Identité nationale : le ministère réitère son dérapage

Rue89. 19 décembre 2009 par Chloé Leprince

Eric Besson à l'université d'été de l'UMP à Saignosse (Audrey Cerdan/Rue89)

Vous souvenez-vous de la circulaire envoyée aux préfets par le ministère de l'Immigration pour préciser les conditions d'organisation du débat sur l'identité nationale ? En novembre, vous découvriez dans Rue89 que le cabinet d'Eric Besson avait discrètement caviardé le document officiel qui suggérait initialement cette question :

« Comment éviter l'arrivée sur notre territoire d'étrangers en
situation irrégulière, aux conditions de vie précaires génératrices de
désordres divers (travail clandestin, délinquance) et entretenant, dans une partie la population, la suspicion vis-à-vis de l'ensemble des étrangers ? »

Dénoncée par des universitaires, cette formulation qui stigmatisait les étrangers en les assimilant par défaut à des fauteurs de trouble avait été amendée. La partie de la phrase « génératrices de
désordres divers (travail clandestin, délinquance) » ayant été supprimée sur le site officiel du fameux débat, quelques jours plus tard.

Au ministère, on avait assuré à Rue89 que c'était à l'initiative expresse d'Eric Besson en personne que le caviardage avait eu lieu. C'était le 26 novembre.

Or, sur le bulletin officiel du même ministère, mis en ligne ce week-end, et daté du 30 novembre (après l'article, donc), on découvre que la mention d'origine figure bien dans la batterie de questions répertoriées dans le « guide pour la conduite des débats locaux ».

Certes, la tournure précise bien « et entretenant, dans une partie la population, la suspicion vis-à-vis de l'ensemble des étrangers ». Mais, malgré la fin de la phrase, le ministère reconnaissait lui-même le 26 novembre que la chose était pour le moins maladroite. Son rétropédalage n'aura visiblement duré qu'un temps.

Photo : Eric Besson à l'université d'été de l'UMP à Saignosse (Audrey Cerdan/Rue89)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau