Fauchage d'OGM ce matin en Bourgogne

Source : communiqué, mis en ligne le 15 avril 2017

Les OGM de BASF colonisent nos champs : nouvelle action des Faucheurs Volontaires en Bourgogne

Faucheurs 1XXX Faucheuses et FaucheursVolontaires ont neutralisé dans la matinée une plate-forme d’essais de colza dans laquelle se cachent des OGM. Cette plate-forme a été mise en place sur la commune de Villy-le-Moutier. près de Beaune, par la firme agrochimique et semencière BASF.

BASF continue de développer la technologie « Clearfield » qui permet d’obtenir par mutagénèse des Variétés de colza et de tournesol rendues Tolérantes à un Herbicide (VrTH) pulvérisé sur la plante en post-levée . Cette firme semencière refuse d’indiquer les procédés d’obtention qu’elle utilise parce que la plupart de ses VrTH sont des OGM cachés issus de mutagénèse. Cette technique est clairement définie par la directive européenne 2001/18 comme produisant des OGM.

Pour créer la confusion, BASF évoque la mutation naturelle, ou les procédés « traditionnels » de mutagenèse appliquée sur des plantes entières qui sont exonérés des obligations découlant de la réglementation OGM. BASF n’utilise pourtant plus ces techniques obsolètes qu’il a abandonnées au profit de modifications génétiques de cellules isolées au laboratoire, multipliées in vitro puis régénérées en plantes entières. Les nouvelles variétés ainsi obtenues sont des OGM au sens des réglementations européenne et internationale.

BASF se cache derrière la protection de ses secrets de fabrication uniquement pour pouvoir échapper à toute évaluation, traçabilité et étiquetage. BASF commercialise ainsi ces variétés en violation des réglementations destinées à protéger la santé des populations et l’environnement, et à garantir l’information du public. De plus, BASF trompe les paysans en présentant ces variétés d’une manière mensongère comme « issues de procédés de sélection classique »

BASF produit l’herbicide qui va avec (Imazamox), et qui est pulvérisé en post-levée sur toutes les cultures de variétés « Clearfield ». La firme gagne donc sur tous les tableaux.

BASF communique sur la réduction de l’emploi d’herbicides. Ceci est mensonger car de plus en plus de résistances d’adventices sont avérées, ainsi que des repousses de cultures des années précédentes. Les producteurs doivent donc rapidement augmenter le nombre de passages, les doses et la toxicité des formulations d'herbicides. C’est une impasse agronomique.

Le gouvernement plie devant les promesses des firmes agro-chimiques pour ne pas évaluer les risques environnementaux des VrTH lors de leur inscription au catalogue. En 2015, les Faucheurs avaient déjà neutralisé la plate-forme d’essai de variétés de colza au GEVES.

BASF doit mettre un terme à la mise en place de ces plate-formes de démonstration qui ne sont en réalité que des outils de propagande.

Il y a quelques années, et suite à la mobilisation de nombreuses organisations de la société civile, BASF avait dû abandonner la mise en marché de sa variété de pomme-de-terre transgénique Armflora. BASF doit renoncer aujourd’hui à commercialiser ses semences de colza et de tournesol « Clearfield »

Les Faucheuses et Faucheurs Volontaires étaient déjà intervenus en novembre et en janvier derniers sur d’autres plate-formes mises en place par Dijon-Céréales. Ils sont déterminés à poursuivre leurs actions de désobéissance civile tant que ces cultures resteront présentes dans nos champs et donc dans nos assiettes, et qu’un moratoire ne sera pas mis en place par le gouvernement.

Il y a urgence!

Non au passage en force des OGM cachés, des brevets et des pesticides qui vont avec.

Oui à la préservation de nos systèmes de production agricole respectant notre santé et notre environnement. Oui à une alimentation choisie et de qualité.

Villy-le-Moutier, le 15 avril 2017

Faucheurs volontaires 4

 

Rechercher sur ce site

Utilisez le moteur  ci-dessous pour effectuer des recherches sur le site du Lot en Action (plus de 6 000 articles en ligne depuis février 2009)

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir, montant libre, de 1€ à un million de dollars !

Commentaires

  • KHALIFA Philippe
    • 1. KHALIFA Philippe Le 17/04/2017
    Bravo, il est bon de savoir que des " vrais citoyens " font le travail qui normalement échoit à nos instances grassement rétribuées, mais inopérantes pour ne pas dire complices ! BRACOUFA

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau