Quand « chasseur » rime avec « salopard »

Article à paraître dans le numéro de février (n°107), par Bluboux (Laurent Cougnoux), mis en ligne le 25 janvier 2017

Coup de gueule quand chasseur rime avec malfaiteur antoine pugnetVoici la situation ubuesque dans laquelle se retrouve Antoine Pugnet, paysan en bio depuis 1977 à La-Chapelle-Villars (Loire), poursuivi devant le tribunal correctionnel de St-Étienne.

Alors qu'il travaillait sur son exploitation à la réfection de chemins, Antoine Pugnet croise sur son champ une brochette de chasseurs affairés à débusquer des renards. Antoine ne comprend pas trop pourquoi tant de haine à l'encontre des renards, qui ne se mangent pas et sont utiles (notamment en contribuant à réguler la population de taupes). Antoine a depuis toujours d'excellentes relations avec ces petits animaux qui, au Japon, ont la capacité de se métamorphoser en humains (ce qui n'a rien à voir avec notre histoire, je vous l'accorde).

Mais revenons à notre histoire. Antoine désapprouve silencieusement l'action des chasseurs et retourne à son labeur. Mais lorsqu'on lui demande de stopper son tracteur pour laisser passer la battue, il se dit que quand même, c'est exagéré. Il refuse et continue de tracer son sillon.
Les chasseurs doivent s'écarter de sa trajectoire et patienter quelques minutes. Voilà. C'est tout.

Coup de gueule quand chasseur rime avec malfaiteur dessinComment faire de ce non-événement une affaire judiciaire ? C'est là que les chasseurs révèlent un potentiel imaginatif insoupçonnable. Ils portent plainte pour « menace avec arme par destination ». L'arme étant, en l’occurrence, le tracteur d'Antoine qui ressemble plus à une compression de César qu'à un véhicule ! Il atteint péniblement les 6 km/h, si les vents sont favorables.
Jusque là, c'est plutôt amusant. Mais ça le devient nettement moins lorsque l'on sait que la plainte a été retenue, que la société de chasse et la préfecture ont rejoint le plaignant, et que l'affaire doit être jugée le 1er février prochain au tribunal !

Au moment où nous bouclons ce numéro, nous n'avons pas le résultat de l'audience au tribunal et le jugement sera probablement mis en délibéré. En attendant, si le cœur vous en dit, une pétition a été mise en ligne pour soutenir Antoine : http://bit.ly/2jerorO
 

 

Rechercher sur ce site

Utilisez le moteur  ci-dessous pour effectuer des recherches sur le site du Lot en Action (plus de 6 000 articles en ligne depuis février 2009)

 

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir, montant libre, de 1€ à un million de dollars !

 

Commentaires

  • Samailloute
    • 1. Samailloute Le 14/02/2017
    Rien d'étrange, nous ne sommes pas dans une république bananière (enfin si quand même un peu ) mais depuis que l'on organise des séjours dans l'état islamique, la France a copié sa manière de soutenir ses chasseurs terroristes en créant des charrias pour remplacer la justice. Ce sont toutes deux des lois !
  • ebigit
    • 2. ebigit Le 04/02/2017
    Les chasseurs vous emmerdent chez vous?
    La solution: www.aspas.fr (Association pour la Protection des Animaux Sauvages)
  • t Leborec
    • 3. t Leborec Le 25/01/2017
    Tous les bourgeois chassent...
    Un avocat devait être dans la battue génée par le tracteur ...
    Donc cher Verniol , non vous ne révez pas ...
    Mais il srait bon que vous vous réveilliez !!
  • verniol
    • 4. verniol Le 25/01/2017
    On se croirait dans une république bananière ! On peut se demander si au sein de cette société de chasse il n'y aurait des membres suffisamment influents pour faire aboutir leur plainte et aussi si le procureur qui l'a enregistré n'est pas lui aussi un chasseur !!!! On croit rêver !!!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau