Les blogueurs répliquent aux éditeurs de presse en Allemagne

Rue89. 13 septembre par Julien Martin

Rue89 reproduit le « Manifeste Internet » dans lequel quinze blogueurs allemands répondent aux critiques formulées par les éditeurs de presse dans leur « Déclaration de Hambourg » sur l'insuffisante protection du droit d'auteur sur le Net.

« L'année 2009 sera la pire dans l'histoire des journaux. » Dietmar Wolff, président de l'association fédérale des quotidiens allemands, annonce la couleur dans Les Echos. Les tirages reculent (-2,48% au deuxième trimestre 2009 par rapport à la même période de 2008), après déjà une chute de la diffusion payante de 8,78% entre 2003 et 2007.

Il se vend toujours deux fois plus de quotidiens en Allemagne qu'en France (300 quotidiens pour 1000 Allemands contre 154 quotidiens pour 1000 Français), mais cela n'empêche pas la crise de la presse écrite de prospérer Outre-Rhin.

« Menace sur la production de contenus de haute qualité »

Une situation qui inquiète au point que des grands éditeurs, en plus de multiplier concentrations et restructurations, ont décidé de cibler les internautes, en publiant en juin la « Déclaration de Hambourg ». Moins de trois mois plus tard, Courrier International indique que plusieurs centaines d'éditeurs soutiennent cette initiative qui vise à réclamer une loi pour protéger davantage leurs contenus :

« Nombre de fournisseurs utilisent le travail des auteurs, éditeurs et diffuseurs sans payer. Sur le long terme, cela menace la production de contenus de haute qualité et l'existence d'un journalisme indépendant.

Pour cette raison, nous préconisons un renforcement extrêmement urgent de la protection de la propriété intellectuelle sur Internet. »

Pointés du doigt, les blogueurs allemands ont réagi le 7 septembre. Quinze d'entre eux ont lancé à leur tour un « Manifeste Internet » en 17 points. Le texte rencontre immédiatement un franc succès, puisqu'il est traduit en dix langues et publié dans le quotidien espagnol El Pais.

« L'architecture ouverte d'Internet ne peut être modifiée »

Selon eux, ce sont « les médias [qui] doivent adapter leurs méthodes de travail à la réalité technologique d'aujourd'hui plutôt que de l'ignorer ou de la remettre en cause », « l'architecture ouverte d'Internet (…) ne peut être modifiée au nom de la protection d'intérêts économiques ou politiques spéciaux qui se cachent souvent derrière un prétendu intérêt public. »

Tout en affirmant que « le droit d'auteur est un pilier de l'organisation de l'information sur Internet », ils se félicitent de « la fin de l'inaltérabilité des médias imprimés » et que sur Internet chaque citoyen puisse « organiser ses propres filtres ». Ils appellent enfin, plutôt qu'à la stigmatisation, à l'invention de « formes de refinancement journalistiquement justifiables ».

Rue89 reproduit l'intégralité du « Manifeste Internet » publié en français sur le site Owni.fr et traduit de l'allemand par le blogueur Enikao.

1. Internet est différent

Il produit des sphères publiques différentes, des termes d'échange commerciaux différents, et des compétences culturelles différentes. Les médias doivent adapter leurs méthodes de travail à la réalité technologique d'aujourd'hui plutôt que de l'ignorer ou de la remettre en cause. Il est de leur devoir de développer les meilleures formes de journalisme à partir de la technologie disponible. Ceci inclut de nouvelles méthodes et de nouvelles productions journalistiques.

2. Internet est un empire médiatique de poche

La toile bouleverse l'ordre des médias existants en transcendant leurs anciennes frontières et leurs oligopoles. La publication et la dissémination de contenus médiatiques ne sont désormais plus liés à des investissements lourds. La conscience de soi du journalisme est -heureusement- en train d'être guérie de sa fonction de gardien du temple. Tout ce qui reste, c'est la qualité journalistique par laquelle le journalisme se distingue d'une simple publication.

3. Internet est notre société.
Notre société est Internet

Pour la plupart des personnes du monde occidental, les plateformes, médias et réseaux sociaux comme Wikipedia ou Youtube, font partie du quotidien. Elles sont aussi évidentes que le téléphone ou la télévision. Si les entreprises de médias veulent continuer à exister, elles doivent comprendre la réalité des utilisateurs d'aujourd'hui et adopter leurs modes de communication. Ceci inclut des fonctions de base de la communication comme écouter et répondre, ce que l'on appelle communément dialogue.

4. La liberté d'Internet est inviolable

L'architecture ouverte d'Internet constitue la loi de base d'une société de la technologie de l'information et de la communication qui communique de manière digitale, et par conséquent du journalisme. Elle ne peut être modifiée au nom de la protection d'intérêts économiques ou politiques spéciaux qui se cachent souvent derrière un prétendu intérêt public. Quelle que soit la manière dont c'est effectué, bloquer l'accès à Internet met en péril la libre circulation de l'information et porte atteinte à notre droit fondamental à un niveau d'information auto-déterminé.

5. Internet est la victoire de l'information

Jusqu'à présent, en raison d'une technologie insuffisante, les institutions comme les médias, les centres de recherche, les organismes publics et d'autres organisations collectaient et classaient les informations du monde. Aujourd'hui, chaque citoyen peut organiser ses propres filtres pendant que les moteurs de recherche fouillent dans des monceaux d'information d'un volume jamais connu jusqu'alors. Les individus peuvent s'informer mieux que jamais auparavant.

6. Internet change et améliore le journalisme

A travers Internet, le journalisme peut remplir sont rôle socio-éducatif d'une nouvelle manière. Cela inclut la présentation de l'information comme un processus continu en mouvement permanent, la fin de l'inaltérabilité des médias imprimés est une victoire. Ceux qui veulent survivre dans ce nouveau monde d'information ont besoin d'un nouvel idéalisme, de nouvelles idées journalistiques et d'un sens du plaisir dans l'exploitation de ce nouveau potentiel.

7. Le réseau a besoin de réseautage

Les liens sont des connections. Nous nous connaissons mutuellement à travers les liens. Ceux qui ne les utilisent pas s'excluent eux-même du dialogue social. Ceci vaut également pour les sites Internet des médias traditionnels.

8. Les liens rapportent, les citations décorent

Les moteurs de recherche et les agrégateurs facilitent le journalisme de qualité : ils accroissent l'accès à des contenus remarquables et font partie intégrante de la nouvelle sphère publique en réseau. Les références à travers les liens et citations -en particulier ceux faits sans le consentement ou même la rémunération de leur auteur- rendent possible en premier lieu la culture du dialogue social interconnecté et doivent être absolument protégées.

9. Internet est le nouveau lieu du dialogue politique

La démocratie repose sur la participation et la liberté de l'information. Le transfert de la discussion politique des médias traditionnels vers Internet et l'extension de cette discussion impliquant la participation active du public sont une des nouvelles tâches des journalistes.

10. La nouvelle liberté de la presse
s'appelle liberté d'opinion

L'article 5 de la Constitution allemande n'inclut pas de droits de protection pour les professions ou les modèles économiques techniquement traditionnels. Internet efface les barrières technologiques entre l'amateur et le professionnel. C'est pourquoi le privilège de la liberté de la presse doit valoir pour toute personne qui peut contribuer à l'accomplissement des devoirs journalistiques. En terme de qualité, il ne devrait être fait aucune différence entre le journalisme payé et non payé, mais plutôt entre le bon et le mauvais journalisme.

11. Plus c'est plus.
Il n'y a jamais trop d'information

Jadis, les institutions comme l'Eglise préféraient le pouvoir plutôt que l'information des masses, elles mirent en garde contre l'irruption de flots d'informations non vérifiées quand la machine à imprimer fut inventée. Face à elles étaient les pamphlétaires, les encyclopédistes et les journalistes qui avaient prouvé que davantage d'information menait à davantage de liberté -à la fois pour l'individu et pour la société. Jusqu'à aujourd'hui, cette thèse est irréfutable.

12. La tradition n'est pas un modèle économique

On peut gagner de l'argent sur Internet avec du contenu journalistique comme le montrent de nombreux exemples. La farouche compétition sur Internet doit amener les modèles économiques à s'adapter à la structure du réseau. Personne ne devrait essayer de fuir cette nécessaire adaptation en instaurant des règlements internes érigés pour s'y soustraire. Le journalisme a besoin d'une compétition ouverte pour trouver les meilleurs solutions de refinancement sur le Net, ces solutions seront multiples. De plus, il faut du courage pour s'investir dans la mise en œuvre de ces tâches.

13. Les droits d'auteur deviennent
un devoir civique sur Internet

Le droit d'auteur est un pilier de l'organisation de l'information sur Internet. Les droits de l'auteur de décider du type et du périmètre de la diffusion de ses contenus sont également valides sur le réseau. En même temps, on ne peut abuser du droit d'auteur pour en faire un rempart visant à protéger des mécanismes d'approvisionnement obsolètes et mettre fin à de nouveaux modèles de distribution ou modèles de licence. La propriété génère des obligations.

14. Internet a plusieurs monnaies

Les services journalistiques en ligne financés par la publicité proposent du contenu en échange de l'attention que leur attribue le lecteur. Le temps disponible d'un lecteur, d'un spectateur ou d'un auditeur a une valeur. Cette corrélation a toujours été un des principes de base du financement du journalisme. D'autres formes de refinancement journalistiquement justifiables doivent être inventées et essayées.

15. Ce qui est sur le réseau reste sur le réseau

Internet élève le journalisme à un nouveau stade qualitatif. En ligne, les textes, les sons et les images ne sont plus éphémères. Ils demeurent recouvrables à volonté et deviennent ainsi une archive de l'histoire contemporaine. Le journaliste doit prendre en compte le développement de l'information, son interprétation ainsi que les erreurs, c'est à dire assumer les erreurs et les corriger en toute transparence.

16. La qualité reste le point primordial

Internet discrédite les produits homogènes de masse. N'acquiert un véritable public que ce qui est remarquable, crédible et différent. Les exigences des utilisateurs ont augmenté. Le journalisme doit les satisfaire et poursuivre fidèlement les principes qu'ils s'est régulièrement formulé.

17. Tout pour tout

Le web est une infrastructure d'échange social supérieur aux mass media du XXe siècle : en cas de doute, la « génération Wikipedia » est capable d'appréhender la crédibilité d'une source, de remonter une information à sa source, d'effectuer des recherches, de la vérifier et de l'améliorer -qu'il s'agisse d'un individu ou d'un groupe.

Les journalistes qui repoussent cela avec dédain et ne montrent aucun respect pour ces compétences ne sont pas pris au sérieux par ces utilisateurs d'Internet. A raison.

Internet permet de communiquer directement avec des personnes -qu'autrefois on appelait des lecteurs, des auditeurs et des spectateurs- et de tirer parti de leur savoir. On n'a pas besoin de journalistes qui savent déjà tout, mais de ceux qui communiquent, qui doutent et qui remettent en question.

Auteurs : Markus Beckedahl, Mercedes Bunz, Julius Endert, Johnny Haeusler, Thomas Knüwer, Sascha Lobo, Robin Meyer-Lucht, Wolfgang Michal, Stefan Niggemeier, Kathrin Passig, Janko Röttgers, Peter Schink, Mario Sixtus, Peter Stawowy, Fiete Stegers

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org