Pivaudran : les 112 suppressions confirmées

La Dépêche. 26 septembre 2009 par B.-H. S.-P.

Social. La liste sera envoyée à la direction du travail, la semaine prochaine.

Le plan de sauvegarde a été entériné. Photo DDM, archives.
Le plan de sauvegarde a été entériné. Photo DDM, archives.
Le plan de sauvegarde a été entériné. Photo DDM, archives.

Hier, avait lieu aux Etablissements Pivaudran de Souillac, un comité d'entreprise consacré à la deuxième réunion de négociation sur le plan de sauvegarde (PSE). En dépit du vote des salariés, réunis en assemblée générale le 17 septembre, demandant que le CE ne signe pas le PSE, hier, le CE a entériné le plan prévoyant 112 suppressions d'emplois dont une trentaine de départs à la retraite ou pré-retraite et près de 80 licenciements. De faits une poignée d'employés pourraient obtenir une dérogation et partir aussi en pré-retraite. La liste des salariés concernés par le PSE sera envoyée, la semaine prochaine, à la direction du travail et de l'emploi. Si le PSE est validé, les premières lettres de licenciement pourraient être envoyées dans la deuxième quinzaine d'octobre. Les salariés semblent désormais abattus et résignés, à l'image de l'absence d'écho rencontré par l'appel à la grève lancé, jeudi, par la CGT, laquelle s'exprimera en conférence de presse dans les prochains jours.

La CFDT organise une rencontre LUNDI

Pour sa part, dans le cadre de sa semaine nationale d'action auprès des salariés, la section CFDT des Ets Pivaudran, le syndicat CFDT de la métallurgie, l'union départementale et régionale CFDT organisent une rencontre avec tous les salariés de Pivaudran de Souillac, lundi prochain 28 septembre à 9 heures, salle du Bellay. La CFDT » exposera ses actions et débattra avec les salariés présents sur les propositions qu'elle a faites et qu'elle entend faire aboutir dans le cadre du PSE ».

Pcf : tract et création d'un comité de soutien

Hier, la section du Haut-Quercy du Parti communiste français a diffusé un tract intitulé « Pivaudran, que cherche la direction ? ».

Le PCF s'interroge sur la stratégie de la direction de Pivaudran et de la holding « Financière Frégière », et met en doute l'ampleur des difficultés de Pivaudran, en craignant à terme une éventuelle délocalisation de la production : « Qui de Pivaudran ou de la Holding détient aujourd'hui la propriété des brevets déposés ?

[…] Les patrons de Pivaudran ont été prompts à utiliser les mesures de chômage partiel, alors que rien de tangible ne le justifiait. Aujourd'hui, ils veulent, avec la même rapidité et sans bruit, liquider 120 emplois, là encore, sans que rien de précis dans leurs explications et dans le peu d'informations données aux élus du CE n'explique cette décision. Pourquoi ne pas accepter une expertise comptable, économique et prospective si les raisons invoquées sont avérées ? » Et le PCF d'annoncer la création d'un comité de soutien aux salariés. Contacté, Jacques Pivaudran, directeur général du groupe, estime ce tract «injurieux», mais n'a pas souhaité répondre à nos questions concernant le comité d'entreprise, le plan de sauvegarde, ni la propriété des brevets.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau