Quant la loi du marché nous conduit au désastre nucléaire

Le Lot en Action, 11 juillet 2009 par Bluboux

Dessin de Lidwine

La libéralisation du marché français de l’électricité est récente. Elle a été amorcée lorsque l’Union européenne (UE) a souhaité mettre en place un marché européen de l’électricité. Les directives européennes de 1996 et de 2003, transposées par les lois du 10 février 2000 (relative à la modernisation et au développement du service public de l’électricité) et du 9 août 2004 (relative au service public de l’électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières), fixent le cadre de référence.

Aujourd'hui EDF et AREVA sont des entreprises commerciales qui doivent répondre à la pression de leurs actionnaires. Conquêtes de nouveaux marchés, distribution de dividendes, réduction des coûts...

Avec l'aide de Super Sarko, qui revêt à merveille le costume de Super Représentant en centrales nucléaires, AREVA prend des commandes d'EPR, le « nouveau » réacteur. Or l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) a avoué le 7 juillet dernier, ne pas avoir encore étudié le système de commande, le « cerveau » du réacteur EPR, pourtant en construction en Finlande et à Flamanville et validé par ses services il y a plusieurs mois. Cet aveu fait suite à la sévère remise en cause de la sûreté de ce type de réacteur par les autorités de sûreté finlandaises puis, plus récemment, par l’organisme de contrôle britannique.

Au même moment, l’ASN, s’est déclaré en faveur de l’extension de durée de vie des vieilles centrales nucléaires françaises, pourtant d’une conception très largement dépassée.

«Il faut croire que la conception des normes de sûreté et sécurité nucléaire ne sont pas les mêmes en Finlande, au Royaume–Uni ou en France… Dans la patrie du nucléaire, l’ASN voudrait-elle protéger les intérêts français au détriment de la sûreté ?, s’interroge Yannick Rousselet, chargé de campagne Nucléaire à Greenpeace France.

Comment Areva et EDF peuvent-ils continuer à vendre et vanter la sûreté de l’EPR, quand les services officiels de pays comme la Finlande et le Royaume–Uni refusent la conception même de son système de réponse en cas d’accident et que l’autorité française avoue ne pas encore avoir étudié cette question. Cette attitude est complètement irresponsable ! »

EDF veut prolonger la durée de vie de ses centrales de vieille génération, dont la conception date de plus de quarante ans et pour lesquelles les normes de sécurité prévoyaient un arrêt et un démantèlement qui vient à échéance. Bizarrement l'ASN pense qu'il n'y a pas lieu d'appliquer ces normes de sécurité qui peuvent bien être assouplies...

Et assouplies jusqu'où ? Jusqu'à quel moment ? Un Tchernobyl en France ?

On peut établir une longue liste de défauts de sûreté de ces centrales, notamment leur capacité à résister aux changements climatiques. La semaine dernière, en raison des fortes chaleurs et du manque de disponibilité de nombreuses centrales françaises, plus d’un tiers, EDF a été obliger d’importer de l’électricité, notamment en provenance du Royaume-Uni.

A l’été 2003, il avait fallu arroser la centrale de Fessenheim avec des jets d’eau pour éviter une dramatique surchauffe… (Voir le dossier Canicule et Nucléaire du réseau SDN)

Le 15 mai dernier un incident nucléaire à la centrale de Paluel, le 13 mai à celle de Tricastin qui faisait suite aux fuites de l'an dernier... (voir les articles).

On voit très bien se dessiner la logique financière et libérale dans tout cela, et c'est bien ce qui doit nous faire peur. EDF vient de lancer un emprunt national, qui soit dit au passage a rencontré un franc succès, pour financer sont développement à l'étranger (Grande-Bretagne, États-Unis, etc.). Maintenant le PDG d'EDF parle ouvertement d'une augmentation de 20% du prix du kilowatt pour les particuliers (voir article), toujours pour financer le besoin de croissance externe de l'entreprise (la fameuse règle d'or des marchés dérégulés : croître toujours plus et plus vite que les autres ou mourir). Mais quid du remplacement des centrales en France ? Quid de la sécurité, surtout lorsque l'état n'assume plus sont rôle d'arbitre en la matière ?

D'ailleurs l'a t-il assumé un jour ? Souvenons nous du nuage de Tchernobyl qui s'est arrêté à nos frontière et n'oublions pas que nous assumons le rôle de poubelle nucléaire pour les clients d'AREVA... Sarkozy avait promis qu'aucun site nucléaire majeur ne serait ouvert, AREVA vient de lancer une étude pour ouvrir un (ou plusieurs) centre(s) d'enfouissement pour les prochains 40.000 ans...

Vous trouverez ci-dessous plusieurs dossiers, en pdf, permettant de s'informer sur le nucléaire, donc sur les besoins énergétiques et les enjeux majeurs que nous devons affronter.

Je vous recommande également de visiter les sites du Réseau Sortir Du Nucléaire, de la CRIIRAD et de Greenpeace.

Dossiers à consulter, en PdF :

 

 

 

Commentaires (2)

1. Eliot 31/08/2009

Connaissez-vous le "codex alimentarius "?
C'est grave ... http://www.dailymotion.com/video/x66xu9_le-codex-alimentarius_news

2. eugène wermelinger (site web) 10/08/2009



URGENT : agissez aujourd’hui, ce week-end et la semaine prochaine (si possible avant le 14 juillet)

Deux communes de l’Aube, Auxon et Pars-les-Chavanges, viennent d’être sélectionnées par le Ministère de l’Environnement pour l’implantation d’un vaste site d’enfouissement de déchets radioactifs dits « FAVL ». Fin 2008, les maires de ces deux communes s’étaient portés candidats au projet. Pars-les Chavanges est limitrophe de la Marne et de la Haute-Marne. Auxon est limitrophe de l’Yonne et de la Côte d’Or.

Ce projet « FAVL » suscite, depuis un an déjà, une forte opposition des populations, notamment dans les départements de l’Est aujourd’hui directement menacés. L’enfouissement est la pire option envisageable pour gérer les déchets radioactifs existants : tôt ou tard, la radioactivité contaminera les nappes phréatiques et l’environnement.

L’association Auxon-dit-NON fédère les habitants d’Auxon opposés au projet. Cette semaine, une réunion publique d’information y a rassemblé plus de 400 personnes ! Quant à la commune de Pars-les-Chavanges, elle vient de re-délibérer, sous la pression des habitants, pour annuler sa candidature au projet.

Aidez les habitants d’Auxon à obtenir le retrait de la candidature de leur commune à ce projet d’enfouissement de déchets radioactifs, porteur de graves risques sanitaires et environnementaux à des dizaines de kilomètres à la ronde !

Appelez par téléphone les conseillers municipaux d’Auxon favorables au projet (liste ci-dessous) :

Expliquez à chaque interlocuteur qu’il est de sa responsabilité d’élu local et de citoyen de ne pas céder aux appâts financiers de l’Andra, et d’exiger en urgence :

- que le maire d’Auxon, M. Jean-Louis Caillet, arc-bouté au projet « FAVL », réunisse son Conseil municipal sur cette question
- que le Conseil municipal annule sa candidature au projet « FAVL » en votant contre

Vous ne voulez sans doute pas qu’une nouvelle poubelle nucléaire relâche de la radioactivité dans l’Aube et les départements avoisinants.
Alors... merci de décrocher votre téléphone !

En savoir plus sur le projet « FAVL » : http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/alerte-dechets.html

----
Coordonnées des conseillers municipaux d’Auxon favorables au projet d’enfouissement de déchets radioactifs « FAVL » :

Les conseillers municipaux ne sont joignables que sur leur ligne téléphonique personnelle, donc :
- nommez la personne à qui vous souhaitez parler, ce n’est peut-être pas elle qui décroche
- si vous tombez sur un répondeur, vous pouvez rappeler plus tard, mais en tout cas laissez un bref message mentionnant les 2 points qui suivent :
- présentez-vous comme habitant l’Aube ou un département voisin
- exposez très clairement votre opposition au projet « FAVL » et votre demande d’un vote urgent contre ce projet de la part du Conseil municipal d’Auxon
- en toute circonstance, restez absolument courtois-e avec votre interlocuteur, même s’il s’énerve : votre appel sera peut-être le 20e qu’il recevra

M Christian BERLOT, tél : 03 25 42 01 60

M Jean-Louis CAILLET , maire d’Auxon, tél : 03 25 42 02 67

M François COUVREUX, tél : 03 51 14 81 37

M Serge DOSIERES, tél : 03 25 42 11 59

M Gérard FARDET, tél : 03 25 42 02 90

Mme Françoise GIBERT, tél : 03 25 42 13 17

M Jean-Pierre GRIGIS, tél : 03 25 42 13 46 / 09 77 31 70 18

M Thierry LORNE, tél : 03 25 70 08 85

M Emmanuel NOGARET, tél : 03 25 46 88 37

M Pierre PONT-COSSON, tél : 03 25 40 02 29 / 09 61 42 69 13

M Michaël PRUNIER, tél : 03 25 40 42 05

Mme Denise SCHILDE-CHAMPROUX, tél : 03 25 42 13 68

Mairie d’Auxon, tél : 03 25 42 11 61


Merci pour votre action citoyenne

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org