Nicolas Sarkozy descendu en flammes par la presse étrangère. Source : Rue 89

Libération a révélé qu'au cours d'un déjeuner avec des parlementaires mercredi, Nicolas Sarkozy a tenu des propos peu amènes au sujet de José Luis Zapatero, d'Angela Merkel et de Barack Obama.

Barack Obama et Nicolas Sarkozy le 4 avril à Strasbourg (Jason Reed/Reuters)

Du président américain, Nicolas Sarkozy a expliqué qu'il était encore débutant :

« Obama est un esprit subtil, très intelligent et très charismatique. Mais il est élu depuis deux mois et n'a jamais géré un ministère de sa vie. Il y a un certain nombre de choses sur lesquelles il n'a pas de position. »

Concernant son homologue allemande, il s'est félicité qu'elle suive son exemple :

« Quand elle s'est rendu compte de l'état de ses banques et de son industrie automobile, elle n'a pas eu d'autre choix que de se rallier à ma position. »

Mais c'est à José Luis Zapatero qu'il s'en prend le plus au moment du dessert :

« Zapatero n'est peut être pas très intelligent. Moi, j'en connais qui
étaient très intelligents et n'ont pas été au second tour de la
présidentielle. »

En dépit d'un démenti officiel au sujet de la petite phrase lancée à l'encontre de ce dernier, la presse étrangère s'est déchaînée. Florilège.

Espagne : fanfaron et mégalo

Le site Soitu a consacré un article aux études d'un psychologue, Richard Lynn, qui a classé les Nations selon le QI de leurs habitants :

« En appliquant cette théorie à la nationalité de ceux qui étaient présents à la réunion du G20 à partir de Londres, le chef d'Etat au QI plus élevé est Lee Myung-bak, le Premier ministre de Corée du Sud (pays où le QI moyen est estimé à 106).

« Selon cette curieuse liste, le Premier ministre espagnol possède un QI de 99, supérieur à celui des Français (98) et des Américains (98), mais inférieur aux Italiens (102) et aux Allemands (102). »

El Periódico s'attaque au tempérament hâbleur du président français :

« On pouvait s'y attendre. Comme le Guadania [le fleuve, ndlr], le caractère fanfaron de Nicolas Sarkozy remonte régulièrement à la surface. (…) L'Elysée s'efforce, en niant ces critiques, d'éviter que cet épisode ne nuise aux bonnes relations entre Sarkozy et son homologue espagnol, qu'elle considère comme un allié. »

De son côté, El Mundo ironise sur les conséquences possibles de cette sortie sur la prochaine visite de Nicolas Sarkozy en Espagne :

« Il ne le trouve pas très intelligent. Peut-être pourra-t-il lui exposer ses arguments lors de sa visite en Espagne les 27 et 28 mai. Carala Bruni sera à ses côtés, sans doute pour alléger les tensions ou contenir les légèretés que son mari profère durant ses réunions au sommet.

« Celle d'hier, par exemple, a montré que Nicolas Sarkozy se perçoit comme le “maître du monde” , ainsi que l'a noté “Libération'.”

Angleterre : Nicolas Sarkozy se surpasse

« Nicolas Sarkozy n'a jamais su se rendre aimable auprès de ses pairs. » C'est ainsi que débute l'article du Guardian consacré à ce déjeuner désormais célèbre. La suite éreinte le président français :

« Il a irrité avec sa vantardise, épuisé avec son hyperactivité, choqué par ses attaques politiques à la télé et ses textos envoyés pendant les réunions. Mais aussi impressionnants que soient ses antécédants, il vient de les surpasser tout seul. »

« Nicolas Sarkozy insulte les chefs d'Etat durant un déjeuner », titre le Daily Telegraph, avant de résumer assez fidèlement les propos d'une personnalité « pas réputée pour son tact » et « réputée pour sa brutalité » :

« Le président français a suggéré que le nouveau président des Etats-Unis était inexpérimenté, que le Premier ministre espagnol n'était pas très intelligent et que la chancelière allemande ne partageait pas sa prévision sur la façon de s'attaquer à la crise financière mondiale. »

Le Times propose un décryptage du comportement de Nicolas Sarkozy, notamment face à Barack Obama, qu'il ne « peut pas supporter ».

Après avoir comparé l'attitude très « bitchy » des ados qui critiquent avec mauvaise foi un camarade très séduisant avec celle de Nicolas Sarkozy, Catherine Philp écrit de ce dernier qu'il est jaloux du nouveau « beau » président américain. Avant de lancer comme un avertissement :

« Un sondage publié hier, a donné à son prédécesseur, Jacques Chirac, 30 points de propularité d'avance sur lui. Il ya une seule chose plus menaçante que le président brillant récemment élu : un brillant ancien. Watch your back, Jacques. »

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org