Quand le président Tsarkozy se déplace.....

Communiqué de Fédération Grand-Est STOP déchets nucléaires. 20 octobre 2009

Annoncé ce mardi à Saint-Dizier (Haute-Marne / Champagne-Ardenne) pour dire à quelle sauce seront bientôt cuisinés les élus territoriaux, le président ne déroge pas à la règle qu'il a fixée. Chacun sait que pour ce garant des valeurs républicaines, rien de désobligeant ne doit choquer l'oeil et l'oreille présidentielles. Mais voilà qu'il fait des émules dans son entourage.
 
Pas le moindre manifestant, rien de ce qui peut ressembler à une banderole, le vide doit régner... hormis la présence massive de courtisans. Saint-Dizier ne fera pas exception à la désormais tradition : plus de mille cartons ont été adressés à une clientèle ciblée, tandis que dès vendredi dernier la Fédération Grand-Est STOP déchets nucléaires et le Cedra (1) se trouvaient questionnés sur leurs intentions par les (ex) RG.


 
Plutôt qu'une jacquerie comme savent le faire les populations dont l'exaspération déborde, le Fédération s'est tournée vers une demande d'entrevue, entre personnes responsables. Et quel meilleur interlocuteur que le renommé Michel Mercier, ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire, dans le sillage présidentiel ce mardi ? Les quinze associations composant la Fédération, ou sa délégation, allaient pouvoir le questionner sur la réalité vécue : le déménagement, la désertification de plus en plus criante des territoires ruraux, et plus encore pour nos régions Champagne-Ardenne et Lorraine, l'empoisonnement radioactif de tous nos terroirs.
 
Les membres de la Fédération, journellement sur le terrain, auraient pu le questionner sur le désastreux fiasco de la "gestion" des déchets nucléaires. Sur les méthodes honteuses utilisées pour récemment implanter une poubelle nucléaire de déchets dits 'FAVL'. Sur "la concertation et la transparence" qui devaient guider la démarche de l'Etat et de l'éboueur Andra (2) et qui ne furent que des mots.
 
Les représentants de la Fédération auraient pu questionner le ministre sur un document adressé à la présidence et au gouvernement, proposant une véritable gestion de ces poisons et commençant par la première étape : un MORATOIRE sur tous les projets d'enfouissement, 'FAVL' et 'HAVL' à Bure. Ce document, travaillé et co-signé par seize associations, attend depuis mars dernier que l'Etat veuille bien en accuser réception et, surtout, prendre en compte cette démarche de bon sens.
 
Las, la Fédération vient d'apprendre que sa demande d'entrevue non seulement s'est égarée tout le lundi après-midi dans les couloirs de la préfecture haut-marnaise, mais que le ministre Michel Mercier ne daignera recevoir personne. Par contre un membre de cabinet se tiendra à disposition, pour noter scrupuleusement les doléances, opiner régulièrement du chef et assurer doctement qu'un suivi sera assuré. De ces fonctionnaires, les associations en ont rencontrés depuis des années à Paris. Or, pour la Fédération, ces temps de mascarade sont révolus.


 
Si ses élus ne veulent plus l'entendre, et bien le peuple va se faire entendre de ses élus.
 
Le maire démissionnaire d'Auxon (Aube), pro-'FAVL', soutenu par l'Etat via le Préfet local et à nouveau candidat,
vient de le comprendre ce dimanche en subissant une cinglante déculottée électorale révélatrice.
 
et pour se faire entendre plus encore, cap sur le Mercredi 11 Novembre pour une méga action avec les populations
 
(1) Collectif contre l'enfouissement des déchets radioactifs
(2) Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs
 
Contacts :
        Michel MARIE > 03 25 04 91 41 / 06 66 959 777
        Michel GUERITTE > 06 71 06 81 17
        Loëtitia CAROUGEAT > 06 77 55 97 43
        Jean-Marc FLEURY > 06 16 27 14 91

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org