La Gazette de la Planète : les jeunes lotois nous parlent !

Source : Le Lot en Action d'octobre (n°84), mis en ligne le 7 octobre 2014

Voilà une belle surprise de la rentrée. Ce petit mail, reçu durant l'été, nous a fait craquer :

Gazette de la planete web« Je m'appelle Elaë, et avec une Emma, une copine, on a fait des articles sur la préservation de la nature et on voulait savoir si ça vous intéressait de publier nos articles. Je vous ai mis en pièce jointe un premier jet de nos créations sachant que nous comptons étoffer les articles en question.
À bientôt ! Elaë
 ».

Alors voici un premier article de ces journalistes en herbe. Nous sommes en discussion pour finaliser un contrat de participation active au journal (pas facile à cause des agents) ! Nous leur donnons donc rendez-vous très prochainement dans nos colonnes, qui sont aussi les leurs.

 

Les toilettes sèches, notre avenir

Nous utilisons quarante litres d'eau par personne et par jour en tirant la chasse d'eau. Pour l'économiser, vous pouvez utiliser les toilettes sèches. Les toilettes sèches marchent à base de copeaux. Pas d'eau donc pas quarante litres d'eau gaspillée.

Définition d'une toilette sèche :

Une toilette sèche se différencie d'une toilette à chasse d'eau par le simple fait qu'elle n'utilise pas d'eau. À la place, on recouvre les déjections d'une litière sèche généralement carbonée. Tout ce qui est disponible localement convient : sciure de bois, copeaux, paille ou foin séché et broyé, chanvre en paillettes, balle d'avoine... Certaines personnes utilisent aussi de la terre végétale.

Le marché grandit pour les toilettes sèches, surtout dans les pays nordiques et anglo-saxons en raison de la pression environnementale et des économies d'eau substantielles engendrées. Il y a donc une multitude de marques, surtout étrangères, qui sont prêtes à envahir le marché français dès que nous aurons dépassé nos tabous et révisé nos notions très discutables de confort dans ce domaine. La plupart de ces toilettes sèches restent des modèles relativement coûteux et consommateurs d'énergie, mais certaines ont le grand avantage de pouvoir être utilisées en ville(1).

Ne caguez pas dans l'eau, buvez-la !

 

(1) Extrait tiré du dossier « La toilette sèche et son utilisation, une démarche de conscience pour un développement durable » de l'Association Eau Vivante.

 

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir (montant libre).

 

Commentaires

  • otschapovski pennel
    • 1. otschapovski pennel Le 16/10/2014
    j'en ai déjà discuté , ça prend pas beaucoup il faudra toujours un courageux pour vider le contenu dans la nature ou un contenaire
    déjà le jet n'est plus au top , et une personne connu à la télé qui essayait de promouvoir , cette façon de déféquer, l'un après l'autre ne lui plaisait pas beaucoup
    je suis d'une ancienne époque et moi même ?? je ne sais pas si ?? ce n'est pas comme se libérer dans la nature
    une Mère Grand

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau