Figeac. Marcel Maréchal : J'aimerais fêter la 10e édition, en 2010

La Dépêche. Le 10 juin 2009. Laetitia Bertoni.

Festival de Théâtre. Les Tréteaux de France attendus dès le 23 juillet, avec « Oncle Vania », de Tchekhov.

Marcel Maréchal était lundi à Figeac.
Marcel Maréchal était lundi à Figeac.
Marcel Maréchal était lundi à Figeac.

Maréchal, vous revoilà !, lui lance une cliente, à la terrasse d'un café, place Champollion. L'homme de théâtre sourit. La femme part dans une tirade improvisée. Tout est résumé. La 9e édition du Festival de théâtre de Figeac s'annonce du 23 juillet au 1er août et, Marcel Maréchal, directeur des Tréteaux de France, est ici chez lui. Rencontre.

Après les 120 représentations « Des caprices de Marianne », parlez-nous d'« Oncle Vania ».

J'avais cette pièce de Tchekhov dans la tête depuis toujours. En France, Tchekhov est perçu comme un auteur rigide, avec une écriture stricte et noire. Lui, pensait écrire des comédies. Du Tchekhov, c'est comme du Molière, on doit rire tout en ayant une petite larme. « Oncle Vania » est une pièce simple, populaire, c'est l'histoire d'une famille. Une histoire bougrement bien ficelée, sans temps mort et pleine d'allégresse. Ce sera notre création. Nous y travaillons depuis trois mois. Les répétitions commencent, avec nos neuf comédiens, dont une Russe et une Roumaine.

Cette année, il n'y aura pas de tête d'affiche ?

Hélas, avec la disparition de mon ami Roger Planchon, non. Mais, nous avons une très belle programmation et nous lui rendrons un bel hommage.

La convention triennale des Tréteaux, centre dramatique national itinérant, avec l'État s'achève cette année. Qu'adviendra-t-il ensuite ?

Aucune décision n'est prise. Les Tréteaux de France continuent, ça, c'est sûr. J'aimerais que cette convention soit prolongée d'un an, pour fêter la 10e édition du Festival de Figeac en 2010, et voir notre installation dans le prieuré de Monteraut, Seine-et-Marne, en juillet 2010. Mais, j'ai aussi envie de prendre du recul, d'être free lance. Et puis, c'est peut-être faire preuve d'un peu de flagornerie, mais j'ai dû mal à trouver un successeur.

Le festival de Figeac a-t-il trouvé sa place ?

Ce qu'on connaît des Tréteaux de France, à Paris, c'est le Festival de Figeac, où se joue tous les ans la première de notre création théâtrale. Figeac, à la différence de Sarlat, n'est pas un festival d'accueil des compagnies. Il est bien plus, il est un lieu de création et de promotion des jeunes troupes et des compagnies régionales. Ce n'est pas un festival parmi d'autres. C'est le cœur des Tréteaux de France. Et, dans ma vie de comédien, resteront Le théâtre de La Criée, à Marseille, et Figeac.

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org