Pourquoi vous n'irez pas au musée ce week-end

Rue89. 5 décembre 2009 par Zineb Dryef

Les personnels sont en grève contre les suppressions de postes. Au Louvre, la tension est montée avec des touristes.

Grève au musée du Louvre (Giulio Zucchini)

Scène inhabituelle vendredi matin au Louvre : des touristes énervés empoignant des employés du musée. Visiteurs impatients, inutile de vous en prendre au personnel des musées dont vous trouverez portes closes, vous n'entrerez pas.

La grève des agents du ministère de la Culture s'est sensiblement durcie en cette fin de semaine, entraînant la fermeture de plusieurs musées et monuments nationaux. Outre le Centre Pompidou fermé depuis douze jours, ce sont les musées d'Orsay, le Louvre, Versailles, le Musée Rodin, les Archives nationales, la Bibliothèque publique d'information, l'Arc de Triomphe, la Conciergerie, les châteaux d'Azay-le-Rideau et de Pau et la Cité de Carcassonne qui sont partiellement ou totalement fermés.

1000 suppressions de postes

Au terme d'assemblées générales agitées vendredi matin, la décision de poursuivre le mouvement a été prise par les syndicats. Au coeur des inquiétudes des agents du ministère de la Culture, les suppressions de postes et les réductions budgétaires entraînées par la Révision générale des politiques publiques (RGPP). La réforme prévoit en effet le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Le Centre Pompidou est le plus concerné, 44% du personnel ayant plus de 50 ans.

D'après les syndicats, plus de 1 000 postes seront supprimés d'ici à 2011, pour un effectif total d'environ 23 000 agents du ministère.

La grève ne concerne donc pas uniquement les musées et monuments nationaux mais l'ensemble du milieu culturel. En bloquant les musées, les syndicats donnent de la visibilité à un mouvement jusque là resté discret.

Ainsi, selon une information du Figaro, la grève au Centre Beaubourg aurait déjà coûté 300 000 euros :

« En une semaine, le manque à gagner commercial tournerait autour de 300 000 euros de billets et produits dérivés non vendus. Le chiffre est d'autant plus élevé que l'exposition Pierre Soulages était l'un des grands succès parisiens de la période, avec quelque 5500 entrées par jour. »

Au Louvre, la grève n'a pas la même ampleur. La direction maintient l'ouverture partielle du musée en dépit de l'absence d'un grand nombre d'agents de sécurité.

« Cette réforme devra s'appliquer »

Sophie Aguirre, secrétaire générale du syndicat national SUD Culture et agent de surveillance au Louvre, a conscience que la fermeture du Louvre est symboliquement très forte. Plutôt optimiste sur l'importance du mouvement, elle le compare à celui de 2001. Alors mobilisé contre les 35 heures, le personnel des musées était parvenu à bloquer les établissements plus d'une dizaine de jours. (Voir la vidéo)

 

Selon Sophie Aguirre, dans un musée comme le Louvre, les conséquences concrètes de la RGPP pourraient être un surplus de travail pour des agents moins nombreux, moins d'argent dépensé dans les activités non directement liées aux expositions et des réductions budgétaires drastiques. (Voir la vidéo)


Frédéric Mitterrand, plutôt discret sur la question, s'est exprimé jeudi 3 décembre à l'issue d'une négociation sans résultats avec les syndicats :

« Cette réforme, elle a été menée par un gouvernement qui est issu du suffrage universel. Cette réforme devra s'appliquer. »

A quinze jours des vacances de Noël et de l'afflux de touristes, la fermeture des musées nationaux inquiète. En 2001, les grévistes avaient réouvert leurs portes pendant les vacances de la Toussaint.

Si vous ne parvenez pas à passer les portes du Louvre ce week-end, profitez en pour visiter l'excellent site « 4 semaines » de nos confrères d'Arte. Jusqu'au 18 décembre, « 4 semaines au Louvre » présente une série de vidéos qui se nourrissent des collections du musée.

Grève au musée du Louvre (Giulio Zucchini)

Merci à Giulio Zucchini pour ses photos du Louvre.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org