Crise du lait : les tracteurs sont dans les villes

Libération. 19 mai 2009. Les producteurs ont manifesté, protestant contre la chute violente du cours du lait.


Les producteurs de lait se mobilisent mardi dans toute la France pour protester contre la baisse des

Les producteurs de lait se mobilisent mardi dans toute la France pour protester contre la baisse des prix, promettant de reveiller des préfets et de bloquer des centrales d'achat de la grande distribution pour se faire entendre.
© AFP Jose Torres

Des centaines de producteurs de lait ont manifesté lundi soir dans plusieurs villes de France pour protester contre la baisse du prix du lait. Dans le Pas-de-Calais, environ 700 manifestants se sont réunis sur la place du Cirque à Amiens, non loin de la préfecture où une délégation de six personnes représentant les Jeunes agriculteurs et la FDSEA a été reçue par le préfet Michel Delpuech, a-t-on appris auprès de son cabinet.

Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes dans un face-à-face tendu avec les agriculteurs, de même qu’à Arras où les quelque 300 manifestants – selon les organisateurs – ont quitté les abords de la préfecture vers minuit pour se diriger vers la Direction départementale du Pas-de-Calais.

A Saint-Omer, toujours dans le Pas-de-Calais, environ 300 agriculteurs, ont stationné une cinquantaine de tracteurs devant l’hôtel de ville, déversé du fumier sur la chaussée et du lait dans la fontaine, repabtisée «fontaine de la voie lactée». Ils ont allumé un feu de palettes et de pneus en attendant une éventuelle réunion en sous-préfecture.

Les manifestations ont réuni entre 60 et 70 agriculteurs à Béthune, selon les organisateurs, autant à Calais où l’on pouvait lire sur les banderoles des slogans adressés au ministre de l’Agriculture, Michel Barnier: «Barnier, ton métier a un prix, notre lait aussi». D’autres rassemblements ont eu lieu à Montreuil et Lens, où une délégation a également été reçue en sous-préfecture.

A Rodez et à Montauban, plusieurs centaines de producteurs ont déversé une partie de leur production ou des détritus devant les préfectures de l’Aveyron et du Tarn-et-Garonne. A Rodez, quelque 200 producteurs selon la police, 300 selon les manifestants, rassemblés sur la place d’Armes, ont rejoint à pied ou en tracteurs la préfecture devant laquelle ils ont déversé du lait, du lisier et un liquide rouge lors d’une opération baptisée «Nuit blanche et colère rouge».

Un responsable des Jeunes agriculteurs, ayant appelé à la manifestation avec la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), émanation de la FNSEA, a déclaré que l’une des prochaines actions des producteurs de lait consisterait à «amener les vaches à l’ANPE».

A Montauban, entre 200 et 300 producteurs de lait, ont déversé des détritus devant la préfecture du Tarn-et-Garonne, dont des pneus, devant les grilles de la préfecture, a constaté un correspondant de l’AFP.

La FNPL et les Jeunes agriculteurs ont appelé à des rassemblements lundi et mardi devant les préfectures pour dénoncer la chute du prix du lait et la politique des pouvoirs publics qu’ils rendent responsables de la crise.

A Rouen, entre 400 et 500 producteurs de lait se sont rassemblés lundi soir devant la préfecture de la Seine-Maritime à l’appel de la FNSEA. Ils ont disposé peu avant 21 heures plusieurs tracteurs et des citernes devant les grilles de la préfecture pour manifester leur colère après la baisse du prix du lait tombé dans ce département de 303 euros les mille litres en avril 2008 à 211 en avril 2009.

Les producteurs de ce département ont obtenu un complément de 10 à 20 euros par tranche de mille litres après avoir bloqué la semaine dernière l’usine Danone de Ferrières-en-Bray et celle de Senoble de Gruchet-le-Valasse. «C’est une première avance, mais c’est très insuffisant par rapport à la perte que nous subissons», a indiqué un producteur.

Les éleveurs s’insurgent contre la baisse du prix du lait, qui devrait avoisiner les 210 euros les 1.000 litres, «un niveau jamais atteint par le passé», selon la FNPL.

Le ministre de l’Agriculture Michel Barnier a indiqué dimanche vouloir relancer «les négociations» entre producteurs et industriels afin de «trouver un prix équitable» dans «les prochains jours».

(Source AFP)

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org