétail industriel qu’elle ingurgite. Question stupide, qui nous fait aussitôt redescendre sur terre : que fait, plutôt que ne fait pas le mouvement des consommateurs français ? A-t-on le droit de se regarder dans la glace sans penser une seconde aux innombrables sacrifiés de cette sinistre histoire ?

fabrice-nicolino.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org