La guerre cybernétique invisible

Bellaciao. 18 décembre 2009

Les insurgés irakiens piratent les drones américains

WASHINGTON - Les insurgés irakiens ont utilisé à de nombreuses reprises des logiciels à bas coût et faciles à trouver sur le marché pour intercepter des données transmises par les drones américains, a rapporté jeudi le Wall Street Journal.

Citant des responsables de la défense et du renseignement, le quotidien affirme que les insurgés chiites soutenus par l’Iran utilisent des logiciels comme SkyGrabber - accessible sur internet pour moins de 26 dollars - pour pirater les drones, ces avions sans pilote.

Cette pratique a été découverte en juillet 2009, lorsque l’armée américaine a découvert sur l’ordinateur portable d’un insurgé arrêté des fichiers vidéo provenant de drones.

Ils ont découvert "des jours et des jours et des heures et des heures de preuves", a affirmé au journal une source avertie. "Cela fait désormais partie de leurs outils", a ajouté cette source.

Certains des exemples les plus fournis de ces interceptions ont été découverts en Irak, mais la même méthode a également été employée en Afghanistan et pourrait facilement être utilisée dans d’autres zones où l’armée américaine utilise des drones.

Le logiciel SkyGrabber et les autres programmes du même type utilisent le lien crypté entre le drone et le contrôle au sol.

Les autorités américaines étaient au courant de la faille du système depuis les années 1990, mais pensaient que leurs adversaires ne pourraient l’exploiter, affirme le Wall Street Journal.

Les responsables cités par le quotidien estiment qu’il n’existe toutefois pas de preuves que les insurgés puissent contrôler les drones ou perturber leur vol, mais que cette faille leur permet de les traquer et de suivre leur progression.

Des responsables de la défense ont assuré au journal que des efforts étaient mis en oeuvre pour résoudre le problème, mais ont précisé que renforcer la protection d’un système qui a une dizaine d’années n’était pas évident et nécessite de moderniser plusieurs composants du système de transmission entre les drones et le contrôle au sol.

L’un des concepteurs de SkyGrabber, mis au point par le groupe russe SkySoftware, a affirmé au quotidien qu’il ignorait que le programme pouvait servir à intercepter des données transmises par les drones.

Le logiciel "a été conçu pour intercepter de la musique, des photos, des vidéos, des logiciels et autres contenus que d’autres utilisateurs téléchargent sur internet, pas des données militaires ou d’autres informations commerciales, seulement des contenus légaux en accès libre", a assuré Andrew Solonikov au journal.

17 décembre 2009 14h16

http://www.romandie.com/infos/News2/091217131644.1e6cxwf4.asp

Drones américains piratés : un problème ancien et résolu assure le Pentagone

WASHINGTON - L’armée américaine a résolu un problème qui permettait aux insurgés irakiens d’intercepter des données transmises par les drones américains à l’aide de simples logiciels accessibles sur internet pour des sommes modiques, a affirmé jeudi un responsable du Pentagone.

"C’est un vieux problème qui a été résolu", a dit ce responsable qui s’exprimait sous le couvert de l’anonymat.

Le Wall Street Journal avait rapporté dans son édition de jeudi que des insurgés chiites soutenus par l’Iran utilisaient en Irak des logiciels comme SkyGrabber - accessible sur internet pour moins de 26 dollars - pour pirater les drones, ces avions sans pilote.

Le responsable du Pentagone a admis que les informations du journal étaient exactes, tout en refusant de s’exprimer sur les efforts mis en oeuvre pour renforcer la sécurité des drones.

Ces avions sans pilote jouent un rôle crucial dans les opérations militaires américaines en Irak et en Afghanistan, ainsi que dans la traque contre les responsables d’Al-Qaïda au Pakistan.

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a fait du déploiement de davantage de drones en Afghanistan une priorité, de même que l’expansion et l’amélioration de la flotte de ces appareils Predator et Reaper.

Selon le Wall Street Journal, les actes de pirateries ont été mis au jour en juillet 2009, lorsque l’armée américaine a découvert sur l’ordinateur portable d’un insurgé arrêté des fichiers vidéo provenant des drones.

Ils ont découvert "des jours et des jours et des heures et des heures de preuves", a affirmé au journal une source avertie. "Cela fait désormais partie de leurs outils".

Certains des exemples les plus fournis de ces interceptions ont été découverts en Irak, mais la même méthode a également été employée en Afghanistan et pourrait facilement être utilisée dans d’autres zones où l’armée américaine utilise des drones.

Les autorités américaines étaient au courant de la faille du système depuis les années 1990, mais pensaient que leurs adversaires ne pourraient l’exploiter, affirme le Wall Street Journal.

Les responsables cités par le quotidien estiment qu’il n’existe toutefois pas de preuves que cette faille permette aux insurgés de contrôler les drones ou perturber leur vol, mais qu’elle leur permet de les traquer et de suivre leur progression.

L’un des concepteurs de SkyGrabber, mis au point par le groupe russe SkySoftware, a affirmé au quotidien qu’il ignorait que le programme pouvait servir à intercepter des données transmises par les drones.

Le logiciel "a été conçu pour intercepter de la musique, des photos, des vidéos, des logiciels et autres contenus que d’autres utilisateurs téléchargent sur internet, pas des données militaires ou d’autres informations commerciales, seulement des contenus légaux en accès libre", a assuré Andrew Solonikov au journal.

17 décembre 2009 19h09

http://www.romandie.com/infos/News2/091217180915.an14hutj.asp

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org