Mine de tungstène : Ariège against the machine

Source : Le Lot en Action n°105 (novembre 2016), par Félix, mis en ligne le 18 janvier 2017

C’est une belle vallée du Haut Couserans qui, depuis quelques mois déjà, est le théâtre d’une énième lutte entre pros et antis autour d’un minerai stratégique : le tungstène.

Mine de salau 1Les autochtones connaissent bien le cirque de l’Anglade et sa cascade, à la quiétude retrouvée depuis la fermeture de la mine. Ce qui se passe pourtant ces derniers temps, aux alentours du site qui passe pour le plus gros gisement de tungstène de France, fait que cette question a des implications qui dépassent les limites de cette vallée verdoyante.

De 1971 à 1986 c’est de là que la France a tiré en partie son autonomie sur cette matière. Avec ses 2 500 tonnes de produits tungsténifères importées par an, l'autonomie n’est plus qu’un doux souvenir. Le niveau du cours de cette matière première, avec une chute considérable dans les années 80, pourrait bien conditionner l’avenir des anciennes mines françaises, en tout cas celles dotées d’un potentiel suffisant. N'étant plus concurrentielles à l'époque, l’augmentation du prix du tungstène pourrait les rendre à nouveau rentables et permettre d'éviter de recourir aux importations de Chine, principal producteur mondial.

La société Variscans a finalement obtenu de l’État le sésame d’un permis d'exploration de 5 ans sur le site, avec pour objectif d’évaluer la quantité des ressources et les modalités d’extraction. Cette autorisation n’est pas surprenante dans ce contexte de compétition internationale pour contrôler des matières premières stratégiques. Car les applications sont nombreuses dans l’industrie et dans l'aéronautique, mais aussi dans le domaine de l’armement.

Depuis cette annonce qui divise les riverains, les échanges ont été nourris entre les parties et à propos de tout. D'un coté les opposants qui ont produit de nombreux chiffres sur les impacts environnementaux et qui ont appelé à prendre en compte les risques pour la santé de cette entreprise. Le trafic routier va être impacté, mais c’est la question de l’amiante rejetée lors des forages qui inquiète le plus.

De l'autre côté les habitants favorables argumentent sur l’engagement de Variscans quant à la création d’emplois (vingt directs et autant d’indirects) qui pourrait revitaliser l'économie locale. Mais le fait de « favoriser » l’emploi local semble un engagement imprécis et facile à contourner pour des postes demandant des compétences particulières.

En ce qui concerne les élus, parmi les villages environnants certaines municipalités comme Seix ont délibéré contre. À Couflens, le maire, ancien mineur, n’a pas manqué de s’opposer vertement à une possible réouverture.

Avec la phase de prospection qui va débuter, il est probable que chacun y aille de son argument pour étayer sa thèse. On peut cependant craindre que ces joutes de langage ne finissent par ressembler plus à un dialogue de sourd qu’à une réelle discussion pour trouver une solution acceptable pour tous. La raison d’État primant sur toute autre, on peut regretter que la raison encore supérieure de l’environnement ne prime toujours pas...

Film documentaire Mine de rien

Culture documentaire mine de rien 1Les copains de Médiacoop (membre de la Coordination permamente des médias libres) viennent tout juste de mettre en ligne un reportage de 52 minutes, résultat d'une longue enquête sur la lutte citoyenne qui s'est engagée.

Synopsis : les habitants de Salau, petit village ariégeois, se livrent une guerre impitoyable concernant l'éventuelle réouverture d'une mine de Tungstène sur la commune. Selon les travaux de Henri Pezerat et Annie Thébaud Mony, le site contient de l'amiante. Nous avons donc décidé d'enquêter afin de faire émerger la vérité sur le business de l'exploitation minière, les différents conflits d'intérêt, les enjeux politiques, sociaux, environnementaux et sanitaires. Une enquête sur plus de deux ans sur le combat des résistants face à cette industrie revenue à la mode depuis la relance minière prônée par A. Montebourg, en 2013.

Ce reportage est disponible gratuitement sur le site de Médiacoop : www.mediacoop.fr

Pour en savoir plus et suivre l'actualité de la lutte citoyenne qui s'est engagée, rendez-vous sur le site du collectif Stop Mine-Salau : www.stopminesalau.com

 

Rechercher sur ce site

Utilisez le moteur  ci-dessous pour effectuer des recherches sur le site du Lot en Action (plus de 6 000 articles en ligne depuis février 2009)

 

 

 

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir, montant libre, de 1€ à un million de dollars !

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau