Le président du tout-à-l’égoût

Plume de Presse. mardi 16 juin 2009, par Olivier Bonnet

Après le préfet de Corse, coupable de n’avoir pas empêché des nationalistes de pénétrer dans le jardin de l’ami du président Christian Clavier, après celui de la Manche qui n’a pu non plus su éviter que des manifestants ne conspuent l’irascible hôte de l’Elysée, un troisième préfet vient d’être limogé, celui du Var. Et le motif est encore plus ahurissant : "En août 2008, Nicolas Sarkozy s’était invité à une AG des copropriétaires du cap Nègre pour appuyer la position de sa belle-famille, les Bruni-Tedeschi, lesquels possèdent une splendide résidence dans cette commune du Lavandou, raconte Mediapart. Requis par le président pour s’occuper de cette affaire du plus haut intérêt, le préfet du Var avait soutenu mordicus l’intervention des Bruni-Sarkozy. Mais, un an plus tard, ce dossier de tout-à-l’égout n’est toujours pas réglé. Et le préfet en question, Jacques Laisné, vient d’être muté sur un décret signé de la main de Nicolas Sarkozy. Sans autre raison apparente et sans nouvelle affectation... (...) Dans les couloirs feutrés de l’administration préfectorale, il se murmure que la brutalité de cette éviction serait liée à l’implication du chef de l’État dans cette affaire de propriétaires qui secoue le cap Nègre." Jusqu’où cette dérive autoritaire vers un pouvoir personnel exercé par un sale gosse capricieux, minable tyranneau colérique ? À défaut d’être le président de tous les Français ou celui du pouvoir d’achat, Sarkozy sera donc le président du tout-à-l’égoût ! Puisse-t-il vite retomber dans les fosses à purin de l’histoire.

pq

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise à jour de 10 h : la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie se répand ce matin dans toute la presse régionale pour claironner que "la mutation du préfet du Var n’était "en rien une sanction", qualifiant de "fantasmes" les affirmations du site Mediapart selon lesquelles son départ était lié au problème de tout-à-l’égout de la belle-famille de Nicolas Sarkozy au Cap Nègre." Mais elle ne livre aucune autre explication et le préfet, de son côté, refuse de s’exprimer. Conclusion : ce démenti confirme l’hypothèse de Mediapart !

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau