Mélenchon juge vraisemblable une alliance PCF-PG-NPA aux régionales

AFP - Le Monde. 30 juin 2009.

Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) a jugé mardi "vraisemblable" la constitution de "listes communes autonomes" de son parti avec le PCF et le NPA aux régionales de mars 2010, à quelques heures d'une rencontre avec Olivier Besancenot (NPA), parti seul aux européennes.

"Dans la rencontre que nous allons avoir, nous allons avancer et je vous annonce qu'il est vraisemblable qu'il y ait des listes communes autonomes au premier tour du Parti communiste, du NPA, du Parti de gauche et de nos autres alliés" aux régionales, a indiqué, sur France Inter, M. Mélenchon qui quittera ses fonctions de sénateur de l'Essonne pour siéger à Strasbourg à partir du 14 juillet.

Pour le nouvel eurodéputé, élu dans le Sud-Ouest le 7 juin à la tête de la liste Front de gauche PCF-PG, "la leçon des élections européennes, c'est que si +l'autre gauche+ s'était rassemblée, c'est nous qui occuperions la quatrième place, on aurait fait un peu plus de 10%, on aurait eu 12 députés (...) on aurait envoyé au tapis (Jean-Marie) Le Pen".

Pour les européennes, le NPA, qui n'a obtenu aucun eurodéputé et dit ne pas regretter sa stratégie, a refusé de rejoindre le Front de gauche (4 eurodéputés), jugeant que le PCF s'allierait au PS dès les régionales pour "sauver les élus communistes".

"S'il y a accord d'indépendance par rapport au PS aux régionales, on dira banco" à l'alliance, a assuré Pierre-François Grond (NPA), interrogé par l'AFP.

"S'il y a confusion ou politique à géométrie variable et pas d'accord national, s'il y a une politique qui épouse les intérêts de reproduction de l'appareil d'élus du PCF, là on ne sera pas d'accord", a-t-il ajouté, refusant catégoriquement tout "accord de gestion avec le PS ou avec Europe-Ecologie".

Selon M. Grond, M. Mélenchon, "en désaccord avec son allié" communiste, "essaie de sauver son attelage des européennes et en même temps il propose une ligne qui n'est pas pour l'instant celle du PCF qui a appelé à l'élargissement du Front de gauche vers le PS".

"On en est qu'au début des débuts du processus de discussion", a-t-il encore dit, annonçant une rencontre NPA-PCF lundi prochain.

"Ma bataille politique, c'est rassembler tout ça dans un front commun où chacun garde sa personnalité", a ajouté à la radio M. Mélenchon, reconnaissant qu'il n'est "pas révolutionnaire de la même manière" que M. Besancenot.

"Il ne suffit pas de faire des cartels d'organisations ou de faire, comme croient les socialistes, la maison commune : tout le monde rapplique et on ne regarde pas ce qu'il y a dans le programme!", a-t-il ironisé, se disant "pour le rassemblement de toute la gauche", "sans exclusive".

Pour M. Mélenchon, "la gauche doit reconquérir le terrain" et "aller dans les contenus".

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau