La Grèce ou comment étrangler un peuple

Le grand soir. 29 avril 2010 par José Fort

C’est d’abord l’histoire de mensonges à répétition. Les différents gouvernements grecs de droite comme de gauche ont camouflé durant ces quinze dernières années l’énorme déficit (près de 13% du Produit intérieur brut en 2010, un PIB en retrait de près de 3%), l’ampleur de la dette publique (124% du PIB annoncé pour 2010) et les frauduleuses utilisations des fonds communautaires. La Grèce n’est pas en faillite pour tout le monde. Les privilégiés de la fortune vont bien. Très bien même, grâce à leur sports préféré : la fraude fiscale estimée à 20 milliards d’euros chaque année.

Un exemple, parmi tant d’autres : celui des membres des professions libérales (architectes, médecins, avocats). En 2008, ils déclaraient un revenu annuel de 10.493 euros, les hommes d’affaires et autres traders 13.236 euros en moyenne, tandis que celui des salariés et retraités se montait à 16.123 euros. Pour le fisc grec, les plus riches sont les ouvriers, les employés et les retraités.

Les autorités grecques se tournent vers l’Union européenne et le FMI. Depuis son adhésion en 1981, le pays a perçu plus de 100 milliards de fonds communautaires. Où est passé cet argent ? Pour le journaliste Niels Kadritzke dans un article publié dans « Le Monde diplomatique », « une partie importante, mais difficile à évaluer, a atterri sur des comptes privés. Cette dilapidation des fonds et la modération de l’imposition sur les hauts revenus se reflètent dans les yachts et les voitures de luxe, et plus encore dans les villas de week-end des faubourgs résidentiels d’Athènes. C’est là que se matérialisent les sommes d’argent qui étaient destinés à financer les programmes de développement. » Ou encore à protéger la capitale des feux de l’été. Ce ne sont pas à ces prédateurs, aux grandes fortunes que l’Etat grec va demander les « sacrifices » demandés par l’Union européenne et le FMI mais aux plus faibles.

Le gouvernement socialiste n’y va pas par quatre chemins. Il annonce la réduction des salaires de la fonction publique de 5 à 7%, un gel des embauches dans le secteur public, le remplacement par un seul fonctionnaire de cinq départs à la retraite, la réduction des budgets de chaque ministère de 10% visant principalement les salaires, la vente de biens immobiliers de l’Etat, la hausse de 20% sur l’essence, le tabac et l’alcool. Le gouvernement envisage également une augmentation de la TVA et une attaque en règle contre les caisses d’assurances sociales. Quant à l’âge moyen de départ à la retraite, un allongement jusqu’à 67 ans pour le privé comme pour le public est annoncé. Les successeurs du milliardaire Aristote Onassis peuvent dormir tranquille. Ils devront faire un petit effort mais pas trop. Pour l’essentiel, les salariés et les retraités peuvent payer.

Les protestations exprimées dans les rues vont-elles virer à la révolte sociale ? Le recours au FMI est vécu par la majorité des Grecs comme une humiliation. Selon un sondage 92% d’entre eux sont convaincus que l‘entrée en lice du FMI entraînera de nouvelles mesures d’austérité tandis que 65% considèrent que leur vie risque d’être bouleversée.

Les manifestations qui ont eu lieu ces dernières semaines à Athènes et dans la plupart des villes grecques n’ont pas réuni des foules immenses. « Les gens sont comme sonnés », indiquent plusieurs responsables syndicaux qui ajoutent : « Il faut s’attendre à une forte mobilisation mais aussi à des actes désespérés. Nous ne pouvons pas exclure des actes de violence. »

Le gouvernement de Georges Papandréou est conscient de possibles explosions populaires à brève échéance. D’autant que le pire n’a pas encore été annoncé à la population.

Commentaires (2)

1. Airelle (site web) 30/04/2010

Nous ne voulions pas de cette Europe-là !!! A 55 %, nous avions dit non ! mais "l'on" est passé en force, et au vu du résultat, l'on peut dire à quand notre tour ? J'ai entendu D.S.K dire que les Grecs devraient se "serrer la ceinture", les pauvres, évidemment, quant aux autres, aux fraudeurs, tout va bien pour eux ...comment un "soit-disant" socialiste peut-il demander à des gens de plus en plus précarisés, de faire encore des restrictions, c'est scandaleux !!! Tout ce gâchis pour un modèle américain, le rêve américain ??? il s'écroule comme les retraites par capitalisation avec la crise : des gens de 70 ans et plus, qui doivent re-travailler jusqu'à ce que mort s'en suive !!!

2. Muriel 29/04/2010

C'est malheureusement ce qui nous pend au nez à tous, la Grèce est le premier pays à se casser la gueule et ça sera notre tour aussi sous peu.On ne peut vivre indécemment au dessus de nos moyens, la France est endettée, l'Europe est un échec qui a fait couler toutes nos richesses internes, à chaque pays.

Pourquoi avoir voulu créer une Europe pour devancer les USA qui n'économisent pas (c'est leur culture) mais vivent à crédit en permanence ?

Nous avions tout en France pour vivre bien, mais il a fallu se faire plus gros que le boeuf, juste histoire de dire que nous sommes "cap aussi" d'être aussi idiots qu'eux.

Comment pouvait on spéculer sur quelque chose que nous n'avions pas, comment ont-ils pu ces financiers se gausser et peler le peuple à ce point là ?

Nous payons aujourd'hui le fruit pourri d'un concept qui ne pouvait pas marcher.Chacun à sa place était la devise.La spéculation a mené à celà, au chaos financier, le revers du boomerang...

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org