La flamme d'Hiroshima à Cahors

Bien Profond. 28 février 2010.


LA FLAMME DU DÉSARMEMENT NUCLÉAIRE - PARC DE LA PAIX D'HIROSHIMA

ALLUMÉE SUR LES CENDRES ENCORE BRÛLANTES
DE L'EXPLOSION ATOMIQUE DU 6 AOÛT 1945, CETTE FLAMME BRÛLE DEPUIS SANS DISCONTINUER
ET NE SERA ÉTEINTE QUE LORSQUE TOUT L'ARMEMENT NUCLÉAIRE MONDIAL SERA DÉMANTELÉ.

 

 

Nous revenons en cette fin février 2010 sur les événements de novembre 2009 dernier qui ont amené la municipalité de Cahors à annuler l'accueil officiel prévu de la Flamme d'Hiroshima et de la "Marche mondiale" suite à une opération "habille" de La Dépêche du Midi et du "Mouvement de la Paix" pour discréditer cette initiative en faveur de la Paix et la Non-vilolence.

Considérant que les nombreuses associations locales impliquées dans l'organisation de cet accueil ont été diffamées par l'organe de presse, nous nous devions d'amener quelques éléments d'explications pour qui ne voudrait pas s'arrêter sur les apparences et les confronter aux faits réels.

 

... une Marche un peu trop haute

La Flamme d’Hiroshima pour l’abolition des armes nucléaires a été mandatée par le Maire d'Hiroshima pour suivre le parcours de la "Marche Mondiale pour la paix et la non-violence", impulsée par "Monde sans Guerres et sans violence" avec le soutien du réseau mondial "Abolition 2000" et de l'association internationale des "Maires pour la Paix". Cette Marche, partie de Nouvelle-Zélande le 2 octobre 2009 pour s’achèver en Argentine le 2 janvier 2010, poursuivra sa route jusqu’à New-York où une grande manifestation pour la paix et l’abolition des armes nucléaires aura lieu en mai 2010 à l'occasion de la conférence de révision du Traité de Non Prolifération nucléaire (TNP).

En France, la Flamme d’Hiroshima a accompagné la Marche mondiale du 6 au 12 novembre 2009, en passant par Paris, Saintes, Saint-Pierre d’Oléron, Bordeaux, Agen, Cahors, Toulouse, Perpignan et d’autres villes, avant de rejoindre Barcelone le 13 novembre. Elle fera halte à Cahors le 10 novembre.

 

Un certain nombre de citoyens et d'associations lotois, réunis en collectif sous le nom "Désarmer pour vivre en Paix" *, donnant suite aux Rencontres des 8 et 9 août à Gramat, a pris l'initiative de demander au Maire de Cahors d'accueillir officiellement la Flamme d'Hiroshima pour son passage dans le Lot.

Un courrier au Maire de Cahors formulant cette demande lui est adressé le 15 septembre 2009.

M. le maire répondra favorablement à ce courrier le 9 octobre, par une communication téléphonique de son secrétariat stipulant son accord pour accueillir la Flamme d'Hiroshima le 10 novembre et adhérer aux maires pour la Paix lors d'un prochain conseil municipal.


* citons toutes les associations participant au Collectif : ACDN, Monde Sans Guerres, le Réseau Sortir du Nucléaire, les Amis de la Terre, Sortir du Nucléaire Lot, Bien Profond, Collectif Stop Déchets Quercy-Rouergue, Défi Viet Nâm, la Confédération Paysanne du Lot, Gramat Information Citoyenne, Va de l’Avant et VITES.

 

LE GINKGO BILOBA DANS LE JARDIN DE LA PAIX À CAHORS
PLANTÉ EN SEPTEMBRE 2006 PAR LA VILLE DE CAHORS ET LE COMITÉ DU LOT DU MOUVEMENT DE LA PAIX

LA PAIX - SELON LA DÉFINITION DONNÉE ICI - DÉSIGNE "HABITUELLEMENT
UN ÉTAT DE CALME OU DE TRANQUILITÉ COMME UNE ABSENCE DE PERTURBATION OU D'AGITATION"
EN ARRIÈRE PLAN, LA SILHOUETTE DU PETIT HOMME, MASCOTTE DES CITOYENS DU MONDE

 

 

Annulation de la cérémonie

Le Collectif engage alors des échanges cordiaux avec la ville de Cahors pour organiser l'accueil de la Flamme d'Hiroshima (dont ce courriel du 12 octobre).

Mais, alors que les invitations sont déjà parties depuis une semaine, le maire de Cahors nous avertit brusquement, le 5 novembre - à une semaine de l'évènement - qu'il annule la réception de la Flamme d'Hiroshima. La mairie envoie un communiqué pour annuler les invitations.

La raison de ce retournement soudain, est que le "Mouvement humaniste" auquel est affilié "Monde Sans Guerres", initiateur de la Marche mondiale, serait assimilé à une secte, et que la presse va s'emparer de cette suspicion (... lire notre réaction à chaud).

Le lendemain jeudi 6 novembre, effectivement, un dispositif de presse diffamatoire de La Dépêche du Midi discrédite d'une façon définitive notre initiative pour la Paix, et par des jeux d'amalgame et de manipulation, jette dans un même sac coupable et honteux tous ceux qui ont de bonne foi participés à son organisation. Elle s'arroge même le droit d'annuler simplement la manifestation "[La Marche] devait passer par Cahors. C'était sans compter sur la vigilance (...).

On peut en effet parler de dispositif : bandeau de 'une' - article d'accroche en première page du cahier département - grand article en page trois - deux hors-textes... L'équivalent d'une pleine page dans sa meilleure exposition. On n'aurait jamais espéré voir dans La Dépêche du Midi une aussi bonne couverture pour célébrer la Paix, la Non-violence et demander le Désarmement nucléaire - il est vrai que cela aurait présenté "un danger de rupture avec l'environnement d'origine".

 

L'habillage est "habile"

Dans ce dispositif qui suggère progressivement le complot, l'amalgame est sciemment entretenu, répété et organisé en crescendo : le caractère sectaire de "l'organisation", "les associations sont lié(e)s au mouvement humaniste, classé parmi les sectes", "un collectif d'associations lié au mouvement et au parti humaniste". Ainsi donc est affirmé et répété que 'les associations' sont liées au Mouvement humaniste, donc à une secte. De là à penser qu'elles sont elles-mêmes des sectes, il n'y a qu'un pas que le lecteur est incidemment amené à franchir.

De quelles associations s'agit-il ?
Sans doute de celles qui ont appellé à cette Marche et qui ne seront jamais citées dans l'article. Cette simple affirmation réitérée - l'organisation est sectaire - renvoie donc une douzaine d'associations et de collectifs dans une même nasse de culpabilité. Ainsi donc, l'Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire, le Réseau Sortir du Nucléaire, les Amis de la Terre, le groupe Sortir du Nucléaire Lot, le Collectif Stop Déchets Quercy-Rouergue, la Confédération Paysanne du Lot, et les associations Défi Viet Nâm, Bien Profond, Gramat Information Citoyenne, Va de l’Avant et VITES, sont tous condamnés sans distinction, et sans appel, comme étant des sectes, au même titre que "Mondes Sans Guerres et sans violence" (cf. notes sur les arguments de la Dépêche du Midi, d'Infos sectes et du MdP).

Que cherche à prouver La Dépêche du Midi ?

 

Droit de réponse

Notre Collectif, mis en cause dans cet article - demande à la rédaction de La Dépêche du Midi d'inclure dans ses colonnes un droit de réponse, en même place que l'article auquel il se réfère. Ce droit de réponse rappelle que les associations de notre collectif ne sont PAS liées à “Monde Sans Guerres”, mais que c'est au contraire MSG qui s’est associé à notre collectif, qui a pour sa part soutenu son initiative en organisant son accueil à Cahors. Ce droit de réponse est signé par tous les membres du Collectif tel qu'il a été constitué en août 2009, exception faite de "Monde Sans Guerres", "ACDN" et le réseau "Sortir du nucléaire" - sans pour autant qu'ils s'en désolidarisent.

- droit de réponse du collectif "Désarmer pour vivre en paix" (télécharger en format doc.)

 

ACDN, Fabien Séguier du groupe "Sortir du Nuléaire Lot" et l'Équipe de base de la Marche mondiale envoient également leurs droits de réponse (voir ci-dessous).

- droit de réponse de l'"Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire" (télécharger en format doc.)
- droit de réponse de Fabien Séguier de "Sortir du nucléaire Lot" (télécharger en format doc.)
- droit de réponse de l'Équipe de base de la "Marche mondiale" (télécharger en format pdf - 1,1 Mo)

 

Aucun de ces communiqués ne sera publié malgrè notre forte et légitime insistance, nous laissant sans défense devant les accusations proférées. Seul paraît le 10 novembre, le jour même de la venue de la Marche, un service minimum lapidaire annonçant - cette fois-ci sans mensonge - que, conformément à la décision unanime des associations du Collectif, le rassemblement prévu est maintenu.


 

 

La Flamme d'Hiroshima à la rue

La manifestation n'a évidemment pas été très suivie, et la Flamme d'Hiroshima restera ce jour-là à la rue. Un petit cortège d'une quinzaine de personnes l'accompagnera jusqu'au parvis de la mairie de Cahors où elle brûlera une petite heure dans l'indifférence des passants. Une lettre signée par ACDN sera remise au chef du cabinet à l'attention de M. le maire, renouvellant notre demande d'adhésion aux Maires pour la Paix et à Abolition 2000.

 

LA FLAMME D'HIROSHIMA À CAHORS - PHOTOS TIRÉES DE LOTACTUEL.NET

 

Le soir, Jean-Marie Matagne, Éric Bastin et Michel Boccara enregistrent une émission d'une heure diffusée en direct sur les ondes d'Antenne d'Oc.

"... mais les braves gens n'aiment pas que, l'on suive une autre route qu'eux..."

 

Une marche contre les armes nucléaires fait escale sur les quais
article de La Dépêche du Midi (11 novembre 2009) - PHOTO DM

Le lendemain, La Dépêche du Midi, qui ne veut toujours rien entendre de notre droit de réponse, rend compte de la manifestation dans un articulet où l'on apprend que la Marche est organisée par l'Association des citoyens contre le nucléaire (peut-être l'"Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire" ? - que ce même journal avait précédemment baptisé "Action des Citoyens pour le DÉSENCLAVEMENT Nucléaire", est-ce de l'humour ?) et un collectif d'association contre le nucléaire (notons la faute d'ortographe, qui vise sans doute à réduire le nombre de participants au Collectif).

Il n'est plus question de secte mais la manipulation est toujours présente. La Dépêche du Midi, une fois de plus, invente les noms des organisateurs - quid de "Mondes Sans Guerres", évoque un vague collectif, maltraîte la vérité à force d'approximations, joue de l'amalgame... comme ça l'arrange.

 

______________________________________________________

 

La Marche au Sommet

Si le "Mouvement humaniste" a abusé notre Collectif, nous ne sommes pas les seuls à avoir succombé aux sirènes d'un 'monde sans guerres' : 1400 personnalités à travers le monde, à commencer par le maire d'Hiroshima et le réseau des "Maires pour la Paix", le réseau mondial d'ONG et de municipalités "Abolition 2000", le réseau international "PNND" des parlementaires pour la non-prolifération et le désarmement nucléaires, dont le coordinateur a aussi initié la Marche mondiale en Nouvelle-Zélande et vient de recevoir des mains d'un jury suédois le "prix Nobel alternatif de la Paix", huit chefs d'Etat (sans doute dépourvus de services de renseignements), et les lauréats du Prix Nobel de la Paix.

Le 11 novembre, le lendemain même où la Flamme d'Hiroshima était à Cahors, se tenait à Berlin le 10° Sommet des Lauréats des Prix Nobel de la Paix, auquel participait 'Silo' Cobos, fondateur du Mouvement Humaniste et initiateur de la Marche mondiale, qui interviendra à la tribune du Sommet, en pleinière, pour un discours d'une demi-heure (cf. ci-dessous).

À notre connaissance, la presse nationale ou internationale n'a pas cru bon s'indigner de cette présence aux côtés de nos pères Nobel de la Paix. Sans doute La Dépêche du Midi aurait-elle dû s'insurger et faire pression par ses articles et son efficace choix de mots, pour faire annuler un tel Sommet. "Le Mouvement de la Paix" aurait pu lui prêter main forte en lui amenant tous les outils nécessaires à son argumentation.

 

Qui manipule qui ?

Comment peut-on prétendre pourfendre la manipulation mentale tout en manipulant soi-même son audience à force d'amalgames, d'approximations et de mensonges ? Et comment prétendre défendre la Paix, en déployant une violence toute guerrière, sans un mot ni un soupçon de compassion pour le symbole que représente la Flamme d'Hiroshima et pour tous les morts de cette tragédie, qui constitue un précédent mondial dans le basculement vers la terreur.

Le véritable objectif poursuivi par La Dépêche du Midi et Marie Piqué est atteint : entretenir la méfiance des uns vis à vis des autres, pratiquer la peur, et poser un discrédit sur les valeurs de Paix et de non violence. Drapés de la blanche légitimité dont ils s'affublent, 'Croisés' de la juste cause, tranchant d'une lame affutée l'exacte frontière entre le "bien" et le "mal", ils entendent faire croire aux "bons" citoyens" que la "vigilance républicaine" les a préservés et maintenus vierges de toute manipulation mentale, qu'ils pratiquent pourtant allègrement - comme si l'école, l'armée, l'église, les pouvoirs politiques, la grande messe du 20 heures, les campagnes de vaccination, le capitalisme économique, la gouvernance mondiale, l'éternelle domination des plus riches sur les plus faibles, les guerres contre le terrorisme, le colonialisme, la dette des pays du tiers-monde, qui font des exclus et des morts, entretiennent et se nourrissent de la misère et du découragement, n'offraient pas tous les jours de notre Histoire les exemples malheureux de manipulations bien plus graves aux conséquences qui touchent tout un chacun jusque dans l'intimité de nos cerveaux, qui font l'humanité souffrir, la nature dépérir. Ces manipulations là devraient être les vraies cibles de leur ire.

 

Faisons la Paix

L'enjeu citoyen que nous défendons, cette aspiration à une paix et à une fraternité mondiale, semble bien dérisoire face à au cruel "principe de réalité", ce fatalitas qui nous empèche de vivre tous ensemble heureux, et discrédite par des jeux de pouvoir toutes les initiatives citoyennes de paix. Nous ne voulons pour autant jeter personne dans la Géhenne purificatrice dans laquelle on a voulu nous pousser, et espérons pouvoir encore agir ensemble dans ce même but que nous partageons en faveur d'un monde meilleur, et pour faire la Paix avec tous, côte à côte, responsables élus, engagés politiques, organes de presse, voire mouvements de pensée et spirituels - pour peu que chacun veille à son tour à ne pas tomber dans le sectarisme.

Nous ne pouvons que regretter que les choses se soient déroulées ainsi, pour une initiative qui en somme ne visait et ne souhaitait rien d'autre que de réunir les citoyens de Cahors et du Lot autour de la Paix, la fraternité et la non-violence.

Et nous appellons de nos voeux que, malgré cet incident, soient néanmoins tenus les engagements de la municipalité de Cahors d'adhérer aux "Maires pour la Paix" et de célébrer le 60° anniversaire de Cahors-Mundi. Et que les communes du Lot, dont les deux tiers se sont également déclarées 'communes mondiales' en 1950, lui emboîtent le pas, célèbrent l'utopie de leurs aïeux et la fassent vivre maintenant et pour l'avenir.

 

 

Michel Lablanquie

pour le collectif lotois "Désarmer pour vivre en Paix"

ACDN Lot, les Amis de la Terre, le groupe Sortir du Nucléaire Lot, Bien Profond, le Collectif Stop Déchets Quercy-Rouergue, Défi Viet Nâm, la Confédération Paysanne du Lot, Gramat Information Citoyenne, Va de l’Avant, VITES et Ça Marche.

 


PS : aux dernières nouvelles, un collectif constitué autour du MCLSDN reprendrait le flambeau (cf. leur communiqué tel qu'adressé au réseau Sortir du Nucléaire - en pdf)

______________________________________________________

 

10° Sommet des Lauréats des Prix Nobel de la Paix
Berlin, le 11 novembre 2009

Discours de Mario Rodriguez Cobos - Silo,
fondateur du Mouvement Humaniste et initiateur de la Marche mondiale pour la Paix et la Non-violence
au 10° Sommet des Lauréats des Prix Nobel de la Paix, le 11 novembre 2010 à Berlin

Au cours de ce Sommet lui sera remis symboliquement la "Charte pour un pour Monde sans Violence" afin que le message de Paix de cette Charte puisse accompagner et être diffusé par la Marche mondiale tout au long de son parcours.

Vidéo en ligne sur le site des Prix Nobel de la Paix
(1° vidéo, minutes 0:30 / 0:57 - en espagnol, traduction anglaise)

______________________________________________________

Lire la traduction en français de ce discours

Lire la Charte pour un Monde sans Violence, établie en 2008 lors du 8° Sommet des Prix Nobel de la Paix, et défendue entre autres organisations internationales, par "Monde sans guerres et sans violence" et le "Centre Mondial d'Études Humanistes", aux côtés d'une vingtaine de Prix Nobel

Télécharger la Charte pour un Monde sans Violence

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org