Le livre noir de la Révision Générale des Politiques Publiques

Miroir social. 3 févirer 2010

Quelques retombées des « fameuses » 374 mesures déjà actées par la RGPP...

Le secteur économique confédéral, en lien avec la Fédération générale des fonctionnaires FO, a fait un premier bilan, qui sera régulièrement actualisé, des retombées très concrètes pour les usagers du service public, des premières séries de mesures décidées dans le cadre de la révision générale des finances publiques. Il est déjà très édifiant.

Ce document constitue d'une certaine manière le début d'une sorte de livre noir de la RGPP !


Éloignement (géographique et fonctionnel) des services publics du citoyen, des missions publiques privatisées ou abandonnées, transformation du « service public » gratuit et solidaire à des services payants aux usagers-clients, passage de l’égalité républicaine pour chaque citoyen à une inégalité généralisée en fonction des ressources du client etc.

Toutes ces destructions provoquées par la révision générale des politiques publiques (RGPP) dans la fonction publique et contre les valeurs et principes fondamentaux de la République peuvent se caractériser en identifiant quelques-uns des premiers effets concrets pour les citoyens des 374 mesures idéologiques, décidées unilatéralement par le chef de l’État et son gouvernement les 12 décembre 2007, 4 avril 2008 et 12 juin 2008.

 


Éducation nationale

  • Pour les familles, les enfants et les étudiants : la disparition de la carte scolaire génère de nouvelles inégalités et s’inscrit délibérément contre la mixité sociale au sein de l’Éducation nationale ; la suppression de 3 000 postes d’enseignants spécialisés des réseaux d’aide aux élèves en difficultés (RASED), ainsi que la destruction de 34 238 emplois d’enseignants (équivalents temps plein) dans l’Éducation nationale publique et de 3 704 dans l’enseignement privé sous contrat depuis 2007 se sont accompagnés de fermetures de classes et parfois d’établissements.

Enseignement supérieur

  • Pour les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche des 58 universités et  établissements supérieurs devenus autonomes : 93 000 emplois ont disparu du budget de l’État / les rémunérations des personnels sont vidées d’autant au bénéfice des crédits de fonctionnement / la masse salariale dépend maintenant des décisions de chaque université / le montant des primes et des indemnités dépend de la « gouvernance » de chaque université / la mise en place d'un financement budgétaire des universités fondé sur la performance a commencé / le projet de modification du statut des enseignants chercheurs va dans ce sens.

 


Logement

  • Pour les locataires HLM, la RGPP a entraîné une série de textes législatifs et réglementaires depuis 2008 défavorables à beaucoup, et pouvant entraîner des suppléments de loyer. Le plafonnement du montant de supplément de loyer de solidarité cumulé avec le loyer principal peut atteindre 35 % des ressources de l’ensemble des personnes vivant au foyer.
  • Les mesures RGPP (mutualisation des ressources financières des organismes HLM, rénovation du 1 % logement et de sa gouvernance et réorientation de l'utilisation des crédits, recentrage sur les zones prioritaires, baisse de 10 % des plafonds de ressources donnant accès au secteur HLM) ont conduit à faire des économies budgétaires surune politique publique prioritaire et aux besoins pourtant gigantesques. Pour les organismes d’accession sociale à la propriété, pour les associations, pour les collectivités territoriales, l’éclatement des missions et l’absence de compétences spécialisées des services départementaux de l’État rendent plus complexes le développement de logements sociaux, l’attribution de subventions et l’accès au logement des plus démunis.

L'information publique

  • La suppression de huit des neuf centres interministériels de renseignements administratifs (CIRA), l’instauration d’un centre national d'appels réduisant la mission d’accueil des consommateurs, la limitation des consultations préalables à l’édition d’un texte, le recentrage et développement des contrôles de gestion et de légalité par voie électronique, la rationalisation et la dématérialisation des titres (cartes nationales d’identité / passeports / cartes grises / visas et dossiers de nationalité pour les ressortissants à l’étranger) ont considérablement réduit les accès à l’information publique pour les usagers, les ménages, les salariés, les entreprises et les collectivités.

 


Pôle Emploi

  • Imposée par la RGPP, la fusion des Assedic et de l'ANPE était destinée à créer « un grand service de l'emploi performant ». Depuis, la situation n’a cessé de se dégrader : les personnels de Pôle Emploi subissent un stress important en raison des difficiles conditions de travail et du manque criant de moyens ; pour les demandeurs d’emploi, les missions d’aide, d’accompagnement et de conseil à l’emploi se sont dégradées (retards dans le traitement des dossiers, allongement des délais  entre le licenciement et le premier entretien à Pôle Emploi, agents de Pôle Emploi débordés, stressés et insuffisamment formés).

CCI

  • La rationalisation des réseaux des Chambres de commerce et des métiers, la mutualisation des  fonctions du réseau des Chambres d’agriculture autour des Chambres régionales, la suppression des deux tiers des Chambres régionales des comptes conduisent à un éloignement supplémentaire de missions publiques et de prestations d’intérêt général des citoyens, des acteurs économiques et des collectivités.

Protection des salariés

  • Alors que les travailleurs sont de plus en plus exposés à des risques professionnels, la fusion de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) et de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFSSET) conduit à une baisse de l’expertise et de l’évaluation des conditions de travail.

Conditions de travail

  • Pour les fonctionnaires et agents publics de l’État de tous ministères et établissements sous tutelle, la perte de sens, l’individualisation à outrance, les attaques contre leurs droits statutaires, les suppressions de services et de postes, les mobilités forcées, les fusions et les délocalisations, la dégradation des conditions de travail, le mépris d’un management brutal et sans aucune considération etc ont conduit à de nombreux drames (arrêts maladie, dépressions, suicides).

Interlocuteurs chargés du « travail »

  • Depuis le 1er janvier 2010, les salariés et les entreprises ne disposent plus d’interlocuteurs chargés du « travail » dans les services départementaux de l’État (à cause de la fusion des inspections et de la régionalisation des missions et compétences). La dispersion des missions pour le développement des entreprises, liées aux suivis des mutations économiques et à la réglementation des directions régionales de l’État et l’essor cacophonique d’agences de moyens (OSEO, Ubifrance, Atout France…) dégradent l’accès à l’information et le conseil aux entreprises, le rendent parfois payant, et l’action de l’État est devenue illisible.

Santé

  • La loi Hôpital Patients Santé et Territoires (HPST) et la création des Agences Régionales de Santé permettent la fermeture de pans entiers de services et d’établissements, et portent atteinte à l’organisation du système de Sécurité sociale et de son réseau de l’assurance maladie. Pour les malades, la démarche commerciale dans laquelle les établissements sont désormais engagés leur impose de gérer les patients selon « leurs caractères rentables », de diminuer de manière  arbitraire le temps d'hospitalisation, de faire payer de plus en plus d'actes directement par le « client », à savoir le malade.

Protection des consommateurs

  • Les consommateurs sont fragilisés : la RGPP appliquée à la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) conduit à une réduction de 450 emplois publics assurant la protection du consommateur. Les services et les missions sont éclatés selon des directions différentes. Les 41 réseaux supra-départementaux disparaissent. La réactivité stratégique de cette administration face aux crises, aux alertes, aux plaintes, pour la mise en oeuvre de contrôles ou du principe de précaution pour les consommateurs est compromise.

Régionalisation

  • La régionalisation de l’État territorial, la suppression de 65 tribunaux (d’instance et de  commerce), de 62 conseils de Prud’hommes, de plus de 180 blocs opératoires et de maternités, de 3 185 bureaux de poste, de 80 subdivisions territoriales de l’ex-Équipement, de 40 centres territoriaux de Météo France, ajoutées à la menace constante de suppression de sous-préfectures par la centralisation de leurs missions en préfectures entraînent pour chaque citoyen un éloignement des services publics et un abandon des départements par l’État (réduction des deux  tiers des effectifs dans les départements entre 2007 et 2012 !).

Statistiques nationales

  • Les services statistiques français sont désorganisés, leurs données sont contestées et moins fiables et le coût de leurs prestations ont augmenté du fait des réformes RGPP : rationalisation des périmètres et des missions des services statistiques ministériels (en particulier en fusionnant le service statistique du Ministère de l'Industrie avec l'Insee), suppression d’effectifs et mutualisation des fonctions support des directions régionales de l'Insee, délocalisation à Metz d’une partie des services (Insee, services ministériels, Dares,etc).

Les Préfectures

  • La suppression des directions départementales des services de l'État (DDE, DDAF, DDASS,etc) et leur transformation en services préfectoraux au 1er janvier 2010, sans aucune concertation  locale et sans information, rend les services illisibles pour les usagers, les acteurs locaux et les collectivités qui ne retrouvent plus les services attendus. Les réorganisations permanentes des services, toujours en chantier suite aux suppressions continues d'effectifs contribuent à l'absence de visibilité pour aboutir à l'absence de services publics territoriaux.

Affaires étrangères

  • Pour les Français de l’étranger et le réseau diplomatique, la RGPP supprime 700 emplois au Ministère des Affaires étrangères (missions de communications, service de la Valise ont été externalisés dans le privé et dans le secteur consulaire, l'étude des dossiers des demandeurs de visas est confiée à des sociétés privées). Cela entraîne des coûts supplémentaires (pour les citoyens concernés et pour les finances publiques) et pose de nombreuses inquiétudes en matière de sécurité des données.

Ingénierie publique

  • Avec la suppression de l’ingénierie publique de l’État (ex-DDE et ex-DDAF notamment), les collectivités territoriales sont privées d’aides, de conseils, d’assistance technique et de solidarité pour leurs projets d’aménagements locaux.
  • Ne pouvant plus compter sur les services de l’État, ni sur leurs conseils en toute neutralité ou leurs partenariats, les collectivités territoriales n’ont d’autre possibilité que de se tourner vers des sociétés privées, en sachant très bien que les abus de position dominante en savoir-faire techniques déjà rencontrés et dénoncés sur l’alimentation en eau potable, l’assainissement, l’éclairage public, l’énergie et la collecte et le traitement des déchets, par exemple, se généraliseront à tous leurs nouveaux domaines de compétences. La fiscalité locale a poursuivi son ascension, augmentant ainsi les inégalités entre les collectivités et sur le territoire et grevant encore un peu plus le pouvoir d’achat des citoyens.

 


Culture

  • Pour survivre aux réductions imposées par la RGPP, les établissements culturels doivent se  tourner de plus en plus vers la recherche de ressources propres, ce qui conduit à des augmentations des tarifs (pour les citoyens), à une marchandisation de la culture et à une marginalisation des missions de service public (accueil qualitatif des handicapés, des publics socialement défavorisés…). L’accès à la culture est de plus en plus réservé aux plus riches.

Archéologie préventive

  • Pour les maîtres d’ouvrages publics ou privés de travaux, une augmentation des coûts et des délais en matière d’archéologie préventive du fait de la création de filiales privées, de la baisse des moyens publics et de la délocalisation de l’Institut national de recherches archéologiques préventives.

Sport

  • Pour les acteurs des services publics du sport : fermeture des centres régionaux d’éducation populaire et de sport / privatisation de l’Institut national supérieur de l'éducation populaire et du sport / transfert au privé du service public de formation (officines privées de formation qui prennent en charge les Brevets Professionnels Jeunesse Education Populaire et Sports) / suppression de postes de professeurs d’EPS.

Permis de conduire

  • Le 12 décembre 2007, lors des premières mesures RGPP le Président de la République décide la mise en place d'un opérateur privé pour organiser les examens du permis de conduire argumentant des délais d'attente trop long pour les candidats. Dans le même temps, il annonce vouloir diminuer le coût de la formation à la conduite. Grand paradoxe alors que l'examen du permis de conduire effectué par des fonctionnaires d'État est alors un examen gratuit : en privatisant le service, les candidats auraient dû payer non seulement la formation à l'auto-école mais de plus un droit d'examen à l'entreprise privée en charge d'organiser les examens. Par la grève, nous avons fait échouer le processus.
  • En 2009, la réforme du permis de conduire annoncée par le gouvernement dans le cadre de la RGPP décrète l'augmentation artificielle du pourcentage de réussite de l'examen pratique voiture de 53 % à 66 %. En supprimant de la liste des erreurs éliminatoires à l’examen certaines infractions graves (comme un stop grillé), le gouvernement est prêt à augmenter l’insécurité  routière et les risques de mortalité des jeunes conducteurs uniquement pour faire des économies (moins de moyens nécessaires aux épreuves en fixant arbitrairement un taux de  réussite à 66 %).

Immatriculation des véhicules

  • Le système d'immatriculation des véhicules (SIV), entré en vigueur en avril 2009, entraîne un  allongement des délais et l’instauration de nouveaux coûts pour les acheteurs de véhicules neufs ou d’occasion dans le cadre de la procédure d’immatriculation réalisée par les professionnels (privés).

Tarifs SNCF

  • L’instauration de tarifs de péages ferroviaires pour la SNCF au bénéfice de Réseau Ferré de France (RFF – mesure d’avril 2008) se répercute par des augmentations importantes sur les tarifs des billets et abonnements pour les usagers de la SNCF.

Contrôle des transporteurs

  • La privatisation du contrôle des transporteurs (autocars, poids lourds) a multiplié par trois le tarif des contrôles. Les entreprises de transports suffisamment importantes peuvent bénéficier de conditions et de coûts de contrôles compétitifs en mettant en concurrence leurs contrôleurs sur appels d'offres européens, les autres, plus petits, subissent les monopoles locaux.

Police, gendarmerie, Justice

  • La « politique du chiffre » induite par les mesures RGPP à la police comme à la Justice conduit à une véritable compétition entre les juridictions et les services et à des gestions trop rapides sur des affaires sensibles. La carte judiciaire et les réductions de moyens et d’effectifs depuis la RGPP aggravent cette situation et les risques d’erreurs aux conséquences pouvant être dramatiques pour les individus concernés.
  • La réduction de missions de la police et de la gendarmerie (missions de gardes statiques, motorisées et protections individuelles), le réajustement territorial police-gendarmerie et sa suppression d’unités, l’allègement de plusieurs sujétions du ressort des services de polices par le code de procédure pénale ou la rationalisation des outils et des moyens de la police technique et scientifique ont réduit les capacités d’interventions locales et d’expertises des forces de sécurité.

Défense

  • La fermeture de bases de défense nationale et de nombreuses implantations militaires ont considérablement affaibli économiquement des communes et des zones rurales avec un impact considérable sur l’emploi (faillite de PME, fermetures de commerces, aggravation du chômage dans les secteurs concernés).

Les professionnels de la mer

  • Les pêcheurs, les marins, les professionnels de la mer ne disposent plus de services spécialisés de proximité des Affaires maritimes.

Les chasseurs

  • Pour les 1 300 000 chasseurs français, la RGPP est synonyme de moins d’État mais plus d’impôts : les chasseurs paient individuellement une redevance annuelle de 38,89 € (permis départemental) ou de 213,71 € (permis national) qui alimente le budget de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), dont les moyens sont mutualisés avec d’autres services et dont les agents voient leurs missions totalement réorientées vers d’autres que la chasse, suite à une décision RGPP. Cette manne de plus de 73 millions d’euros ne correspond à aucune prestation nationale de service spécifique pour cette activité.
Commentaires (2)

1. Laurie 06/02/2010

Les chasseurs?Moi,j'aimerais bien qu'on la leur quadruple leur redevance à ces amoureux de la mort!

2. carnot 06/02/2010

bonjour
N'oublions pas les services desimpots et des perceptions fusionnes et decapites
Adieu les controles et l'egalite devant les charges publiques
N'oublions que "l'habeas corpus"est né en angleterree donnant au parlement lesdroits de voter l'impot et de c ontroler sa
perception

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org