Des dizaines de kilos de plutonium perdus à Cadarache !

Greenpeace. 15 octobre 2009

Plusieurs dizaines de kilos de plutonium ont été perdus sur un site du Commissariat à l’Energie Atomique de Cadarache. L’Autorité de Sûreté Nucléaire vient d’ordonner l’arrêt des opérations de démantèlement en cours sur ce site, estimant que « la situation présente un risque grave et imminent ». Greenpeace dénonce l’une des situations les plus graves et les plus critiques que l’on ait pu rencontrer dans une installation nucléaire depuis longtemps.

radioactif

Que s’est-il passé exactement à Cadarache ? Le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) y démantèle actuellement une usine de fabrication de combustible Mox, un mélange d’uranium appauvri et de plutonium. Le 6 octobre, elle informe l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qu’elle a découvert l’existence de plusieurs dizaines de kilos de plutonium perdus dans l’usine. En réalité, le CEA Cadarache est au courant depuis le mois de juin, mais a attendu plusieurs mois avant de prévenir l’ASN !

Mercredi 14 octobre, celle-ci exige l’arrêt des opérations de démantèlement de l’usine. Elle  affirme que « la situation présente un risque grave et imminent » et qu’Areva, qui exploite ce site, « n’est pas en mesure de démontrer l’exactitude des inventaires comptables de matières fissiles présentes ». L’ASN estime que la quantité totale de plutonium en question pourrait s’élever à près de 40 kilos !

Pour Greenpace, cela signifie qu’Areva et le CEA reconnaissent leur incapacité à gérer leur plutonium qu’ils laissent traîner par kilos. Rappelons que quelques microgrammes suffisent à déclencher un cancer mortel des poumons ou des voies respiratoires et que 7 à 8 kg de plutonium permettent de confectionner une bombe nucléaire de la puissance de celle utilisée à Nagasaki en 1945, trois jours après Hiroshima. Comment est-il imaginable que l’on découvre dans un vieil atelier de quoi fabriquer environ cinq bombes nucléaires ?

« Nous estimons que la découverte, à Cadarache, de plusieurs kilos de plutonium ayant échappé à tout inventaire constitue une des situations les plus graves et les plus critiques que l’on ait pu rencontrer dans une installation nucléaire depuis longtemps. C’est tout simplement hallucinant », déclare Yannick Rousselet, responsable de la campagne Énergie/Nucléaire à Greenpeace France.
Après les révélations sur l’uranium de retraitement abandonné en Russie, ce nouveau scandale montre l’urgence à abandonner le nucléaire. Il représente une menace pour l’humanité. Nous le répétons depuis près de quarante ans. Qu’attend l’Etat français pour en prendre acte ?

Commentaires (2)

1. Zagvier 19/10/2009

Sale temps pour le nucléaire cette semaine, c’est de l’acharnement!

Greenpeace soyez sympa, laissez en paix tous ce gens honnêtes, et consciencieux et pensez donc aux emplois que cela génère, aux familles qui vivent de cette activité,……….
………………de même que les trafics d’armes, de drogues, d’organes….. il faut bien gagner sa vie non?

Je plaisante bien sur il est évident que l’argument des emplois est parmi les plus idiots et les plus cyniques. Cest pourtant celui mis en avant par les communistes...

Continuez Greenpeace!

2. urusezel 19/10/2009

#

j’habite à 15 kilomètres de Cadarache.
Je vous raconte même pas l’inquiétude !
autant dire que quand on me casse les pieds parce que j’allume une cigarette, je rétorque par l’argument qu’ayant un centre de recherche à côté de chez moi, il ne serait pas étonnant que je chope un cancer encore plus vite que par les effluves de ma clope !
bon pour parler plus sérieusement, cet incident n’est malheureusement pas le premier. Une dame se bat depuis 15 ans pour faire reconnaitre que son mari a été victime de son travail et en est décédé. Et je pense que d’autres le font dans l’ombre.
Le CEA distribue des ampoules d’iode, histoire de protéger la population et de communiquer, dans un rayon de 15 kilomètres mais certains villages qui sont dans le périmètre n’en ont pas. Et au fond on s’en passe bien ! Pouvez vous me dire à quoi pourrait servir une ampoule par famille si Cadarache fuit ? Ca me fait rigoler jaune…. et quand bien même nous informerait on à temps ?

J’aimerais bien que Greenpeace vienne faire un tour pour prélever des échantillons de terre ! je pense que les résultats ne serait pas bien bons …

Enfin, par rapport à Tchernobyl, vous savez le nuage radioactif arrêté par les Alpes (mais si ! mais si ! ) et bien ce jour là, mon père qui était ouvrier au Centre m’a révélé que tout le monde faisait sonner les portiques de sécurité en rentrant dans le centre. D’habitude, ça contrôle surtout les sorties mais ce jour là les gens qui venaient travailler activaient le signal sonore de la contamination.

Alors ? Un peu plus… un peu moins… on est dans la merde nucléaire depuis longtemps… Que faire ? fuir ? pour aller où ? partout le nucléaire s’est fait sa place… alors il ne nous reste plus qu’à suivre les précautions dérisoires ( style ne pas ramasser les champignons et les herbes, ne pas consommer le poisson ou le gibier… Et toutes ces choses dont personne ne parle plus….) et à espérer que … la maladie si elle nous guette vienne nous cueillir vite et efficacement sans souffrances…

Ou alors aider Greenpeace pour arriver en enrayer cette mauvaise énergie dont on se sert sans en avoir la maitrise…
Que le conseil des mines qui dirige ce pays en matière nucléaire revienne à la raison, cesse de considérer que des ingénieurs aussi bons soient ils peuvent se tromper sur les conséquences de leur choix (scientifiques ? ) !
Que les politques qui n’y connaissent rien cessent d’opter pour ce choix et écoutent plus la voix du peuple qui les a élu !

Pour ce qui est des kilos perdus à Cadarache, je vomis le battage politique autour des fuites d’état et la transparence des autorités. Qu’on parle des milliers d’habitants inquiets ! qu’on parle des conséquences environnementales au lieu de sortir des articles sur la compensation écologique du Cea qui investit des millions pour la ré introduction d’une espèce de scarabée dans la forêt domaniale de Cadarache qu’ils assassine depuis 40 ans !
Quoique peut être ce sont ces charmants petits insectes qui nous survivront !
# luc baillet dit :

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org