L'EPR se prend une gifle

Réseau Sortir du Nucléaire. 27 décembre 2009

Appel d'offre à Abou Dhabi : "Sortir du nucléaire" se félicite de l'échec de l'offre française



- La vente d'un réacteur EPR à la Finlande coûte des milliards à la France
- Il est donc heureux que l'EPR ne soit pas sélectionné à Abou Dhabi
- Les projets nucléaires d'Abou Dhabi restent néanmoins virtuels




Le Réseau "Sortir du nucléaire" se félicite de ce que l'offre française, portée par EDF, Areva, Suez-GDF et Total, n'ait pas été retenue par l'Emirat d'Abou Dhabi, qui a la mauvaise idée de projeter la construction de plusieurs réacteurs nucléaires.

C'est en effet une bonne chose pour la France que le réacteur français EPR ait été recalé car, comme le montre le cas de la Finlande, la vente d'un EPR coûte de l'argent à la France au lieu de lui en rapporter. Vendu 3 milliards d'euros à la Finlande, l'EPR, dont le chantier (commencé fin 2005 et qui compte au moins 3 ans de retard) est un désastre industriel et financier, va en réalité coûter au moins 6 milliards et c'est la France qui va devoir payer cet immense surcoût.

D'ailleurs, le chantier du second EPR, actuellement en cours à Flamanville (Manche), suit le même chemin : commencé fin 2007, il compte déjà un an de retard et un milliard de surcoût. Il n'y a donc objectivement aucune raison pour l'éventuelle vente d'autres réacteurs EPR ne se solde pas à nouveau par des surcoûts à la charge de la France.

Archaïque avant même d'entrer en service (il a été conçu au début des annés 90 !), le réacteur EPR est si cher et si mauvais qu'il n'a quasiment aucune chance d'être retenu par des électriciens étrangers. Et ce d'autant que l'autorité de sûreté britannique (par la suite rejointe par les autorités de sûreté finlandaise et française, qui n'avaient elles rien détecté !) a récemment mis à jour une grave faille dans le système de sûreté de l'EPR.

Tous les réacteurs nucléaires sont dangereux et chers, mais l'EPR est assurément un des pires réacteurs nucléaires de tous les temps.

Ceci dit, comme c'est déjà le cas de la plupart des projets de nouveaux réacteurs annoncés ici ou là sur Terre, le projet nucléaire d'Abou Dhabi a de bonnes chances d'être abandonné : utiliser des réacteurs nucléaires n'est pas seulement la façon la plus dangereuse et la plus polluante de produire de l'électricité, c'est aussi la plus chère.

La majorité des pays a compris que la seule bonne option était de développer simultanément les économies d'énergie et les énergies renouvelables, et de ne surtout pas investir dans une technologie archaïque comme le nucléaire.. Une fois de plus, la France atomique va dans le mur…