Gaz de schiste : le coup de gueule de bluboux

Le Lot en Action n°49. 2 mars 2012 par Bluboux

coup-de-gueule-gaz-de-schiste-ngspc.gifL’heure est grave. Alors que 14 permis de recherche exclusifs ont été mis très discrètement « en consultation » auprès du public sur le site du ministère de l'environnement, alors que se dessine de plus en plus clairement l’autorisation prochaine de l’exploitation des gaz de schiste en France (y compris si Hollande est nommé Khalife à la place du Khalife), les associations qui se sont montées pour fédérer les collectifs citoyens se perdent dans de viles luttes d’ego, se vautrent dans la bêtise la plus puérile et ont totalement abandonné la lutte contre le gaz de schiste.

À l’instar de ce qui se passe au sein de la coordination nationale, l’association NGSPC (crée au printemps 2011 pour fédérer les collectifs citoyens qui luttent contre le permis dit de Cahors) est devenue totalement inefficace. Les centaines de citoyens qui ont soutenu l’association sont laissés sans aucune nouvelle (si ce n’est un appel à cotisation), le site internet est complètement laissé à l’abandon, plus de newsletter, aucun communiqué de presse, plus aucune action, à l’exception de réunions stériles où les gens passent leur temps à se crêper le chignon et à se regarder le nombril. Une catastrophe honteuse qui dessert totalement la cause commune et fait les choux gras des pétroliers…

Quand l’incompétence s’allie avec la bêtise et l‘orgueil, rien ne va plus. Incapable d’organiser quoi que ce soit de cohérent, le bureau de NGSPC a refusé de relayer la dernière manifestation à Cahors (début janvier) et tente aujourd’hui de lancer un appel à manifester dans quelques jours, sans aucune concertation, sans qu’aucune information ne soit envoyée aux quelques 450 citoyens qui sont inscrits à la newsletter (alors qu’il suffirait d’un seul clic). Nous sommes atterrés de ce qui se passe. D’autant plus que certains militants de grande valeur, engagés dans cette galère, vont trinquer alors qu’ils n’y sont pas pour grand-chose.

En pleine campagne présidentielle, personne n’est capable de travailler de façon cohérente pour interpeller les candidats et les médias. Danièle Favari, qui signe régulièrement dans ces colonnes « Le filet de gaz de schiste », est l’une des seules à poursuivre efficacement la lutte, malgré les invectives assassines et les coups bas. Elle a rédigé une lettre ouverte aux candidats et tente actuellement de ramener un peu de bon sens dans tout ce fatras en essayant d’obtenir une position commune. Nous vous tiendrons informés dans le prochain numéro. Surveillez avec attention le site du LEA, sur lequel nous publierons cette lettre dès qu’elle sera validée, ainsi que sur le blog de Danièle : 

www.nongazdeschisteinfos.com.

Dernière minute : petit coup de théâtre. Au moment où nous bouclons ce journal, nous apprenons que Merzouk, qui fait partie des militants de valeur mentionnés dans cet article, vient de claquer la porte du CA de l’association NGSPC. Nous apprenons également que le bureau, probablement inquiet de la tournure que prennent les choses, a demandé à Sébastien Perroud (qui a mis en place le site et la boite mail, membre du premier CA qui a été remplacé par l’équipe actuelle en novembre dernier) de s’occuper à nouveau du site et de la newsletter. Ces deux nouvelles vont dans le bon sens. Espérons que cela sonne le réveil de toute l’équipe. Le combat contre l’exploitation du gaz de schiste et la folie meurtrière des compagnies pétrolières nécessite toute l’énergie des nombreux citoyens qui se sentent concernés et les compétences de chacun. Espérons également que la coordination nationale, qui se réunira les 3 et 4 mars à Cahors, entendra cet appel et tournera le dos à ces querelles intestines, même si l’ampleur des dégâts semble beaucoup plus sérieuse au niveau du national, avec de nauséabondes suspicions de malversations financières et de tentatives de récupération politique…

L’association NGSPC appelle à un rassemblement le samedi 3 mars, devant la mairie de Cahors, de 11h à 12h30 pour signer des pétitions. S’il y a peu de chance que cette manifestation soit un succès, compte tenu de la gestion plus que tardive de la communication et du manque de lisibilité des objectifs (signature de pétitions), c’est néanmoins l’occasion d’aller secouer un peu les puces de l’équipe locale et des membres du national.

Commentaires (9)

1. marie-claire 10/03/2012

Merci, Laurent, pour ta réponse!

Oui, oui, Je suis bien certaine que nous luttons dans le même sens!

Sûrement qu'il y a (eu), parmi les nombreux excellents militants, quelques individus qui ont pu tenter de détourner les choses pour flatter leur (tout) petit ego (je me répète : il y en a partout!) et il faut bien sûr les empêcher de nuire.
Simplement, je constate que, compte-tenu de l'urgence et de la gravité de la situation, la mobilisation du plus grand nombre est nécessaire. Or, cette mobilisation est très difficile à susciter, encore plus à maintenir... donc la prudence s'impose en matière de "coup de gueule"! Faire de la mousse publiquement autour de quelques soucis de cuisine interne ne peut que desservir la cause que nous défendons, toi comme moi! Et chaque fois que nous nous divisons, les pétroliers gagnent du terrain!!!

Concernant les adhérents NGSPC dont on a empoché la cotisation et qui n'ont pas reçu de nouvelles, si tu avais été devant la Mairie de Cahors le 3 mars, tu aurais entendu l'explication liée à un souci technique : le gus, bénévole retraité, visiblement peu féru en informatique, s'est pris les pieds dans les fichiers (j'ai oublié le nombre d'adhérents ayant reçu les mails, très inférieur au nombre d'adhérents total... mais tout ça doit être enregistré quelque part!!!) et s'en est platement excusé. Donc, j'ai envie de dire RIDEAU, non??!

http://www.spiritualite-reflexion.com/m/article-100032840.html

Solidairement,

2. boux (site web) 09/03/2012

Salut Marie-Claire,

Nous avons initié la première réunion publique sur le gaz de schiste à Cahors, avec J.L. Vialard et avons consacré de nombreux articles sur le sujet depuis un an, dans chaque numéro du LEA. Personnellement, j'ai fait plus d'une vingtaine de réunions publiques, dans lesquelles j'ai engagé les citoyens qui se sont déplacés à soutenir et adhérer à l'association NGSPC. J'en ai même vu beaucoup, sans le sou, se fendre d'un billet de 10 euros pour soutenir l'asso et la lutte contre les pétroliers.
Comme tu le soulignes, toutes les aventures collectives se heurtent aux problèmes inhérents à la nature humaine. S’ils ne sont pas insurmontables, ils peuvent parfois détourner le collectif de son objectif, tant ils deviennent envahissants. C’est malheureusement ce qui s’est passé au sein de NGSPC. Songe que depuis la fin du mois d’octobre, les adhérents n’ont reçu aucune nouvelle de l’asso, à l’exception d’un appel de cotisation (preuve que l’on savait tout de même se servir du fichier). Pire, certains, dont un membre du bureau actuel, ont même fait courir le bruit que la loi de juillet avait réglé le problème… La manifestation cadurcienne de janvier a été montée par des militants et n’a même pas été soutenue par l’association. Lors du dernier CA, il a été question d'utiliser les sous donnés par les citoyens (y compris les billets de 10 euros donnés par ceux qui sont dans la dèche) pour offrir le repas au restaurant à tous les participants à la coordination nationale… et ce ne sont que quelques exemples.
Longtemps nous nous sommes tus. Trop longtemps. Sur les marchés, dans les réunions publiques, plein de citoyens sont venus m’interpeller sur le silence du LEA à propos de ce qui se passe au sein de NGSPC. Certains m’ont même reproché vivement ce silence.
C’est très justement parce qu’il devient extrêmement urgent de reprendre très activement la lutte que ce coup de gueule a été poussé. Nous reprenons les réunions publiques, sollicitons à nouveaux les élus pour que des arrêtés municipaux soient pris. Il est tant que tout ce fatras cesse au sein de NGSCP, que les responsables (non cités dans le coup de gueule, mais ils se sont reconnus, je te l’assure), en tirent toutes les conclusions qui s’imposent. D’ailleurs je souligne au passage que les statuts prévoient un changement du bureau tous les six mois… Et que tout le monde saisissent la gravité de la situation. Les pétroliers sont en train de gagner le combat. 14 Forages sont effectifs en région parisienne… De nouveaux permis sont discrètement « mis à l’étude ». Alors on attend quoi ?

3. marie-claire 09/03/2012

Je rejoins Stéphanie sur ce point : "La critique est facile mais l'Art difficile..."
Je regrette ce coup de gueule, tout autant que j'apprécie le travail journalistique du Lot en Action, dans l'ensemble...

J'étais présente samedi 3 mars, autant au rassemblement devant la Mairie de Cahors qu'à la réunion de travail à la MJC ensuite. J'y étais, je précise, en tant que simple membre du collectif Ouest-Aveyron et je me demandais un peu, c'est vrai, à quel pugilat j'allais assister... compte-tenu de certains échos! Eh bien j'ai été heureusement surprise : la réunion était bien menée, la fougue ou l'impulsivité de certains bien maîtrisée -car, oui, évidemment qu'il y a sûrement eu des moments houleux, des mails cinglants, des portes qui claquent, COMME PARTOUT, dès qu'une action réunit des personnes différentes, d'horizons divers, aux tempéraments marqués!-. Au final, c'était un temps de travail riche en échanges de bonne tenue.
Ce n'était pas le cas dans le passé? Eh bien tant mieux : cela veut dire que les personnes ont su évoluer... ce qui n'est pas si simple, d'autant que toutes ces personnes, bénévoles, n'ont pas forcément des compétences de pros!

En fait, le seul moyen d'être sûr de s'épargner des conflits pénibles, c'est... de ne rien faire!!!

Sûr, certains sauront bien saisir le coup de gueule du Lot en Action comme prétexte pour se démobiliser... Est-ce vraiment ce qu'on veut?!

4. RICHARD 05/03/2012

Quelle honte ce gaz de schiste. Je viens de voir le film GASLAND. Voilà ce qu'il faudrait passer en boucle au grand public. Et dire que l'on nous culpabilise avec l'eau potable dans notre pays et du changement climatique. L'hiver canon à neige à gogo et si l'exploitation du gaz de schiste commence, nous nous détruirons tout seul dans notre propre pays! Comme aux Etats-Unis! La voilà la nouvelle arme de destruction massive.
SEULS LES PETITS SECRETS ONT BESOIN D'ETRE PROTEGES. LES GRANDS SONT TENUS SECRETS PAR L'INCREDULITE DU PUBLIC (Marshall McLuhan)

5. Bluboux 04/03/2012

@ Moscovici

Ton propos est un tantinet mensonger... camarade !

"François Hollande a notamment déclaré hier qu’"il ne faut jamais rien écarter, surtout si des recherches démontrent qu'on peut obtenir ce gaz sans nuire à la nature".

Si tu appelles cela prendre une position claire. Clair qu'il sera le premier à sucer le gros orteil aux pétroliers, convaincu par les premiers arguments de ces derniers, qui expliquerons que l'on peut travailler proprement.

Hollande est un traitre

6. Durand Christian (site web) 04/03/2012

Mêmes phénomènes dans la plupart des "collectifs" et "coordinations" auto-proclamées qui ont été très tôt infiltrés par des pro-gaz sortis de nulle part et mandatés par les collectivités locales... pour saboter la lutte !

7. Moscovici 03/03/2012

Pour le moment et en l’état, le candidat Hollande a clairement indiqué son opposition a l'exploitation des gaz de schiste...

Pfvcqdd.

8. Moscovici 03/03/2012

Pour le moment et en l’état, le candidat Hollande a clairement indiqué son opposition a l'exploitation des gaz de schiste...

Pfvcqdd.

9. Stéphanie Muzard Le Moing (site web) 03/03/2012

le coup de gueule de la Marianne des causses... c'est sur son blog ! LOTOIS, bougez -vous, on cherche des remplaçants. Nous sommes fatigués. chacun son tour....moi je lève le peton. La critique est facile mais l'Art difficile... quand les pétroliers seront chez vous, dans votre terrain, on pourra rigoler et se compter sur les doigts de l'homme ! NGSPC n'a aucune compétence pour communiquer en son sein, c'est aussi un métier et c'et le nerf de la guerre... mais ça, pour que ça rentre dans le ciboulot... bisous mon lolo.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org