Le réseau Sortir Du Nucléaire avertit les USA et la Grande-Bretagne de la vulnérabilité du réacteur EPR

Bellaciao. 9 septembre 2009

Titre original

11 septembre : "Sortir du nucléaire" avertit les USA et la Grande-Bretagne de la vulnérabilité du réacteur français EPR en cas de crash d’avion de ligne

Le Réseau "Sortir du nucléaire" a informé les autorités de sûreté des USA (la NRC) et de Grande-Bretagne (la NII-HSE) de la vulnérabilité de l’EPR en cas de crash d’avion de ligne

la justice française a renoncé à poursuivre le porte-parole de "Sortir du nucléaire" qui a publié un document "confidentiel défense" issu d’EDF reconnaissant la vulnérabilité de l’EPR

ce classement "sans suites" peut être considéré comme une autorisation implicite à dévoiler un document "confidentiel défense" lorsque la sécurité de la population est menacée…

A deux jours de la date fatidique du 11 septembre, le Réseau "Sortir du nucléaire" a écrit aux autorités de sûreté des USA (la NRC) et de Grande-Bretagne (la NII-HSE) pour les avertir de la vulnérabilité du réacteur nucléaire français EPR en cas de crash d’avion de ligne.

En effet, les entreprises françaises EDF et Areva ont déposé dans ces deux pays des demandes de certification du réacteur nucléaire EPR. Les processus de certification sont en cours (*) et pourraient bien se terminer par un refus, en particulier parce que le Réseau "Sortir du nucléaire" a rendu public un document confidentiel défense (**) issu d’EDF qui reconnaît la vulnérabilité de l’EPR en cas de crash d’avion de ligne.

Or, le 17 février 2009, la NRC a justement rappelé avec force (***) qu’un réacteur nucléaire ne résistant pas à un crash d’avion de ligne ne serait pas autorisé à être construit aux USA. Et personne n’imagine que l’autorité de sûreté britannique (NII-HSE) ne soit pas sur la même ligne.

D’ailleurs, la NII-HSE a récemment prouvé sa compétence et son autorité en découvrant sur l’EPR un défaut majeur de sûreté - défaut qui n’avait pas été détecté par l’autorité de sûreté française (ASN) ! - et en menaçant de fait de ne pas certifier l’EPR. (****)

Le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle qu’il s’oppose à la construction de tout réacteur nucléaire, qu’il soit français ou étranger, et qu’il demande aussi la fermeture des réacteurs actuellement en service, à commencer par les plus anciens comme ceux de Fessenheim (Alsace), visés à cet effet par un rassemblement international les 3 et 4 octobre 2009 à Colmar (cf http://www.fermons-fessenheim.org)

*******************************

(*) Voir pour les USA ici : http://www.nrc.gov/reactors/new-rea...

Cela signifie que toutes les annonces d’EDF, d’Areva et des autorités françaises, qui prétendent construire des EPR aux USA ou en Grande-Bretagne, ne sont à ce jour que des artifices de communicants…

(**) Document confidentiel défense :

(***) http://www.nytimes.com/2009/02/18/u...

(****) http://business.timesonline.co.uk/t...


Lettre à la NRC (autorité de sûreté nucléaire des USA)

VERSION FRANCAISE


Le 9 septembre 2009

Réseau "Sortir du nucléaire" Fédération de 840 associations 9 rue Dumenge 69004 Lyon - France

à : U.S. Nuclear Regulatory Commission White Flint North 11555 Rockville Pike Rockville, MD 20852-2738

Objet : vulnérabilité du réacteur nucléaire français EPR en cas de crash d’avion de ligne

Madame, Monsieur,

La société française Areva vous a demandé de certifier pour les USA le réacteur nucléaire EPR, qu’elle a rebaptisé US-EPR pour l’occasion. Ce processus de certification est en cours et doit se poursuivre dans vos services jusqu’en février 2012.

Dans leurs communications publiques, Areva, mais aussi la société EDF et les autorités françaises, prétendent que ce réacteur EPR est conçu pour résister à un crash d’avion de ligne. C’est une affirmation mensongère.

En effet, le Réseau "Sortir du nucléaire" a rendu public un document "confidentiel défense", issu d’EDF, qui reconnaît que le réacteur EPR n’a pas été conçu pour résister à un crash d’avion de ligne.

Ce document, consultable sur Internet (**), est d’une telle importance que les autorités françaises ont dépêché leur police politique, la DST (aujourd’hui DCRI), laquelle a placé à deux reprises en garde à vue Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire", en mai 2006 et mars 2008.

Ces interventions attestent de l’authenticité du document en question, authenticité qui n’a d’ailleurs pas été contestée par EDF et Areva… qui préfèrent néanmoins ne pas en parler, de peur de devoir s’expliquer.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" attire donc l’attention de la NRC sur ce document crucial et sur la vulnérabilité de l’EPR en cas de crash d’avion de ligne, et vous demande de ne pas certifier ce réacteur.

Pour autant, le Réseau rappelle qu’il ne s’oppose pas seulement à l’EPR mais à tous les modèles de réacteurs nucléaires, lesquels produisent tous des déchets radioactifs, rejettent de la radioactivité dans l’environnement, et sont susceptibles de causer une catastrophe nucléaire.

Le Conseil d’administration du Réseau "Sortir du nucléaire"

(*) Le Réseau "Sortir du nucléaire" rassemble plus de 840 associations antinucléaires en France. (**) Consulter le Document confidentiel défense : http://www.sortirdunucleaire.org/do...


Lettre à la NII-HSE (autorité de sûreté nucléaire de Grande-Bretagne) - VERSION FRANCAISE


Le 9 septembre 2009

Réseau "Sortir du nucléaire" Fédération de 840 associations 9 rue Dumenge 69004 Lyon - France

à : Health and Safety Executive (HSE) Nuclear Installations Inspectorate Redgrave Court Merton Road - Bootle Merseyside - L20 7HS

Objet : vulnérabilité du réacteur nucléaire français EPR en cas de crash d’avion de ligne

Madame, Monsieur,

La société française Areva vous a demandé de certifier pour la Grande-Bretagne le réacteur nucléaire EPR, qu’elle a rebaptisé UK-EPR pour l’occasion. Ce processus de certification est en cours.

Dans leurs communications publiques, Areva, mais aussi la société EDF et les autorités françaises, prétendent que ce réacteur EPR est conçu pour résister à un crash d’avion de ligne. C’est une affirmation mensongère.

En effet, le Réseau "Sortir du nucléaire" a rendu public un document "confidentiel défense", issu d’EDF, qui reconnaît que le réacteur EPR n’a pas été conçu pour résister à un crash d’avion de ligne.

Ce document, consultable sur Internet (**), est d’une telle importance que les autorités françaises ont dépêché leur police politique, la DST (aujourd’hui DCRI), laquelle a placé à deux reprises en garde à vue Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire", en mai 2006 et mars 2008.

Ces interventions attestent de l’authenticité du document en question, authenticité qui n’a d’ailleurs pas été contestée par EDF et Areva… qui préfèrent néanmoins ne pas en parler, de peur de devoir s’expliquer.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" attire donc l’attention de la NII-HSE sur ce document crucial et sur la vulnérabilité de l’EPR en cas de crash d’avion de ligne, et vous demande de ne pas certifier ce réacteur.

Pour autant, le Réseau rappelle qu’il ne s’oppose pas seulement à l’EPR mais à tous les modèles de réacteurs nucléaires, lesquels produisent tous des déchets radioactifs, rejettent de la radioactivité dans l’environnement, et sont susceptibles de causer une catastrophe nucléaire.

Le Conseil d’administration du Réseau "Sortir du nucléaire"

(*) Le Réseau "Sortir du nucléaire" rassemble plus de 840 associations antinucléaires en France. (**) Consulter le Document confidentiel défense : http://www.sortirdunucleaire.org/do...

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau