Quand Sarkozy baisse, Guillon monte

Agoravox. 29 octobre 2009 par Omnibuzz

Le chroniqueur de France Inter est dans la collimateur du président de la république qui stagne à environ 40% de bonne opinion dans les sondages. Nicolas Sarkozy en a assez de ces humoristes qui ne cessent de se payer sa fiole. Il veut aussi la peau des Guignols. La satire est une tradition bien française qui existe depuis fort longtemps. C’est une grave erreur politique et un aveu de faiblesse de la part du chef de l’état de penser qu’en supprimant les gouailleurs, sa cote de popularité remontera. Il devrait se rendre compte, au contraire, qu’en les censurant il renforcera leur pouvoir. Sans bouffon il n’y a plus de roi.

Hier, le Canard enchaîné nous apprenait dans une brève reprise dans Agoravox que le président de la république, outré que les Guignols de l’info s’attaquent à son fils, souhaitait que la direction de la chaîne prenne des mesures. « L’Elysée accuse les célèbres marionnettes de Canal+ d’avoir « dépassé les bornes », soulignait la brève d’Agoravox. Les caricatures de Jean Sarkozy auraient déplu à son père. Celui-ci souhaite que Bertrand Meheut, le patron de Canal +, « se sépare de son directeur adjoint », Rodolphe Belmer lequel, selon le président de la république, serait responsable des « outrances » des marionnettes.

Rien n’est plus faux : le responsable des outrances des marionnettes est Nicolas Sarkozy lui-même. Les Guignols n’usurpent pas leur nom. Guignol dérangeait déjà. Et quand Sarkozy sera remplacé par un autre président, il y aura toujours et encore des Guignols comme il y a eu des Rabelais, des Pierre-Jean de Béranger, des Coluche et des Desproges, des Canard enchaînés, des Siné, des Morvan Lebesque et des Paul-Louis Courrier.

Guignol était la marionnette du peuple. C’est la main du peuple qui l’agite. C’est ça, l’identité nationale française. La main de fer du peuple dans une marionnette de velours. Sarkozy est quant à lui un linceul animé par du vent. En témoigne l’admirable travail de sape (ce mot est à prendre dans sa noble acception) que viennent de réaliser les journalistes du Petit journal de Canal+.

Non seulement le président de la république en veut aux Guignols, mais il voudrait la peau de Stéphane Guillon. L’aura-t-il ? Rien n’est moins sûr. Dans une interview publié sur TéléObs, ce dernier explique qu’il a « deux excellentes protections : ma courbe d’audience et Nicolas Sarkozy. Je lui dois une éternelle reconnaissance : en disant publiquement qu’il ne m’aimait pas, il a boosté ma popularité et m’a rendu intouchable ». Une évidence qui n’a pourtant pas sauté aux yeux de Nicolas Sarkozy et de ses super-conseillers.

Stéphane Guillon et les Guignols savent qu’ils peuvent compter sur un large soutien populaire. Mais il n’est pas certain que les journalistes, cibles des attaques répétées de l’UMP ces derniers temps, soutiennent ces humoristes. Lorsque la journaliste de Téléobs fait remarquer à Stéphane Guillon « on sent moins l’enthousiasme des journalistes d’Inter pendant vos chroniques… », celui-ci répond, fataliste : « Il y a eu beaucoup de tension à Inter au printemps dernier autour de ce changement de présidence. Parmi les critiques qui m’ont été adressées, certaines ont évoqué les “rires gras” du studio. Après, forcément, il y a eu un silence de cathédrale ! J’ai demandé à l’équipe de se détendre, mais ce n’est pas évident. Je sais aussi qu’il y a un clivage au sein de la rédaction, certains adorent, d’autres détestent. C’est comme ça. Et les rires, j’ai appris à m’en passer ».

Observons la page Dailymotion consacrée aux vidéos France Inter les plus populaires. Sur les 15 vidéos apparaissant sur la page 13 d’entre elles sont des chroniques de Guillon. La plus vue (547 483 visites) concerne Jean Sarkozy. La suivante (576825 visites) concerne DSK... J’en connais qui seraient heureux avec des scores de popularité comparables. Mais regardons ces vidéos dans l’ordre chronologique.
 
Avec DSK, les personnes présentes dans le studio rient franchement. Avec Jean Sarkozy, les rires se font plus rare... Les journalistes ne rigolent plus...

Sarkozy veut supprimer les Guignols. Sarkozy ne supporte pas Guillon. Il a bien tort de le crier sur les toits. C’est le signe d’une grande faiblesse. C’est le signe qu’il prête le flanc à la critique. C’est le signe qu’il n’est pas sûr de lui. Pas si simple de s’attaquer à ces porte-paroles. Alors pour nous montrer qui est le chef, on met en garde à vue des messieurs et mesdames Tout-le-monde. Peu importe le motif. Ce qui compte c’est de faire peur : ne sortez pas des clous. On garde à vue un lycéen qui fabrique un lance-patate, une mère de famille qui revend des tickets de cantine sur Internet. Des gens comme vous et moi. Histoire de nous immobiliser de peur.

Mais pendant ce temps, gardons l’espoir, les Guillon, les Guignols, les Groland, les Yann Barthès démasquent l’imposture avec humour. L’humour, l’arme fatale. En attendant mieux.
 
Ce n’est pas parce que Stéphane Guillon gagne en popularité que Sarkozy baisse dans les sondages. Mais c’est parce qu’il baisse dans les sondages que Guillon gagne en popularité.
 


Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau