Grand succès de la manifestation du 17 septembre à Paris

Communiqué du Front Syndical de Classe. 24 septembre 2009. Contribution de Lounis

Goodyear, Continental, Renault, Valeo, Arkema, Freescale, métallurgie CGT du Nord-Pas, Mac Cormick, Dunlop Montluçon,
Wagon, GM, Michelin, New Fabris, Ford, Philips…, des dizaines de sous-traitants, des hospitaliers, des enseignants, des notaires CGT, … la manifestation du 17 septembre à l’initiative de la CGT Goodyear Amiens et de nombreuse entreprises en luttes en grande partie issues de la filière automobile a réuni entre 3000 et 4000 participants sur les mots d’ordre de la base : défense de la production,
non aux licenciements, non à la répression antiouvrière et anti-syndicale, non au sacrifice des travailleurs au nom du profit maximum des
grands groupes capitalistes.


Cette manifestation constitue la « rentrée sociale » dans notre pays et il est significatif qu’elle ait été
organisée « par la base » alors que depuis des mois les fédérations et les confédérations se refusent à
une telle initiative, regroupées dans le syndicalisme d’accompagnement et dans une Confédération
Européenne des Syndicats dont le programme est de « sauver le capitalisme de lui-même ».
C’est clairement la stratégie des états-majors syndicaux qui est remise en question par les
travailleurs en lutte et c’est bien le « tous ensemble » qui a été repris à l’unisson par les
manifestants.
Le succès de cette action, ainsi que l’offensive antisociale qui s’approfondit, appelle des
prolongements et à approfondir de manière la plus unitaire possible les liens qui se sont créés ces
deniers temps entre de nombreux militants et syndicats de base. Il importe immédiatement de faire
du 26 septembre à Continental-Clairoix une réussite et d’amplifier la bataille du tous ensemble en
faisant converger toutes les luttes contre la régression sociale : celle des ouvriers de l’automobile
mais aussi celle des cheminots et des postiers contre la privatisation, celle des agents ERDF-GRDF
contre la répression qui s’abat contre les grévistes du printemps dernier…
Public/privé, les travailleurs sont affrontés au même pouvoir du capital et c’est seulement tous
ensemble en en même temps qu’ils pourront le faire reculer et imposer la satisfaction de leurs
revendications. Cela s’appelle la lutte de classe et c’est en la menant sans illusion sur le « dialogue
entre partenaires sociaux » que les travailleurs de France guidés notamment par une CGT de classe
et de masse ont su remporter d’importantes victoires en 1936, en 1945 ou en 1968.

Front Syndical de Classe
Site : www.frontsyndical-classe.org - Courriel : frontsyndical.classe@laposte.net
« Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l'unité, son motif le plus puissant. C'est pour la mener avec succès en rassemblant l'ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n'est pas une invention, c'est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu'elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l'exploitation et à l'écrasement. » H. Krazucki

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau