L’électricité à moitié prix pour des milliers de Lotois : le cadeau des grévistes. Bellaciao


mardi 21 avril 2009 (11h03)

Evidemment ce genre d’action n’est pas relayé par les grands médias qui préfèrent parler des coupures et des "prises d’otage".

Vivent les grèves offensives et solidaires !


Neuf heures hier matin, le centre EDF -GDF a pris des allures de résistance. Des bobines de bois en empêchent l’accès.

Des banderoles ont été épinglées sur le grillage. Sur l’une d’elle « être en liberté », sur une autre « retrait du projet d’externalisation des activités ». Contre toute attente, les agents en grève, une soixantaine, tiennent une assemblée générale.

Ce matin ils ont choisi de mettre en heures creuses tout l’ Est du département, soit toutes les communes de Figeac à Saint -Céré, la moitié du département en somme . Une aubaine pour de nombreux foyers, la différence de prix entre une heure pleine et une heure creuse est de l’ordre de la moitié.

« Nous sommes en grève contre le projet d’externalisation du réseau, qui comprend entre autre le dépannage, l’entretien. Il va y avoir des suppressions massives d’emplois en France et dans le Lot aussi, on veut l’arrêt de ce projet » remarque Jean-Jacques Wagner secrétaire général CGT énergie du Lot. Au nom de l’intersyndicale un préavis de grève a été déposé. « Avec l’externalisation on va soumettre les compétences au privé, il n’y aura plus un seul agent » poursuit-il.

Dans le Lot ça représente 250 personnes.

Toute la journée à tour de rôle, par groupe de 30, ils bloquent l’accès, répondent parfois aux questions des usagers. Quelques coups de klaxon, en signe de soutien, de temps en temps se font entendre.

Autre motif de mécontentement : « dans le département il y a 8 sites, des sites techniques ou plus axés sur la clientèle, on vise à fermer tous les sites de proximité, en juin le site de Luzech est menacé, viendront dans la foulée Souillac, Saint-Céré, Figeac, ce sont des sites où les agents partaient pour des interventions, c’est la mort du service public… Luzech a été frappé lors de la tempête en janvier ne l’oublions pas. Les sites de moins de 10 agents sont tous voués à fermeture, et il y a de moins en moins d’agents » martèle Jean-Jacques Wagner.

Plus vindicatif « nous demandons un moratoire sur la fermeture du site de Luzech, un moratoire sur des suppressions de postes ou d’emplois, beaucoup de départs en retraite ne sont pas remplacés, un moratoire également sur les effectifs de travail ». Un syndicaliste dans les rangs fait remarquer « plusieurs sites sont occupés depuis une quinzaine de jours en Midi-Pyrénées, à Toulouse le centre des Sept Deniers est bloqué depuis 27 jours...Nous ne sommes pas là spécialement pour le pouvoir d’achat, même si l’augmentation des salaires est une revendication , mais en premier lieu pour le maintien du service public et l’ouverture des négociations, on n’a pas de stock -options nous. Nous ne sommes pas dans une entreprise bananière que je sache ».

Les roulements se poursuivent, au gré d’une météo capricieuse. «On continue gentiment notre mouvement » glisse Jean-Jacques Wagner . Du côté de la direction, rencontrée sur place M. Boquillon sommairement nous déclare « il n’y a pas d’expression de la direction ». Le mouvement se poursuit aujourd’hui sur le site , mais autrement . Le mouvement continue sous d’autres formes

Hier, en guise d’action symbolique les agents grévistes avaient choisi de mettre tout l’Est du département en heures creuses, Une méthode qui pourrait être reconduite aujourd’hui dans un autre secteur géographique sous réserve de l’assemblée générale.

« Aujourd’hui on continue l’action avec des appels à la grève dans tous les services, dans la journée » confie Jean-Jacques Wagner.

« Nous irons peut-être soutenir un piquet de grève à Toulouse dans les jours à venir, ici nous avons demandé a être reçu par la préfète jeudi prochain ». Joint en fin de journée Jean-Jacques Wagner confirmait la poursuite du mouvement, sous d’autres formes donc, le centre ne sera pas bloqué. « Nous allons certainement intervenir sur le réseau sans bien entendu pénaliser les usagers. Il y aura certainement des coupures dans des bâtiments administratifs ». Rappelons que d’autres opérations avaient eu lieu en d’autres villes, dont Toulouse avec début avril une opération escargot pour la défense du service public.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org