Lefebvre tape sur Dosière

JDD. 19 juin 2009. Par Rémi DUCHEMIN

Dans une note mise en ligne jeudi, Jean Launay, rapporteur spécial de la mission Pouvoirs Publics de l'Assemblée nationale, évoque l'étude de René Dosière sur le budget de l'Elysée. Le député socialiste parle notamment d'un "vrai-faux rapport (...) destiné à occuper l'espace médiatique". L'UMP, par la voix de Frédéric Lefebvre, s'est immédiatement engouffré dans la brèche, mais René Dosière, joint par leJDD.fr, désamorce la polémique.


Frédéric Lefebvre s'en est pris à René Dosière, tout en louant l'<i>''honnêteté''</i> d'un autre socialiste, Jean Launay. (Reuters)

Frédéric Lefebvre s'en est pris à René Dosière, tout en louant l'''honnêteté'' d'un autre socialiste, Jean Launay. (Reuters)

On le sait, Frédéric Lefebvre est un homme réactif. Le porte-parole de l'UMP est toujours prompt à diffuser l'un de ses nombreux communiqués dès qu'il y a matière -selon lui- à commenter un fait d'actualité, surtout quand il s'agit de taper sur le Parti socialiste. Alors quand Jean Launay, député socialiste et rapporteur spécial de la mission Pouvoirs Publics de l'Assemblée nationale, a mis en ligne sur son blog une note adressée à Didier Migaud, président de la commission des Finances, le député des Hauts-de-Seine a tôt fait de dégainer son Blackberry pour rédiger un commentaire. Il faut dire que la note de Jean Launay, consacrée au rapport sur le budget de l'Elysée dévoilé mardi par René Dosière, apparenté socialiste, comporte une petite phrase dont l'interprétation peut prêter à polémique. Le député du Lot parle en effet de "la parution, destinée à occuper l'espace médiatique, d'un vrai-faux rapport".

"Frédéric Lefebvre ferait mieux de répondre sur le fond"

Frédéric Lefebvre y a immédiatement vu une nouvelle bisbille entre socialistes. Et il ne s'est pas privé de mettre de l'huile sur le feu. "L'UMP tient à saluer l'honnêteté du rapporteur spécial de la mission "Pouvoirs publics", le député socialiste Jean Launay, qui a notamment pour mission de contrôler les comptes de l'Elysée", écrit ainsi le porte-parole du parti majoritaire. Avant de s'en prendre à nouveau à René Dosière: "L'exercice personnel et imprécis, mais volontairement agressif et polémique, de M. Dosière est ainsi ramené à ce qu'il est vraiment: un coup médiatique d'un opposant qui voit avec nostalgie, du fait de la transparence voulue par le Président de la République, "son marronnier" disparaître."

"Plutôt que de déterminer les bons et mauvais socialistes, Frédéric Lefebvre ferait mieux de répondre sur le fond, à savoir sur la transparence limitée et l'explosion des dépenses", rétorque René Dosière, joint par leJDD.fr. Quant à une éventuelle polémique avec Jean Launay, le député de l'Aisne assure qu'il ne faut pas "interpréter trop fort" la petite phrase comprise dans la note. "C'est un travail que je fais depuis huit ans. Avant, le sujet était peu médiatisé, il l'est beaucoup plus aujourd'hui", tient-il tout de même à répondre. "Avant, la commission des Finances ne s'occupait pas du tout du budget de l'Elysée. Ce n'est pas parce qu'elle le fait aujourd'hui que je vais arrêter de m'y intéresser."

"Je suis beaucoup plus libre de ma parole"

René Dosière assure qu'il n'ya pas de "concurrence", mais une complémentarité entre ses travaux et celui du rapporteur spécial de la mission Pouvoirs publics. D'autant que Jean Launay n'a pas la même latitude que lui. "En tant que membre de la commission des Finances, il est tenu par une procédure, et nécessairement moins polémique. Moi, n'ayant aucun titre officiel là-dessus, je suis beaucoup plus libre de ma parole." En outre, René Dosière a selon lui l'avantage de pouvoir faire apparaître une évolution d'une année sur l'autre, même si le budget 2008 de l'Elysée est le premier à être officiel. "Le budget 2008 a été calculé en partant de la dotation de 32 millions d'euros puis en rajoutant les sommes que les différents ministères allaient lui donner. J'ai fait la même chose pour 2007, précise le député de l'Aisne. Un rapporteur de la commission des finances ne peut pas faire ce travail d'investigation, puisque formellement il n'y avait pas de rapport en 2007."

Une complémentarité donc, et pas de polémique entre socialistes. Tel est le message que veut faire passer René Dosière. D'ailleurs, malgré sa dissidence lors des élections législatives de 2007 - "de l'histoire ancienne", jure-t-il- le PS "continue à soutenir l'action que je mène, il m'encourage". Le Parti socialiste, dont l'absence de commentaire, confirme son service de presse, a valeur de soutien.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau