Les maires ne pourront plus s’opposer aux antennes-relais

Le Lot en Action n°43. 11 novembre par Bluboux

antennes-relais-2-1.jpgDe plus en plus de maires prennent des mesures de protection de leur population contre le risque sanitaire induit par les antennes relais. Souvent interpellé par les citoyens,  de plus en plus inquiets devant les résultats de nombreuses études qui mettent en évidence les effets des ondes électromagnétiques, des élus appliquent donc le principe de précaution. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient même de classer les fréquences radioélectriques dans la catégorie des "substances potentiellement cancérigènes".

Compte tenu de ce classement, les élus risquent donc de voir leur responsabilité engagée en matière de gestion des risques sanitaires. Pour couper court au risque fort probable de voir une grande partie des élus prendre des mesures de précaution, et d’imposer ainsi aux opérateurs de téléphonie mobile des conditions fort onéreuses pour ces derniers, le Conseil d’Etat, saisi par le gouvernement sur la légalité des arrêtés municipaux destinés à limiter l’implantation d’antennes-relais, vient de trancher le 26 octobre dernier : seules les autorités de l’État – ministre, Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), Agence nationale des fréquences (ANFR) – sont compétentes pour décider de la pertinence des emplacements ! Les élus n’auront donc plus le droit à la parole en la matière !

antennes-relais-3.jpgLe Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem) dénonce le caractère paradoxal de cette décision, puisque le classement des ondes comme potentiellement cancérigènes par l’OMS engage la responsabilité des élus…

antennes-relais-1.jpg

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org