Les postiers de Gourdon entament bientôt leur 2ème mois de grève

Source : le Lot en Action n°88 (mars 2015), par Laurent, mis en ligne le 2 mars 2015

Faujour poste tri postal liberalAu moment où nous bouclons ce numéro du mois de mars, les postiers de Gourdon en sont à leur 23ème jour de grève. Ce conflit qui s'enlise prend la forme d'une guerre des nerfs, sur fond de démantèlement des services publics, et n'est malheureusement pas unique en France puisque de nombreuses grèves similaires ont lieu, que ce soit dans le Fumélois (1), à Montbéliard (2) ou bien encore dans l'Isère (3).

Les facteurs de Gourdon dénoncent leurs conditions de travail : « Plus de 5 000 plis ne sont pas distribués au quotidien sur nos secteurs. L'activité ne faiblit pas. Nous ne pouvons accepter de ramener le courrier que nous n'avons pas le temps de distribuer. En 2011 déjà, lors de la dernière réorganisation des tournées, les facteurs faisaient des heures supplémentaires. Un accord avait été trouvé. Nous souhaitons y parvenir à nouveau. Les heures sup' ne sont pas payées. Les facteurs en font près de 1 500 par an. (...) Dans les négociations, la direction prétend qu'elle va titulariser deux personnes. Pour nous c'est insuffisant. Nous demandons un taux de 25 % de remplacement. La Poste propose 17 %. Le service ne peut pas fonctionner correctement avec ce ratio pour les 18 tournées sur les secteurs de Gourdon et Saint-Germain-du-Bel-Air », déclare Virginie Long, secrétaire départementale CGT-FAPT.

T hopital 300x294Les citoyens et les élus s'impatientent mais, pour ces derniers, l'inflexibilité de la direction ne leur échappe pas. Marie-Odile Delcamps (maire de Gourdon) et Étienne Bonnefond (conseiller général) ont adressé une lettre ouverte à la Direction de La Poste : « un manque de moyens, notamment en personnel de remplacement et des travaux supplémentaires non rémunérés générés par cette situation de pénurie, semblent constituer l'essentiel des revendications des préposés engagés dans ce mouvement (…) Les négociations entre les facteurs et les représentants de la direction tant au niveau local, départemental que régional n'ont pas abouti, traduisant un déficit de concertation évident. Une véritable concertation doit s'établir entre les protagonistes de ce conflit. Nous demandons à La Poste que des négociations fondées sur une concertation véritable soient instaurées avec éventuellement, comme la loi le permet, la désignation d'un médiateur par l'autorité compétente ».

Mais la direction du service-courrier-colis Midi-Pyrénées Nord de La Poste traîne des pieds. Si elle réaffirme « sa volonté de mettre fin à ce conflit », dans les faits, rien n'avance. Entendez que la direction n'envisage pas, pour le moment, d'affectation supplémentaire et ne souhaite pas davantage rémunérer le personnel pour le travail supplémentaire. Bref, La Poste est dans la droite ligne (dure) du MEDEF. Notons également que l'actionnaire principal de la Poste est encore… l’État et que nous avons un gouvernement… socialiste !...


Notes

(1) Voir article de Sud-Ouest du 13 février 2015 : http://bit.ly/18eL3Tr

(2) Voir article de L'Est Républicain du 5 février 2015 : http://bit.ly/1JzGH9U

(3) Voir article du Dauphiné du 22 février 2015 : http://bit.ly/18eLcqb

 

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir (montant libre).
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org