Radioactivité dans l'air : C'est très inquiétant que l'on soit incapable d'émettre un diagnostic

Le Point. 15 novembre 2011 par Chloé Durand-Parenti

Bruno Chareyron, responsable de la CRIIRAD, écarte tout danger immédiat en France, mais regrette que les leçons de Fukushima n'aient pas été retenues.

De l'iode radioactif a été détecté dans l'air en France et dans plusieurs autres pays européens. La source de la contamination est encore inconnue.

De l'iode radioactif a été détecté dans l'air en France et dans plusieurs autres pays européens. La source de la contamination est encore inconnue. © Patrick Kovarik / AFP

Des traces d'iode radioactif ont été détectées dans l'air, en France, depuis plusieurs jours. L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) assure qu'il n'y a, pour l'heure, aucun risque sanitaire. Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire de la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD), répond aux questions du Point.fr.

Le Point.fr : Que peut-on dire aujourd'hui de l'ampleur de la pollution radioactive détectée en France ?

Bruno Chareyron : La concentration d'iode radioactif dans l'air est, pour l'instant, très faible dans le pays. Au regard des mesures effectuées ces derniers jours par l'IRSN, les niveaux de contamination sont environ cent fois inférieurs à ceux enregistrés, en France, au plus fort de la catastrophe japonaise de Fukushima. En ce qui concerne le réseau de balises géré par la CRIIRAD dans la vallée du Rhône, nous avions, à l'époque, mesuré des niveaux d'iode radioactif de plusieurs millibecquerels par mètre cube. Or, actuellement, le niveau d'iode radioactif est en dessous de notre capacité de détection, c'est-à-dire en dessous de 0,1 millibecquerel par mètre cube pour l'iode gazeux et en dessous de 0,02 millibecquerel par mètre cube pour l'iode sous forme particulaire. Cela dit, dans la mesure où cet iode radioactif a également été détecté en Hongrie, en Allemagne et en République tchèque, apparemment dès fin octobre, cela veut dire qu'il y a une contamination diffuse en Europe. Toute la question est de savoir depuis combien de temps et d'où elle vient, car il faut penser aux populations qui sont au plus près de la zone de contamination, exposées aux doses les plus importantes.

Quelle peut être l'origine de cette contamination ?

Il y a beaucoup d'hypothèses possibles, tellement que je ne préfère en citer aucune. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a une source artificielle de contamination quelque part, car l'iode radioactif n'existe pas dans la nature. Depuis le 12 novembre dernier, la CRIIRAD surveille, tous les jours, les sites d'une dizaine de pays d'Europe qui font des mesures de radioactivité dans l'air. Or, il y a très peu de résultats exploitables qui permettent de se faire une opinion sur l'origine de cette contamination. Ce qui est grave et choquant dans cette affaire, c'est de voir que, plusieurs jours, vraisemblablement même plusieurs semaines, après le début de cette contamination, on ne sait toujours pas d'où vient la pollution. Il est vraiment très inquiétant que, y compris après la catastrophe de Fukushima, les instances internationales et l'AIEA ne soient pas en mesure de faire un tel diagnostic.

L'IRSN assure qu'il n'y a pas de danger. Peut-on vraiment l'exclure ?

Pour l'instant, les niveaux de contamination détectés en France ne nécessitent absolument pas de mesures de protection particulières, mais il faut suivre la situation avec vigilance. Tout dépend du temps que cela va durer et de comment les choses vont évoluer. Car, actuellement, on ignore si, à la source de cette contamination, la situation est en train de s'améliorer ou de s'aggraver... Tant qu'on ne sait pas exactement ce qui s'est passé et d'où ça vient, on ne peut faire aucune projection sur les conséquences du phénomène. Il va falloir que les autorités de radioprotection dans tous les pays potentiellement concernés multiplient les analyses, rapidement et avec des appareillages de haut niveau, pour pouvoir faire une cartographie de cette pollution et de son évolution dans le temps.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org