Près de 200 fermetures de blocs opératoires

Bellaciao. 26 octobre 2009. Communiqué du CDHMP

Le ministère de la santé «débloque»

Le projet d’arrêté de fermetures des blocs opératoires pratiquant moins de 1500 actes annuels poursuit et accentue la guerre menée par les gouvernements successifs contre les hôpitaux de proximité de taille réduite. La dernière loi dite "Bachelot" ne fait que généraliser les pratiques antérieures, en les rendant plus opérationnelles avec la mise sur pied d’un pouvoir pyramidal et antidémocratique dont les ARS sont le pilier. M. Vallencien voilà quelques années s’en prenait à environ 113 blocs dont certains sont déjà fermés ! et aujourd’hui c’est encore l’escalade avec 182 annoncés en plus. Obernai, Ruffec, Champagnole, Aubagne, Albi, Castelnaudary, la plupart des hôpitaux bretons de taille moyenne ou petite, Clamecy, Châtillon sur Seine, Belley, Gap-Sisteron, Paris Bellan, Briançon, Boulogne Billancourt, Chalon, Decazeville, Die, Lisieux, Montceau-les-Mines, Montluçon, Thouars, Vouziers… sont face à des menaces de destructions partielles ou totales de services chirurgicaux. Des centaines de structures hospitalières sont démantelées et fragilisées, et la chirurgie est désormais assurée pour plus des 2/3 par le privé ou sévissent souvent dépassements d’honoraires et parfois dessous de table. Certaines localités n’ont plus d’offre publique de santé et les patients sont confrontés à d’intolérables pressions financières supplémentaires, ce qui va encore réduire les nécessaires interventions pour beaucoup de nos concitoyens.

Une nouvelle fois l’idéologie dominante - à nos yeux irresponsable- de restructurer et de concentrer les structures sanitaires sévit. L’intérêt des personnes et des territoires est une nouvelle fois ignoré, les personnels ne sont pas consultés, les élus locaux non plus. L’accès égalitaire à une santé de proximité n’existe plus. Le maillage territorial sanitaire que l’étranger nous enviait devient peau de chagrin. On désertifie des territoires entiers, on augmente les zones blanches sanitaires… et on accentue les dépenses, les risques, les temps d’accès aux soins, en multipliant des transferts, ce qui est en plus écologiquement stupide. Pire on laisse de côté les personnes plus isolées, les plus démunies, qui ne consultent plus ou moins : 15 % de français ne consulteraient déjà plus, 20% des consultants ont disparu là où on a déjà procédé à des regroupements reconnaissent les présidents de CME-Commissions médicales d’établissements.

L’hôpital pivot ou central n’en profite guère. Au contraire les files d’attente s’accentuent, et là encore également les temps d’attente, souvent pour des besoins sanitaires bénins qui auraient largement pu être traités localement. Les personnels - déjà de moins en moins nombreux- sont stressés, sous pression, et sont condamnés à faire plus vite et forcément plus mal l’accueil et les soins nécessaires.

La Coordination nationale condamne fermement ce projet d’arrêté comme elle condamne toute la politique territoriale en matière de santé menée depuis une quinzaine d’années. Il faudrait rétablir une vraie démocratie sanitaire, partir des besoins des personnes (usagers et personnels) et des territoires, faire jouer à plein le principe de subsidiarité (traiter ce qu’on peut sur place, c’est-à-dire la très grande majorité des demandes) et orienter vers des sites spécialisés et plus dotés les rares cas qui le nécessitent. Et surtout augmenter considérablement le recrutement des personnels et veiller à ce qu’enfin ils soient mieux répartis territorialement. Bref une toute autre politique, nettement plus courageuse, qui profiterait enfin aux principaux intéressés, les utilisateurs (patients, usagers, familles et proches) et tous les personnels des structures sanitaires.

Source : COORDINATION NATIONALE des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité : http://www.coordination-nationale.org

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau