Hydrocarbure aromatique polycyclique

Le Lot en Action. Pièce du dossier sur le projet de centrale d'enrobage à Thémines

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques, communément appelés HAP, sont une famille de composes chimiques constitues d’atomes de carbone et d’hydrogène dont la structure des molécules comprend au moins deux cycles aromatiques condenses.
Attention à ne pas confondre, dans le même domaine, avec l'abréviation anglo-saxonne Hazardous Air Polluants, dont la liste également très longue, regroupe des produits chimiques sur la base de leur demi-vie dans des conditions normales d'évaporation.
Depuis de nombreuses années, les HAP sont très étudiés car ce sont des composés présents dans tous les milieux environnementaux et qui montrent une forte toxicité. D’ailleurs, c’est une des raisons qui a conduit à leur ajout dans la liste des polluants prioritaires par l’agence de protection de l'environnement des Etats-Unis des 1976. Aujourd’hui, ils font également partie des listes de l’OMS (Organisation Mondiale de la Sante) et de la communauté européenne. Cependant ils ne font pas partie des polluants organiques persistants (POP) car aucun d'eux n'est inclus dans la liste déclaratoire de la Convention de Stockholm.

Toxicité
L’une des raisons ayant conduit au classement des HAP dans la liste des polluants prioritaires de l’EPA est le caractère toxique de certains d’entre eux. Ce sont des molécules biologiquement actives qui, une fois absorbées par les organismes, se prêtent a des réactions de transformation sous l’action d’enzymes conduisant a la formation d’époxydes et/ou de dérivés hydroxyles. Les métabolites ainsi formes peuvent avoir un effet toxique plus ou moins marque en se liant a des molécules biologiques fondamentales telles que les protéines, l’ARN, l’ADN et provoquer des dysfonctionnements cellulaires.

Benzo(a)pyrène
Le Benzo(a)pyrene (B(a)P) est un des HAP les plus toxiques. En effet, il est reconnu comme cancérogène par l’IARC (International Association for Research on Cancer). La toxicité du benzo(a)pyrene est en partie directement liée au pouvoir cancérogène de l’un de ses métabolites, le BPDE, qui se fixe au niveau de l’ADN des cellules et entraine des mutations pouvant à terme aboutir au développement de cancers.
Outre leurs propriétés cancérogènes, les HAP présentent un caractère mutagène dépendant de la structure chimique des métabolites formés. Ils peuvent aussi entrainer une diminution de la réponse du système immunitaire augmentant ainsi les risques d’infection.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org