Hervé Novelli gomme son passé avec l'aide du CSA

Par David Servenay | Rue89 | 28/06/2009 | 12H58

Un reportage de France 3 Centre sur les années de militantisme à l'extrême droite du secrétaire d'Etat a été retiré de son site.

Hervé Novelli (et Christine Lagarde) lors d'une conférence de presse sur la TVA en mars 2009 (Benoit Tessier/Reuters).

Un secrétaire d'Etat et le CSA ont pu enterrer un reportage de France 3 Centre, sans passer par la case justice. Retour sur un sujet qui ne passe pas : l'engagement politique d'Hervé Novelli, dix ans de militantisme à l'extrême droite réduit par l'intéressé à un « engagement de jeunesse ». Un reportage désormais inaccessible.

On pourrait l'appeler « l'effet du Paon » : comment un politique brandit une bonne grosse menace de procès en diffamation pour effrayer une chaîne de télévision publique qui finit par lâcher son journaliste et parvient ainsi à retirer des archives de son site internet le dit-sujet. Le tout se finit, comme l'a annoncé Libération le 16 juin dernier, par une jolie reculade du secrétaire d'Etat aux PME. Hervé Novelli renonce à déposer plainte, parce que le CSA a fait le ménage, adressant une « mise en demeure » à la chaîne.

La « génération Occident » blanchie par la politique

Rue89 avait longuement raconté l'histoire survenue dans la région Centre en mars 2009, au moment des primaires UMP pour désigner la tête de liste aux régionales de 2010. Traitant ce sujet, Xavier Naizet, journaliste expérimenté de France 3 à Orléans, consacre un long reportage au passé politique d'Hervé Novelli, candidat à l'investiture.

Où l'on (re)découvre la très longue fréquentation d'Hervé Novelli à l'extrême droite, puisque l'actuel secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et moyennes entreprises, du Tourisme, des Services et de la Consommation (ouf, n'en jetez plus) a milité dans toutes les officines à la mode de l'époque : Occident, Ordre Nouveau, le Parti des forces nouvelles (PFN) et bien sûr, le Front national. Une bonne décennie, du lycée au tournant de 1981, un peu plus qu'un « engagement de jeunesse » comme le présente aujourd'hui l'intéressé.

Tout cela n'est pas un scoop : le journaliste Frédéric Charpier l'a longuement développé dans un livre référence, « Génération Occident », paru en 2005. Il relate les parcours des Gérard Longuet, Patrick Devedjian, Alain Madelin ou Claude Goasguen. Tous très anti-communistes, tous très libéraux et tous très engagés dans la vie politique nationale à partir des années 80.

Début 1973, Hervé Novelli, alors encarté au FN, est notamment l'auteur d'un article où il s'en prend violemment à Jean-Marie Le Pen qui revendique la paternité d'Ordre nouveau. Bisbilles internes à l'extrême droite. Jusqu'à la fin des années 70, le jeune Novelli fréquente ses mêmes amis, tout en faisant campagne pour Michel d'Ornano, candidat des Républicains indépendants aux municipales de Paris en 1977.

Une enquête fouillée ? « Inégalité de traitement », répond le CSA

Dès la diffusion du sujet de France 3 Centre, en mars dernier, Hervé Novelli obtient le retrait du sujet du site internet de la chaîne. Puis, il la menace d'un procès en diffamation. Enfin, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) « autosaisi » adresse une « mise en demeure » à France 3 le 10 juin, pour « inégalité de traitement entre les deux candidats » à l'investiture UMP.

Une décision qui tient en dix lignes, en soulignant que la chaîne a pêché par « inégalité de traitement ». En clair, elle n'a pas respecté son obligation de « neutralité ». L'avis du CSA est d'ailleurs titré : « Déontologie de l'information : France 3 Centre mise en demeure ». Il insiste sur « le respect du principe d'égalité de traitement et des
recommandations du Conseil », dans le but d'« assurer l'honnêteté, l'indépendance et le
pluralisme de l'information ainsi que l'expression pluraliste des
courants de pensée et d'opinion. »

L'extrême droite ? « Un engagement de jeunesse »…

Au CSA, on précise que la chaîne « n'a pas respecté l'obligation d'impartialité et d'équilibre des points de vue ». Une fois l'avis publié au Journal officiel, Hervé Novelli a fait savoir par son avocat, Jean-Marc Fedida, qu'il ne poursuivrait pas en diffamation France 3 et Xavier Naizet. A Libération, l'avocat précise :

« Hervé Novelli a décidé que, puisque le CSA auto-saisi avait rendu cette décision, (…) il ne souhaitait pas qu'il puisse y avoir une dégradation complémentaire des relations entre la chaîne et le ministre. Le ministre a mis sous le boisseau son amertume d'avoir été ainsi traité. »

Hervé Novelli s'est d'ailleurs invité samedi 20 juin dans l'émission La voix est libre pour présenter sa version d'un « engagement de jeunesse » déclenché par Mai 68 :

« Pendant quelques années, je me suis battu à l'intérieur de ces mouvements anti-communistes, dans une période très troublée. »

Période qu'il réduit aux années 1968-1971, date à laquelle il part faire son service militaire, puis, dit-il, « la vie a repris le pas ».

« Une classique stratégie d'intimidation »

En fait, le CSA n'a pas commenté la qualité du sujet de Xavier Naizet, mais la différence de traitement des deux candidats. Subtile nuance. La direction de France 3 n'a pas souhaité répondre à nos questions. Xavier Naizet, qui estime avoir été soutenu par sa rédaction en chef, y voit une habile manoeuvre du ministre :

« C'est la première fois qu'il y a une pression aussi intense de la part des politiques locaux. D'habitude, cela ne redescend pas jusqu'au rédacteur. Cela me conforte dans l'idée qu'Hervé Novelli a utilisé une classique stratégie d'intimidation. »

Résultat : un sujet d'enquête enterré, un journaliste lâché par sa direction et un CSA transformé en grand ordonnateur des bonnes mœurs journalistiques. Plus besoin de créer une instance de déontologie, elle existe déjà.

Photo : Hervé Novelli (et Christine Lagarde) lors d'une conférence de presse sur la TVA en mars 2009 (Benoit Tessier/Reuters).

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org