Internet: Estrosi dicte les règles, mais ne joue pas le jeu !

Marianne2. 15 décembre 2009 par Gérald Andrieu

Le ministre chargé de l’Industrie continue d’expliquer dans les médias qu’Internet s’est contenté de ne retenir que sa malheureuse phrase sur l’identité nationale et le peuple allemand. Mais si l’on veut écouter l’ensemble du discours, c’est impossible: la vidéo a disparu de Dailymotion et du site de Christian Estrosi.



«Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis ». Ah c'est qu'il l'aime, cette formule, Christian Estrosi ! Ne lui dites surtout pas qu'elle a été inventée par Lionel Jospin, vous lui gâcheriez son Nöel.... Il l’aime tellement, cette jospinade qu’il en affiche une version revisitée par Ben, l’artiste franco-helvetico-nissart, en page d’accueil de son site Internet. Le hic est que Christian Estrosi serait mieux résumée par une autre devise : « Faites ce que je dis, mais ne faites surtout pas ce que je fais ». Voici pourquoi.

Dans Libération de ce lundi, le ministre de l’Industrie revient en deuxième semaine pour justifier son ubuesque sortie sur l’identité nationale et l’Allemagne et en profite pour s’en prendre au fautif : le Web. « Les polémiques outrancières et violentes qui peuvent s’y déployer suite à un malentendu sémantique font mal, écrit-il, Parfois, la Toile avale trop vite un bout de phrase et a du mal à le digérer. Depuis quelques jours, de nombreux commentateurs se déchaînent sur une phrase que j’ai prononcée dans un long discours à Nice indiquant que “si à la veille du second conflit mondial, dans un temps où la crise économique envahissait tout, le peuple allemand avait entrepris de s’interroger sur ce qui fonde réellement l’identité allemande, héritière des Lumières, patrie de Goethe et du romantisme, alors peut-être aurions-nous évité l’atroce et douloureux naufrage de la civilisation européenne”. À partir de cette phrase, on me fait passer pour, au mieux un décérébré, au pire un révisionniste persuadé qu’“un débat sur l’identité nationale aurait pu bloquer Hitler” ».

En définitive, le ministre de l’Industrie repasse, dans les colonnes de Libé, le même plat qu'il a déjà servi à « Parlons net », l’émission de France Info, à laquelle il participait vendredi : « Le Web, c’est quoi ?, déclarait-il, C’est se dire : “Tiens, on va jouer. On va emmerder Estrosi. On va prendre un tout petit extrait. On va l’avaler. On va le digérer et on va le recracher à notre manière” ».

Mais le maire de Nice a beau jeu de dicter les règles de savoir-vivre sur le Net. Lui-même s'assoit dessus sans vergogne. Car si certains internautes veulent, comme il le préconise, écouter l'ensemble de son discours et ne pas se contenter de cette seule mais fulgurante phrase, c'est impossible : la vidéo a disparu de Dailymotion, tout comme la page sur laquelle elle avait été publiée sur le site Internet du ministre de l'Industrie. Ne reste qu'une page vierge sur laquelle est inscrit « Erreur 404 ». Une mauvaise manip, sans doute...


Internet a de la mémoire. Cette page est celle qui abritait à l'origine la vidéo du discours prononcé le 26 novembre devant ses «amis». En atteste son nom. (capture écran: Christian-estrosi.com)

Internet a de la mémoire. Cette page est celle qui abritait à l'origine la vidéo du discours prononcé le 26 novembre devant ses «amis». En atteste son nom. (capture écran: Christian-estrosi.com)

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org