Lettre ouverte à la direction du PCF

Bellaciao. 02 juillet 2009

A l’attention de la direction du PCF,

Dans cette période décisive et historique que votre parti traverse actuellement et face à l’espérance que des milliers de militants (dont je fais parti ) ont (re)trouvé dans ce rassemblement unitaire, clairement indépendant du PS, je souhaite ici vous donner le point de vue d’un jeune militant de 24 ans, dont la culture politique est relativement épurée des boulets structurels et historiques que vous trainez visiblement depuis trop longtemps, et donc reflétant je pense la nature de la jeunesse communiste aujourd’hui. Encore que le terme me soit moins familier que toutes les valeurs que véhiculent aujourd’hui toutes les forces de gauche radicale, dans lesquelles je me retrouve tout autant, qu’elle se nomme anticapitaliste, communiste, socialiste ( au sens propre du terme ) ou altermondialiste. Je veux dire que je me sens profondément communiste, comme je me sens profondément anti-capitaliste, altermondialiste ou socialiste. Il est temps de décloisonner tout ces mots-clés et de comprendre que nous avons une bataille COMMUNE à mener. Le PS n’en faisant plus parti depuis certains de ses choix idéologiques. ( C’est à dire depuis la mort de Jaurès et l’orientation Guesdiste du parti, si je ne me trompe pas )

D’abord je voudrai que vous imaginiez à quel point je me suis battu pour cette campagne du Front de Gauche, à quel point j’ai donné de mon énergie et de mon temps, comme beaucoup d’autres, car nous partageons tous l’espérance d’une vraie réussite. Ensuite je voudrai que vous compreniez la colère naissante face ne serait-ce qu’à la POSSIBILITE que le PCF puisse ainsi tourner le dos à ses alliés que sont le NPA, le PG, et la Fédération pour une alternative sociale et écologique. Car c’est bien ainsi qu’il en sera si les communistes ne se positionnent pas très clairement pour l’indépendance vis à vis du PS.

L’Histoire vous demande de faire le bon choix, de prendre la mesure des responsabilités qui pèsent sur l’avenir de nombreuses personnes.

Voici la vision que j’ai du mouvement progressiste à l’échelle internationale : le renouveau socialiste ( ou communiste, ou progressiste ) vient actuellement du continent sud-américain avec cette formidable intégration politique et économique que représente l’ALBA, en plein essor. Il serait formidable qu’un écho ( sans vouloir faire de comparaisons entre des cultures et des contextes trop différents ), de cette aventure de clarté et de confiance entre des peuples et leur représentation institutionnelle se fasse dans l’ Union Européenne, ouvrant ainsi la porte à un nouvel élan, concret, à la solidarité internationale. La situation politique actuelle en France et le re-battage des cartes à gauche du PS tel qu’il a été analysé maintes et maintes fois sont propices à un tel scénario, à un engouement nouveau de la population pour la Politique. Pour la politique du Front de Gauche. Une telle politique de cohérence et de véritable Front élargi à toutes les forces déjà citées partageant véritablement un projet commun sera à même de réaliser ce que jamais jusqu’à aujourd’hui aucune force politique en France n’a pu faire : la révolution par les urnes.

D’autre part, à propos de la mondialisation et de l’internationalisme : dans le contexte de globalisation et d’interdépendance qui caractérise la société humaine sur Terre en 2009, il me semble important d’avoir comme objectif politique, comme utopie émancipatrice, comme rêve humaniste, celui d’une autre mondialisation : une mondialisation socialiste, qui peut donc avoir pour point de départ historique les expériences latino-américaines, et comme nécessaire continuité le Front de Gauche que vous avez commencé à initié, mais qui est bien trop immature pour réaliser quoi que ce soit d’une telle ampleur. « L’altermondialisme est un communisme » : c’est le titre d’un petit livre que vous devez connaître. Cela me paraît aujourd’hui d’une évidence si flagrante que je m’étonne de ne pas vous entendre employer ce mot plus souvent. ALTERMONDIALISME. Et si tout simplement vous décidiez de renommer le Parti : PCA, Parti Communiste Altermondialiste ? Ce n’est qu’une idée, qui ne vous plaira probablement pas. Ce que je veux vous dire, c’est que le « Parti » est peut-être trop attaché à sa culture et à son passé pour accepter de se référer à un tel mouvement, pourtant on-ne-peut-plus ancré dans son époque et donc en phase avec cette époque et avec lequel vous partagez, de fait, toutes les valeurs. Je ne referai pas ici l’analyse si clair qu’à déjà très bien fait Philippe Stierlin ( « PCF, une question historique ou conjoncturelle ? » ), mais j’ai voulu par mon témoignage vous apporter cette clé que vous pouvez utiliser : l’altermondialisme EST un communisme. Un communisme du 21ème siècle si on peut dire. Je suis pourtant pour la réhabilitation du sens des mots qui ont trop souvent été déformés. Le communisme est objectivement une notion tout à fait louable et humaniste, mais historiquement très chargé d’émotions négatives. J’ai noté l’attention que vous aviez mis sur une de vos dernières vidéos à écrire COMMUNisme pour mettre en valeur la partie essentielle de ce mot. La notion de « bien communs de l’humanité », extrêmement reprise ces mois-derniers par les militants altermondialistes est encore une référence commune à une notion commune qui ne peut que vous unir. Je pense que vous ne devez pas avoir peur d’une perte d’identité. Que le communisme peut et doit s’affirmer à travers des termes qui lui sont propres. Mais il faut amorcer des liens de fraternité avec ce mouvement, qui cherche d’ailleurs de manière de plus en plus pressante, les crises aidant, à investir la sphère politique. Le terme de post-altermondialisme a été utilisé par le site « Mémoire des luttes » pour désigner cette étape évolutive de ce mouvement. Comme disait Philippe Stierlin : « Dans ce cas, on est conduit d’envisager une rupture franche avec l’existant. Dans ce cas, on change la locomotive et le train, voire de moyen de transport. Tout en prenant nos valises, car nous ne sommes pas sans bagages ».

S’il vous plaît, soyez à la hauteur, je veux pouvoir croire en votre force de réussir ce pari. Vous le pouvez. Nous sommes nombreux à vous le demander, si ce n’est à vous le supplier. Faites le pari du Front de Gauche durable, pluraliste, démocratique, constant, invariable, franc, clair, transparent, confiant et finalement, nécessairement, gagnant.

Avec tout mon soutien et mes voeux d’encouragement pour votre nécessaire transformation,

Un militant sympathisant www.imaginairelibre.org

De : Roll

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau