Le Printemps de la Photo revient à Cahors en septembre

La Dépêche. 26 janvier 2010 par Laurent Benayoun

Le Printemps de la Photo revient à Cahors en septembre. Avec une superbe exposition photo au musée Henri-Martin et une soirée nomades, sans doute, le 18 septembre.


Marie-Thérèse Perrin est très motivée à l'idée de revenir à Cahors. Photo DDM, Marc Salvet.

Marie-Thérèse Perrin est ravie. Le Printemps de la Photo fêtera ses 20 ans au mois de septembre. Sa fondatrice se prépare déjà à l'étape cadurcienne de ce festival, aujourd'hui bien ancré à Toulouse. Elle a confié son enthousiasme à « La Dépêche du Midi », lors d'une interview réalisée vendredi soir, au château de Lagrézette.

Pourquoi avez-vous décidé de revenir à Cahors ?

Ce n'est pas un retour. Mais, pour moi, il était évident que les 20 ans du Printemps de la Photo devaient s'organiser à Cahors. Cette évidence s'est imposée à moi et à mon équipe.

J'ai conservé tellement de souvenirs des dix années de Cahors que c'était évident. Depuis quelques années, nous nous étendons autour de Toulouse, en région avec des expositions à Albi, Castres, Saint-Gaudens.

Que va t-il se passer à Cahors à partir du 23 septembre ?

Comme c'est Cahors, les choses seront un peu différentes qu'ailleurs… Il y aura d'abord une exposition au musée Henri-Martin avec une sélection des 20 ans du printemps. Cette sélection sera assurée par le Centre national des arts plastiques, le Jeu de paume, la fondation EDF. Ce sera une vraie sélection avec une scénographie, une grande exposition intitulée « Nos plus beaux souvenirs » que nous laisserons à Cahors au-delà de la manifestation, peut-être jusqu'à la fin de l'année 2010.

Mais vous ne vous contenterez pas de l'exposition ?

Comme c'est Cahors, nous proposerons une soirée Nomades dans la ville, soit avant l'inauguration à Toulouse, soit le samedi. Nous sommes en train de faire les repérages mais l'idée est de profiter de l'espace des allées Fènelon et du bas du boulevard Gambetta. L'idée est de fermer le boulevard et de multiplier les interventions, avec des projections, un concert, jusque tard dans la nuit. Je promets une grande fête aux Cadurciens et aux Lotois. Je ne veux pas qu'ils soient déçus. Mon attachement à Cahors est énorme.

Les Cadurciens ont conservé une certaine nostalgie de l'époque du Printemps ? Et vous ?

Cahors, ce sont des moments merveilleux, les soirées nomades, des photographes ou des plasticiens que nous avons présenté en France et qui, aujourd'hui, sont les plus grands musées ou font les plus belles ventes. On a ancré cette manifestation à Cahors et c'était un sacré challenge, une telle réussite. Nous nous sommes totalement éclatés ! Il y avait un monde fou, on pouvait à peine se croiser, tout le monde s'en souvient.

Et vous, quelles images conservez-vous en mémoire ?

Il y en a vraiment beaucoup. Disons le rideau d'eau, Elton John, Tina Turner qui prend un verre au Plan 17. Fabuleux.

Et après cette année, que se passera-t-il ?

Faisons déjà les 20 ans et voyons si nous sommes contents, nous, la ville de Cahors qui nous aide bien, et on verra. Mais, je le répète, nous restons à Toulouse. La manifestation coûte 1,6 million d'euros et même si Nice, Bordeaux ou Biarritz nous ont sollicités, nous resterons à Toulouse. Et nous n'oublierons pas Cahors.


Et après ?

Le maire de Cahors a rencontré, vendredi soir, Marie-Thérèse Perrin, au château Lagrézette.

L'occasion d'évoquer leur collaboration, dont les détails restent à caler mais qui prend déjà bien forme: «Nous avons discuté de tout, indique Jean-Marc Vayssouze. Je lui ai dit que la ville ferait un effort comme elle le fait pour les grands festivals». Sur ce... retour, Jean-Marc Vayssouze évoque un désir partagé: «Mme Perrin voulait vraiment revenir, et nous étions très intéressés compte tenu de l'impact de cette manifestation et de la forte nostalgie à Cahors. Nous espérons aussi que tout cela bénéficiera à tous ceux qui font de la photo à Cahors».

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org