Hortefeux: les seniors valent bien une messe... et même une loi !

Marianne2. 1er février 2010 par Philippe Cohen

Une fois encore, le ministre de l'Intérieur surfe sur un fait divers pour proposer une loi pénale inepte de renforcement des peines pour les agresseurs de petits vieux. TF1 relaie l'affaire, mais sûr que cela prenne cette fois-ci...


Pour les freudiens, la répétition est voisine de palier de la mort. Mais Brice Hortefeux est sans doute très étranger à la culture psychanalytique. Dès que notre ministre de l'Intérieur, préposé « au gros rouge qui tache », a eu vent de cette affaire de retraités septuagénaires sauvagement assassinés la semaine dernière, il a immédiatement déclaré que l'Etat n'allait pas rester inerte.

Puis notre ministre de l'Intérieur a immédiatement conforté l'adage de Maître Eolas «un fait divers une loi» en proposant que la législation devienne plus draconienne pour les agresseurs de personnes âgées, ce qui contribuerait, s'il était encore appliqué, à piétiner un peu plus encore le principe d'égalité devant la loi. Claire Chazal a immédiatement invité le ministre au JT de samedi soir, et l'a remercié pour cette idée de loi seniors qu'elle a jugée « très concrète ». Au moins, le Président peut être rassuré sur  ce point : Martin Bouygues et TF1 font toujours partie des amis de l'Elysée. L'inévitable Frédéric Lebvèvre s'est immédiatement porté au secours du ministre de l'INtérieur sur nouvelobs.com.

Le problème est que cette fois-ci, ça ne prend pas.
D'abord, Michèle Alliot-Marie s'est permis de rappeler à Brice Hortefeux que les lois relevaient de son magistère et non du premier flic de France.
Ensuite, malgré la marche silencieuse organisée samedi prochain dans la localité de Pont Sainte-Maxence (où a eu lieu le double meurtre) par l'UMP, les journaux radiophoniques de ce matin n'abordaient guère le sujet, comme si l'allumette de Brice Hortefeux était mouillée.
Enfin, même un chroniqueur habituellement jugé peu progressiste, comme Eric Zemmour, a retourné l'arme des seniors contre Brice de la place Beauvau :



Le chroniqueur de RTL rappelle au ministre que les vieux, aujourd'hui, sont des soixante-huitards, ses bêtes noires. Ces derniers ont, c'est vrai, profité de l'école des années 60 (en bien meilleur état qu'aujourd'hui), du plein emploi des trente glorieuses, de l'inflation garante d'un accès à la propriété confortable. Non contents de profiter de tous ces privilèges qui échappent à leurs descendants, ils n'ont pas fait assez d'enfants pour pérenniser le système de retraites par répartition et ont garanti l'élection de Nicolas Sarkozy puisque, dixit Zemmour, « le Président n'aurait pas été élu si l'on avait interdit le vote les plus de 60 ans. »
Sus aux seniors et à leur privilèges, donc! Jusqu'alors, ce discours - polémique mais assez réaliste - était plutôt entendu à gauche, par exemple chez des auteurs comme Louis Chauvel. Mais si ce discours passe désormais à droite, le Président peut se faire du souci pour 2012....

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau