L'UMP au PMU des dictateurs...

Les mots ont un sens. 3 novembre 2009 par

L'UMP enfin décomplexée. Pourquoi se gêner... Après le "jumelage" tout en délicatesse de l'UMP et du parti communiste chinois, voilà que l'UMPiste Eric Raoult se réjouit bruyamment de l'élection du président tunisien Ben Ali, allant jusqu'à le soutenir contre les journalistes français (et tunisiens). 

UMP Chine Tunisie - Eric Raoult

89,62%. C'est le score hautement démocratique atteint par le président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali lors de sa réélection, la semaine dernière. L'épreuve était rude, pourtant, face à ses trois opposants déclarés. Le premier, Ahmed Brahim, le seul à avoir mené campagne en son nom, a reçu 1,57% des suffrages. Les deux autres, totalement inconnus du public, semble-t-il, ont reçu respectivement 5,01% et 3,80% des voix... alors qu'ils ont fait campagne en faveur du président actuel ! Immédiatement après le scrutin, le journaliste Taoufik Ben Brik a été arrêté et incarcéré, rejoignant ainsi ses deux confrères interpellés avant les élections, et les centaines de prisonniers politiques enfermés dans des geôles où la torture est monnaie courante.

La Tunisie "commerce avec nous". Circulez...

Réaction immédiate de la France : selon l'agence gouvernementale TAP, Nicolas Sarkozy "a fait part de ses plus vives félicitations" au président fraichement réélu, "lui souhaitant succès et réussite". Réaction consolidée par la voix d'Eric Raoult, député-maire du Raincy, président de la Fédération UMP de Seine-Saint-Denis et membre du groupe d'amitié France-Tunisie à l'Assemblée, qui était invité de Berbère Télévision. Il s'y est déclaré "réjoui" de l'élection de Ben Ali, "parce que c'est un pays qui est ami de la France" et "qui commerce avec nous". "Incontestablement, en Tunisie, beaucoup de gens aiment le président Ben Ali" a-t-il affirmé. L'argument n'est pas sans rappeler celui de Nicolas Sarkozy qui, justifiant l'élection de Vladimir Poutine, avait argué de sa grande popularité.

Expulser des journalistes : "un jeu" ?

Quant à la liberté de la presse, et notamment l'expulsion de la journaliste du Monde, Florence Beaugé ? Eric Raoult en a remis une louche : "Quand un certain nombre d'observateurs français font de la provocation à l'égard du président Ben Ali, ils savent que quand ils arrivent à Tunis, on les remet dans l'avion, et ça devient un jeu". "Si j'apprenais demain qu'un certain nombre de journalistes qui critiquent la Tunisie, qui critiquent le Président Ben Ali, vont y passer leur vacances. Là, je serais choqué" a-t-il encore déclaré. Des journalistes emprisonnés, une parodie de démocratie... tout va bien, mais qu'un journaliste ose critiquer ce régime tout en venant se dorer la pilule à Djerba, quel scandale !

Un débat sur l'identité (inter)nationale ?

Il y a quelques jours, en loucedé, l'UMP signait un accord de coopération avec le Parti communiste chinois. Aujourd'hui, il est question de rééditer l'exploit avec le parti de Vladimir Poutine. Et pourquoi pas une alliance stratégique avec la Corée du Nord ? Tant qu'on y est...

La citation du jour : "Je ne crois pas à la realpolitik qui fait renoncer à ses valeurs sans gagner des contrats. Je n'accepte pas ce qui se passe en Tchétchénie, au Darfour. Je n'accepte pas le sort que l'on fait aux dissidents dans de nombreux pays. Je n'accepte pas la répression contre les journalistes que l'on veut bâillonner. Le silence est complice. Je ne veux être le complice d'aucune dictature à travers le monde". Nicolas Sarkozy, le 14 janvier 2007 au Congrès de l'UMP. Reste à savoir de quelles "dictatures" il parlait, peut-être de la Belgique ?

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org