Réquiem pour nos abeilles

Liberterre. Le 12 mai 2007 par Dominique Guillet.(cri d'alarme tellement d'actualité...)

 

Les abeilles transhument vers le néant. Les abeilles désertent par dizaines de milliards. Les ruches se vident en moins d'une semaine. C'est une nouvelle catastrophe pour le monde apicole (et sans doute pour le monde entier) car celle-ci s'annonce d'amplitude planétaire. Elle se nomme “syndrome d'effondrement des colonies”.


Aux USA, les experts apicoles sont en plein désarroi. Ils évoquent même un “mystère”. En effet, les abeilles disparaissent “proprement” sans laisser de cadavres. Les ruches pleines de miel et de pollen ne sont pas pillées par d’autres abeilles ou d’autres insectes. C’est une malédiction qui plane sur les ruchers.

Les expert apicoles ne désespèrent pas, cependant, de trouver le remède miracle, de sauver, encore une fois, leur “industrie”, puisque c’est ainsi qu’ils la qualifient. Ils ont mis sur la trace des abeilles portées disparues les meilleurs détectives-virologues. L'enjeu est de taille: pas d'abeilles, pas de pollinisation, pas de récoltes, pas de dollars. Le bipède, qui s'est autoproclamé maître de la sphère planétaire, en est tout courroucé. Les abeilles font la grève de la pollinisation, les mutines refusent la butine.

Les abeilles n'éprouveraient-elles donc aucune reconnaissance pour cette “industrie apicole” qui les a choyées depuis des dizaines d'années en leur prodiguant:

- le logis: avec de belles ruches toute carrées.
- les meilleurs remèdes: les antibiotiques les plus puissants (comme la terramycine ) et les acaricides les plus performants ( Apistan et le tout nouveau Hivastan).
- de la nourriture à satiété: du bon sucre blanc de betterave, du sirop de maïs confectionné à partir des meilleurs crûs transgéniques et bien sûr, des compléments nutritionnels (élaborés, par exemple aux USA, à partir d’huile de coton transgénique, de farine de soja transgénique, d’huile de soja transgénique, d’huile de colza transgénique...).
- des voyages tous frais payés sur des milliers de kilomètres à la découverte des déserts agricoles occidentaux.
- un butin assuré grâce à des monocultures géantes à la porte de la ruche.
- du pollen et du nectar enrichi d'un cocktail de molécules apéritives: fongicides, insecticides, herbicides.
- de la procréation assistée avec une sélection des meilleures reines inséminées artificiellement.


Une catastrophe bientôt planétaire

Au mois de décembre 2006, l’Université de Pensylvannie mena une enquête auprès de divers apiculteurs de la région est des USA . Ces apiculteurs (possédant entre 200 et 3000 ruches) avaient enregistré des pertes de 30 à 90 % de leur rucher. Chez un apiculteur, seules 9 colonies avaient survécu sur 1200.

Sur l’ensemble des USA, depuis la fin de l’automne 2006, les pertes enregistrées sont de l’ordre de 60 % sur la côte ouest et jusqu’à 90 % dans certains états de l’est et du sud du pays. Selon les dernières estimations, ce sont près de 1,5 million de colonies qui seraient mortes aux États-Unis et 27 États sont touchés. Rappelons que le nombre de ruches était de 6 millions en 1947 et de seulement 2,4 millions en 2005.

En France, la perte des colonies est estimée entre 300 000 et 400 000 chaque année, et ce depuis 1995. L’hiver 2005/2006 fut particulièrement dramatique qui vit la disparition de 15 à 95 % des colonies, en fonction des apiculteurs. En Martinique, en avril 2007, un apiculteur a perdu 200 colonies en l’espace de quelques jours.

Au Québec, l’hiver passé, en moyenne, 40 % des ruches sont portées vides. Certains apiculteurs, cependant, ont perdu jusqu’à 75 % et même 100 % de leurs colonies.

Dans l’Ontario, au Canada, l’hiver passé, ce sont jusqu’à 60 % des ruches qui sont portées désertées chez certains apiculteurs et près de 40 % du rucher national.

Les chiffres avancés sont de 400 000 ruches vides pour la Pologne, 600 000 ruches vides pour l’Espagne.

En Allemagne, selon Manfred Hederer, le président de l’Association Allemande des Apiculteurs, 25 % des colonies auraient été décimées mais certains apiculteurs rapportent jusqu’à 80 % de pertes dans leur rucher.

A Taiwan, en avril 2007, les premières informations ont été publiées d’une disparition mystérieuse des abeilles: un apiculteur a rapporté la perte de 80 de ses 200 ruches.

En Suisse, certaines régions déplorent la perte de 80 % des colonies. Les pertes nationales seraient de l’ordre de 30 % mais certains apiculteurs ont perdu la totalité de leurs colonies. Il y avait 45 000 apiculteurs en Suisse en 1900. Il en reste actuellement 19 000 mais ce chiffre est à la baisse. Durant l’entre-deux-guerres, il y avait 350 000 ruches. Il en reste aujourd’hui 190 000.

Le syndrome d’effondrement des ruches sévit également au Portugal, en Grèce, en Autriche, en Angleterre.

Le syndrome d’effondrement des ruches est-il un ultimatum? Est-ce un appel désespéré des abeilles afin de réveiller l’humanité ?


Syndrome d’effondrement de la ruche

Aux USA, ce syndrome a récemment été qualifié de “Colony Collapse Disorder” et a remplacé différentes dénominations tels que “ Effondrement de l’automne”, “Maladie de mai”, “Maladie de disparition”, etc.

En Angleterre, le syndrome est qualifié de “phénomène Marie Céleste” ( du nom du navire dont l’équipage se volatilisa en 1872).

Quels sont les symptômes de ce syndrome?

Dans les ruches déjà effondrées:

- Absence complète d’insectes adultes dans la ruche avec peu, ou pas du tout, d’abeilles mortes dans la ruche ou devant la ruche.
- Infestation considérable des quelques abeilles que l’on trouve encore dans la ruche. Tous les virus néfastes à l’abeille connus sont présents ainsi que des champignons. Certaines abeilles sont affectées par une demi-douzaine de virus.
- Présence de couvain operculé.
- Présence de stocks de nourriture dans la ruche, miel et pollen qui, premièrement, ne sont pas immédiatement pillés par d’autres abeilles et, secondement, lorsqu’ils sont attaqués par des parasites tels que la Fausse Teigne (Galleria mellonella ) ou le Petit Coléoptère des ruches (Aethina tumida), ne le sont que tardivement.

Dans les ruches en cours d’effondrement:

- le nombre trop restreint de travailleuses ne permet pas de prendre soin du couvain.
- les travailleuses sont principalement de jeunes adultes.
- la reine est présente.
- l’essaim refuse de consommer de la nourriture apportée, tel que du sirop de maïs ou des suppléments protéiniques.


Automnes sans fruits

Aux USA, ce sont 90 plantes alimentaires qui sont pollinisées par les abeilles. La valeur des cultures pollinisées par les abeilles y est estimée à 14 milliards de dollars. En Floride, la récolte de pommes est compromise. Rien que pour les pommes (pollinisées à 90 % par les abeilles), la valeur pollinisée aux USA est de 2,1 milliards de dollars.

Sur toute la planète, les abeilles sont les porteurs de pollen, ce sont les pollinisateurs par excellence. Selon Bernard Vaissière, spécialiste des pollinisateurs à l’INRA, “Aujourd’hui nous trouvons que plus de 75% des cultures qui nourrissent l’humanité et 35% de la production de nourriture dépendent encore des pollinisateurs, c’est-à-dire des abeilles pour la plupart. Mais les pratiques de production et les paysages agricoles qui en résultent ont évolué considérablement ces dernières années de sorte que maintenant les pollinisateurs sont souvent trop rares pour pouvoir polliniser les cultures de façon fiable et efficace.

Nos résultats apportent un vibrant rappel sur le rôle essentiel que jouent les pollinisateurs dans notre vie quotidienne, en particulier au niveau de notre alimentation puisque leur activité pollinisatrice nous permet d’avoir de nombreuses denrées essentielles mais aussi agréables comme le café et le chocolat, les huiles végétales et les fruits à coques, et la plupart des fruits et légumes”
.

Aux USA, sur les 2,4 millions de ruches, ce sont 1,5 million qui sont habituellement louées pour service de pollinisation. La situation est tellement catastrophique qu’en 3 années, le coût d’une location de ruche a presque triplé pour arriver à 135 dollars.

En 2007, dans l’urgence, les USA ont fait appel à l’Australie pour des importations massives de colonies d’abeilles. La compétition faisait rage en avril aux USA entre les vergers de pomme 4 des états de New York et de Pennsylvanie et les producteurs de myrtilles dans l’état du Maine.

Pesticides et champs de la mort

Les abeilles disparaissent tout aussi bien dans les régions agricoles envahies de chimères génétiques que dans les régions agricoles dans lesquelles les chimères génétiques ne sont pas cultivées, ou alors seulement dans des parcelles expérimentales. Existe-t-il alors un dénominateur commun?

Selon le Professeur Emmeritus Joe Cummins, de l’Université d’Ontario, le dénominateur commun est “l’utilisation généralisée de semences enrobées de pesticides systémiques tout aussi bien pour les cultures conventionnelles que pour les cultures génétiquement modifiées; en particulier, l’application largement répandue d’une classe, relativement nouvelle, d’insecticides systémiques, les néonicotinoïdes, qui sont hautement toxiques pour les insectes, dont les abeilles, à de faibles concentrations. Les enrobages avec des insecticides systémiques protègent les jeunes plantules durant la première phase, plus vulnérable, de leur développement. Ces enrobages sont constitués d’insecticides et de fongicides systémiques, qui agissent souvent en synergie.

Les insecticides de la classe des néonicotinoïdes incluent l’imidaclopride, le thiamethoxam, le clothianidine et d’autres encore. L’imidaclopride est très répandu pour l’enrobage des semences de légumes et de cultures de plein champ, particulièrement le maïs, le colza et le tournesol. L’imidaclopride se décèle dans les sols, dans les tissus végétaux et dans les pollens en utilisant la spectrométrie de masse et la “chromatographie liquide haute performance”.

Les taux de concentration d’insecticide dans le pollen ont laissé penser que les abeilles pouvaient souffrir de lésions cérébrales. Depuis 2000, les apiculteurs de France et d’Italie ont découvert que l’imidaclopride était mortel pour les abeilles et suspectent que cet insecticide puisse provoquer le déclin des colonies en affectant le sens d’orientation de l’abeille et sa capacité à retourner à la ruche.”


De nombreuses études réalisées en Europe ont mis en évidence les méfaits de l’imidaclopride:

- Une équipe de scientifiques a découvert que le pollen produit par des plantes issues de semences enrobées avec de l’imidaclopride contenait des concentrations significatives de l’insecticide et a suggéré que le pollen contaminé était une des principales causes du syndrome d’effondrement des colonies.

- Des analyses de tournesol et de maïs issus de semences enrobées avec de l’imidaclopride ont indiqué que de larges quantités de l’insecticide étaient emportées par les abeilles dans les ruches.

- Des abeilles nourries avec des solutions sucrées qui contenaient 500 ou 1 000 ppb (parties par milliards) de l’insecticide ne pouvaient pas retourner à la ruche et disparaissaient. Celles nourries avec des solutions sucrées contenant 100 ppb (parties par milliards) de l’insecticide ne revenaient à la ruche qu’après 24 heures.

- Des abeilles nourries en laboratoires avec des solutions contenant de l’imidaclopride perdaient leurs capacités de communications durant plusieurs heures.

- Une étude a été réalisée en Grèce sur l’impact de l’imidaclopride sur les abeilles.

- Une étude a été publiée dans le bulletin d’entomologie en Angleterre sur l’impact de l’imidachlopride sur les abeilles.

Une étude réalisée en 2006, en laboratoire, en Caroline du nord aux USA, met en valeur que la synergie des néonicotinoïdes avec des fongicides très répandus (tels que Terraguard et Procure) accroît la toxicité de ces néonicotinoïdes de l’ordre de 1000 fois.

Lorsque l’imidaclopride est utilisé pour lutter contre les termites, cette substance les désoriente complètement (les insectes ne peuvent pas retrouver la termitière) et détruit complètement leur système immunitaire.

Selon Jerry Hayes, responsable de la section apicole des services agricoles de l’état de Floride, l’imidachlopride est utilisé maintenant non seulement pour l’enrobage des semences, mais aussi en pulvérisation foliaire, en systémique et en synergie avec des fongicides. Ce pesticide se retrouve systématiquement dans le nectar des fleurs.

Selon l’Université de Caroline du nord, l’imidachlopride utilisé pour enrober les semences se retrouve dans le pollen du maïs, du tournesol et du colza et à des concentrations dangereuses pour les abeilles. L’imidachlopride détruit la mémoire et les processus cérébraux de l’abeille, plus particulièrement les zones du cerveau liées aux souvenirs récents. L’ingestion, donc, de pollen frais ou stocké n’est peut-être pas synonyme de mortalité mais bien plus de perturbations des processus de mémoire des abeilles qui, désorientées, ne retrouvent plus le chemin de la ruche.

Aux USA, toutes les semences transgéniques de coton, soja, maïs et colza sont enrobées de néonicotinoïdes. De plus, la zone refuge est traitée avec des néonicotinoïdes. Cette zone refuge, qui est une sorte de camp de la mort pour les insectes, a été mis en place depuis 2000 par l’Agence de Protection de l’Environnement qui n’a aucun moyen de vérifier son application et qui donc s’en remet, pour cela, aux entreprises de biotechnologie.

Ainsi, par exemple, Monsanto demande aux agriculteurs transgéniques de planter 20 % de leur surface cultivée en variétés conventionnelles afin de créer des “refuges” pour décourager l’évolution des insectes résistants aux transgéniques. Ils sont priés de n’utiliser des insecticides que lorsque le niveau d’infestation met en danger la viabilité économique de leur culture!! Ainsi la variété OGM de Monsanto, le “YieldGard Corn Borer” (avec un gène de Bt) doit-elle être semée à raison de 80 % de la surface: les 20 % restant constituent un “refuge” à semer avec n’importe quelle variété qui ne soit pas “Bt”. Les agriculteurs qui ne respectent pas ce cahier de charges peuvent être punis par Monsanto et peuvent se voir refuser un accès ultérieur à cette technologie de pointe!

En conclusion: l’agriculteur sera privé d’OGMs “Bt” s’il n’accepte pas de faire un “refuge” avec des variétés conventionnelles traitées à mort par les insecticides les plus toxiques!

En fait, le première faiblesse de l’abeille, c’est d’être un insecte et donc d’être hautement susceptible aux “insecticides”. Sa seconde faiblesse est son peu de capacité à résister et à muter. Les autres insectes “sauvages”, quant à eux, ont gardé cette capacité de muter très rapidement. Et ils ne s’en privent pas.

Il en est de même pour les “mauvaises herbes”. Aux USA, les adventices sont devenues strictement résistantes au RoundUp (le glyphosate de Monsanto). Les agriculteurs n’ont pas d’autres choix que d’utiliser des mélanges d’herbicides pour nettoyer leurs champs. Les champs de soja transgénique sont en particulier envahis d’ amaranthes sauvages.


Le Gaucho et le Régent dédouanés

par les experts européens “indépendants”

En janvier 2006, l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf, 22 000 adhérents, et 48 % des ruches françaises) exprimait ses craintes de voir de nouveau autorisés le Gaucho et le Régent TS.

Les craintes de l’Unaf étaient très justifiées.

Fin janvier 2007, le site du figaro.fr informe que : “Les résultats de l’enquête multifactorielle de l’Afssa sur les troubles des abeilles constatés en France au milieu des années 1990 ne sont toujours pas sortis. Ils ne devraient pas être visibles avant longtemps. Le laboratoire de Sophia-Antipolis attend, en effet, la venue d’un statisticien pour traiter le monceau de données accumulées entre 2002 et 2005. Le retard est dû à des problèmes budgétaires.”

Des problèmes budgétaires dans l’Afssa! Peut-être les apiculteurs devraient-ils se cotiser? Peut-être l’Afssa pourrait-elle lancer une tombola ou demander une subvention à Bayer Crop Science?

Le 2 février 2007, une proposition de résolution est présentée à l’Assemblée Nationale, par le député Jacques Remillet, “tendant à la création d’une commission d’enquête sur les causes de la surmortalité dans les ruchers français”.

Dans l’exposé des motifs:
- “Depuis dix ans, l’apiculture en Europe et en France vit la plus grave crise de son histoire. En France, 1 500 apiculteurs cessent leur activité, chaque année, depuis vingt ans. Alors que la moyenne d’âge s’élève pour atteindre aujourd’hui 65 ans, 5 000 emplois liés à l’apiculture sont directement menacés. Avec 33 000 tonnes produites (environ 30 kg par ruche), la production a chuté de 10 000 tonnes depuis dix ans, soit une baisse de 1 000 tonnes par an. (NB: en fait, la production de miel en France est passée de 33 000 tonnes à 16 500 tonnes, de 1995 à 2003).

- Lors du 16e congrès national de l’apiculture française qui s’est tenu à Bourg-en-Bresse du 13 au 15 octobre 2006, l’unité abeille de l’AFSSA a a indiqué que les mortalités d’abeilles pendant l’hiver 2005 ont été très importantes (sur les 18 ruchers enquêtés, on constate 74 % de mortalités en moyenne – soit 74 % des ruches n’ont pas passé l’hiver).

- janvier 2007 : l’étude multifactorielle prospective 2002/2005 de l’AFSSA, dont les conclusions viennent d’être connues, montre que les causes de la surmortalité des abeilles sont d’origine multifactorielle. On ne peut invoquer une cause unique. Parmi les causes majeures : des parasites (Varroa et Nosema Ceranae) et le manque de biodiversité (avec notamment des manques de nourriture de qualité pour les abeilles : pollen). L’AFSSA indique que 125 colonies d’abeilles ont été observées dans cinq départements avec quatre visites par rucher par an pendant trois ans (de 2003 à 2005).”
(NB: en fait le député précise dans une note que les résultats sont connus mais non publiés).

“- Deux conclusions méritent d’être soulignées.

1. Les experts européens confirment de manière très nette les conclusions du rapport de l’AFSSA sur l’absence de risque du Fipronil pour la santé humaine :
« Aucun potentiel génotoxique ou cancérogène n’a été mis en évidence. Le mécanisme d’induction des tumeurs thyroïdiennes a été discuté par les experts et considéré comme étant une réaction spécifique aux rats et non significative pour les humains. Aucune toxicité au niveau de la reproduction ou du développement n’a été observée. Les études neurotoxiques spécifiques ne révèlent aucun élément histopathologique dans le système nerveux ». Le Fipronil étant néanmoins toxique en cas d’inhalation, d’ingestion ou d’exposition cutanée intensive, le rapport propose la classification T (toxique), rejoignant en cela de nombreux produits de la pharmacopée actuelle.

2. Selon les experts européens, l’usage du Fipronil lié au traitement des semences de maïs et de tournesol ne représente pas de risque pour les abeilles butineuses :
«Aucun effet néfaste concernant les mortalités d’abeilles et leur survie n’a été observé dans l’ensemble des études effectuées sous tunnel.» En outre, les experts ont noté qu’«il n’y avait aucune évidence probante permettant d’attribuer les incidents [de mortalité d’abeilles] à l’usage du Fipronil, hormis un seul cas, qui est attribué à une mauvaise qualité d’enrobage de tournesol ».

Conclusion : en 2004, le ministère prend une décision dans le flou scientifique en souhaitant appliquer le principe de précaution en attendant les conclusions des scientifiques (AFSSA, EFFSA). Et aujourd’hui, les conclusions dédouanent les produits incriminés deux ans après leur suspension (Gaucho et Régent).

À ce sujet, l’interview donnée par Hervé Gaymard à VSD, le 18 novembre 2004, est éclairante sur la pression médiatique d’alors : « Dans l’affaire du Régent et du Gaucho, il y a eu un emballement médiatique qui n’était sans doute pas étranger aux élections régionales de 2004. Mais le problème, c’est que des études scientifiques disent aujourd’hui que cette mortalité des abeilles ne serait pas due qu’aux pesticides incriminés, et là, pas un mot dans aucun journal de vingt heures. Il y a bien deux poids, deux mesures… Pourquoi ces nouvelles études seraient-elles moins fiables que les autres qui m’ont conduit à interdire les deux pesticides ? Et je peux vous révéler qu’elles montrent que la surmortalité des abeilles est aussi constatée dans des départements où ces produits n’ont pas été utilisés ».”

Précisons, cependant, toujours selon le site du figaro.fr, que: “L’enquête de l’Afssa révèle notamment que dans les cinq dépar-tements, les différentes « matrices » (miel, cire, pollen) sont contaminées à faible dose par les produits phytosanitaires agricoles (imidaclopride, fipronil, endosulfan, deltaméthrine, parathion-méthyl et d’autres). Elles sont contaminées aussi par des résidus de substances (coumaphos et fluvalinate) utilisées par les apiculteurs pour lutter contre les maladies causées par le varroa, un acarien parasite qui a envahi les ruches du monde entier à partir des années 1990. Un seul cas de mortalité due à une toxicité aiguë a été constaté, les analyses ayant révélé après coup la présence d’endosulfan et de fluvalinate dans les abeilles mortes.”

De plus, selon les chercheurs de l’Affsa: « Nous avons constaté plusieurs pratiques apicoles inadaptées. Parmi celles-ci, l’utilisation de produits non homologués pour le traitement de la varroase » et « Les anomalies concernant l’alimentation des abeilles, qui ont été suspectées en raison de la situation de certains ruchers, ont pu avoir des conséquences sur la santé des colonies ».


Du Principe de Précaution... pour la santé financière

des multinationales de l’agro-chimie!

La première question qui se pose est de savoir si on peut faire confiance aux scientifiques de l’Afssa et aux experts Européens. Selon la formule consacrée, sont-ce des experts “indépendants” à la solde de l’agro-chimie?

En effet, tout porte à croire que ce dossier est à la hauteur du dossier relatif au scandale des pesticides en France depuis 1941. Le dossier de l’apiculture pue le mensonge, pue la corruption, pue la magouille, pue la désinformation.

Il n’est que de lire le chapitre “L’affaire du gaucho, la vérité est ailleurs” de l’ouvrage de Nicolino et de Veillerette “Pesticides. Révélations sur un scandale français”.

A la lecture de cet ouvrage, il est clair que la mafia des pesticides, la mafia de l’agro-chimie a pris l’agriculture et le peuple en otages en France (et sur tout le reste de la planète).

Pouvons-nous faire confiance à la direction de l’INRA, à la direction de l’Afssa, à la direction de la DGAL, au vu de ce qui se trame dans ce pays depuis 60 années? Non, mille fois non.

Pouvons-nous faire confiance aux experts Européens qui viennent de dédouaner le Gaucho et le Régent lorsqu’on sait qu’ils sont en fait des experts de l’EFSA à Bruxelles, qui est dirigée depuis février 2006 par Mme Geslain-Lanélle?

Au risque de fâcher, nous serions enclins à dire non, mille fois non. Mme Geslain-Lanélle était à la tête de la DGAL de 2000 à 2003 et sa gestion du dossier Gaucho et du Régent, à l’époque, n’est pas des plus brillantes.

Pour citer Nicolino et Veillerette “Sous Guillou et Geslain-Lanéelle, la gestion du dossier a amplement démontré que l’administration française soutenait les intérêts industriels contre ceux de la santé publique”.

Nous n’en doutons aucunement. Et cela fait des dizaines d’années que cela dure. Témoins la mortalité des abeilles, la pollution de la quasi totalité de nos cours d’eaux et nappes phréatiques (voir les études de l’IFEN), et la France qui se meurt de cancer et autres maladies mutagènes, tératogènes, etc (voir les travaux du Professeur Belpomme.)

Un point important reste à souligner. Selon les députés: “Si les butineuses sont aussi importantes pour la biodiversité comme le montrent les chercheurs et les apiculteurs, la question de la surmortalité des abeilles doit être abordée par une commission d’enquête.”

Messieurs les Députés, la surmortalité inexpliquée des abeilles (et inexplicable si l’on dédouane avec expertise le Gaucho et le Régent) existe depuis 1992. Pourquoi donc avoir attendu 15 années avant de proposer la constitution d’une commission d’enquête???

Parce que la catastrophe n’était pas encore à ce point catastrophique qu’elle mettât en danger la pollinisation des espèces agricoles? Parce qu’il y a des choses à cacher?

Autre question essentielle: comment les expert européens peuvent ils maintenant dédouaner le Gaucho alors que l’imidaclopride, son principe actif, est actuellement considérablement incriminé outre-atlantique?

Se peut-il que les experts apicoles des universités US soient trop nombreux pour être menacés par les multinationales de l’agro-chimie?

Cet extrait (page 59) de l’ouvrage de Nicolino et Veillerette est éclairant à cet égard:

“L’hécatombe est devenue si monstrueuse qu’en janvier 1999, le ministre de l’agriculture en titre, le socialiste Jean Glavany, suspend l’usage du Gaucho sur le seul tournesol. Cris d’orfraie de Bayer et requête devant le Conseil d’Etat. Et la valse continue, conduite de main de maître. Gérard Eyries, directeur marketing de Bayer-Agro France, déclare avec un sens de l’humour singulier: « Plus vite nous convaincrons le ministère de l’innocuité de notre produit sur les abeilles, plus vite nous pourrons remettre notre produit sur le marché ».

Un peu plus tard Bayer publie une brochure extraordinaire qui s’intitule “A propos de la santé des abeilles”. On peut voir sur la couverture deux abeilles en ombres chinoises, sur fond de coucher de soleil. Le propos est un rien énorme, qui tente de démontrer, avec force larmes de crocodile, que les abeilles sont très malheureuses, victimes d’une infinité de maladies et de virus. Heureusement qu’on a le Gaucho, heureusement! Extrait du dernier paragraphe: « Il est évident que si la société Bayer n’était pas convaincue de l’innocuité du Gaucho, elle aurait déjà pris les mesures qui s’imposent. ».

On n’en doute pas. Des nouvelles études vont d’ailleurs permettre à Bayer de prouver sa bonne foi. Par la première, Jean Marc Bonmatin, un chimiste du CNRS, démontre la présence d’imidaclopride - matière active du Gaucho - dans le capitule et le pollen d’un tournesol traité, ce que Bayer jugeait pourtant impossible. Le coup est rude, car les apiculteurs tiennent enfin un argument scientifique indiscutable. Si l’insecticide est dans le pollen et que l’abeille butine ce dernier, elle peut donc être la victime du Gaucho. CQFD. Que va faire Bayer? Montrer les dents et de très vilaine manière. Dans une lettre terrible, la multinationale menace Bonmatin d’une demande de dommages et intérêts et d’une plainte en diffamation s’il continue à s’expliquer publiquement. Bonmatin, qui n’a jamais vu cela de sa vie, s’inquiète, à juste titre. Ses travaux seront contrôlés à sept reprises et ses crédits rognés jusqu’à empêcher certaines de ses investigations.

L’autre étude gênante est signée Marc Edouard Colin. C’est un excellent spécialiste des abeilles à l’INRA, grand institut public, s’il en est. Pour son malheur, entre 1998 et 2000, Colin découvre que des doses infinitésimales d’imidaclopride peuvent intoxiquer une abeille. Entre 3 et 9 ppb (parties par milliards), les anomalies apparaissent. Bayer, à l’époque où tout n’était que joie et volupté, prétendait que des effets néfastes ne sauraient apparaître au-dessous de...5000 pbb. Une paille, n’est-il pas? Colin ne l’emportera pas au paradis. L’INRA qui l’emploie depuis 10 ans, lui ordonne de changer de sujet d’étude. L’écotoxicologie de l’abeille, c’est fini pour lui. Il quittera l’INRA avant de rejoindre l’université à Montpellier. Ah mais! Qui commande?”


Monsieur le député Jacques Remillet et Messieurs les autres députés, sont-ce ces mêmes études que vous qualifiez de “flou scientifique” dans votre proposition de résolution à l’Assemblée Nationale?

Ou bien sont-ce toutes les autres études qui ont été publiées depuis 20 années quant à l’impact des pesticides sur la vie des insectes? Car ces études ne manquent pas.

Des chercheurs de l’INRA (Institut national de la Recherche Agronomique) ont étudié depuis fort longtemps les impacts des pesticides sur les abeilles et les autres insectes pollinisateurs. Dès 1985, Jean-Noël Tasei étudiait l’impact des pesticides sur les abeilles solitaires, tel que l’impact de la deltamethrine sur l’abeille solitaire, Megachile rotundata.

Selon Jean-Noël Tasei, qui est chercheur au laboratoire de Zoologie de l’INRA de Lusignan, “leur action peut être directe, mais elle est assez souvent indirecte par les résidus déposés sur les plantes, contaminant la nourriture des insectes mellifères : pollen et nectar. Divers symptômes affectent les adultes, la survie des insectes cachant parfois des conséquences sublétales des traitements, affaiblissant leur potentiel de reproduction”

Signalons toutes les études effectuées en France par les chercheurs Bonmatin, Moineau, Charvet.

Signalons toutes les études effectuées en France par les chercheurs Colin, Belzunce, Suchail , De Sousa , Rahmani, etc. et dont certaines ont pour sujet l’impact de différents pesticides en synergie.

En Roumanie, en 2002, des chercheurs ont étudié l’impact de l’insecticide chlorpyrifos lors d’une utilisation qui décima 80 % des abeilles de la région.

En Roumanie, en 2002, des chercheurs ont étudié l’impact de la deltamethrine sur les abeilles.

Une étude a été réalisée en Italie sur l’impact sur les abeilles de l’organochlorine, de l’organophosphore, du carbammate et des neonicotinoïdes.

En fait, il existe des centaines d’études qui existent de par le monde pour prouver que les pesticides tuent nos abeilles. Mais ils enrichissent les multinationales.

Rappelons que l’imidaclopride est distribué par la firme Bayer sous des noms divers et variés: Gaucho , Merit, Admire, Confidor, Hachikusan, Premise, Advantage, etc.


Cachez vos abeilles: le Fipronil revient

Le fipronil est la substance active à base du Régent commercialisé par BASF. Il fut inventé par Rhone-Poulenc entre 1985 et 1987, vendu ensuite à Bayer qui le revendit à BASF, une des entreprises leaders de la chimie internationale. BASF vend chaque année pour 2 milliards d’euros de fongicides, d’herbicides et d’insecticides.

Le dossier du fipronil est tout aussi scandaleux que celui de l’imidaclopride. Nous convions les lecteurs intéressés par le feuilleton du fipronil à consulter le chapitre sus-cité de l’ouvrage sur les pesticides de Nicolino et de Veillerette.

Ils peuvent aussi consulter un article très révélateur publié par le site “lepoint.fr”.

Le fipronil a été interdit en France en avril 2005, lorsque tous les stocks ont été écoulés. Cependant, sa rémanence est considérable: plusieurs années. La fiche technique de ce produit, établie par l’Agence de Protection de l’Environnement US45, stipule que sa demi-vie peut être de 7 mois dans le sol: ce qui veut dire que la substance se retrouve dans le sol à moitié au bout de 7 mois, au quart au bout de 14 mois, etc. Cela signifie que le fipronil intégré au sol au printemps 2005 demeure actif dans les champs jusqu’au printemps 2007, au minimum.

Cela signifie que ceux qui claironnent que les abeilles continuent de mourir alors que le fipronil n’est plus en vente depuis 2005, feraient beaucoup mieux de se taire.

La Commission Européenne devrait renouveler en mai 2007 l’autorisation de commercialisation du fipronil dans l’Union Européenne. Le 16 mars 2007, le Comité permanent pour la chaîne alimentaire et la santé animale de Bruxelles, après examen des avis des experts de l’Efsa, a donné son aval.

Si le fipronil est de nouveau autorisé ce mois-ci, il fera partie de la liste des substances autorisées qui doit être publiée le 1er octobre 2007.

Selon le site du figaro.fr, “L’autorisation est assortie de plusieurs restrictions et exigences. D’abord, le Fipronil sera autorisé uniquement pour le traitement des semences, un conditionnement que les apiculteurs accusent justement de tous les maux. Les techniques d’enrobage devront être améliorées afin d’éviter toute diffusion par les poussières (il y avait eu un incident lors d’un conditionnement réalisé par Syngenta dans le Sud-Ouest). Les pulvérisations seront interdites et l’enfouissement des semences enrobées au moment du semis devra être parfait afin d’éviter que les oiseaux puissent les picorer. Les semences enrobées ne devront pas non plus pouvoir se retrouver dans les rivières et toutes autres eaux de surface, sa toxicité ayant été démontrée chez certains organismes aquatiques.”

Bien , pour les oiseaux, ce n’est pas un souci, car il n’en reste plus beaucoup dans certaines régions agricoles, ce grâce aux pesticides en tout genre qui ne présentent aucune innocuité, bien sûr.

Par contre, on comprend difficilement comment on peut éviter que l’enrobage des semences ne se retrouve dans les eaux de surface ou dans les nappes, lorsque l’agriculteur irrigue ou lorsqu’il pleut. Le fipronil, même s’il est vrai qu’il a tendance à se lier fortement aux particules de sol, est-il génétiquement programmé pour ne pas céder à la tentation de l’eau ruisselante? A moins que les semences modernes ne soient génétiquement modifiées pour pouvoir germer sans eau?

Evoquons le communiqué de BASF, qui se réjouit, on s’en doute, de cette fructification bien méritée de son capital! En effet, le fipronil ramène chaque année des centaines de millions de dollars.

« Fondée sur un examen scientifique et au terme d’une procédure rigoureuse, [la décision d’autorisation] apporte une nouvelle preuve de l’innocuité du produit pour l’environnement, pour le consommateur et pour l’agriculteur. Elle confirme les conclusions de l’Afssa en 2005 sur l’absence de risques pour la santé humaine et les nombreuses études multifactorielles sur les causes du dépérissement des abeilles, menées en France comme dans d’autres pays européens. (...) Le Fipronil et le Régent TS ne peuvent être tenus pour responsables des mortalités d’abeilles. BASF entend poursuivre ses efforts pour un dialogue authentique avec tous les acteurs. »

Donc le fipronil serait complètement inofensif? En fait, pas vraiment. Comme le rappelait le député Jacques Remillet: “Le mécanisme d’induction des tumeurs thyroïdiennes a été discuté par les experts et considéré comme étant une réaction spécifique aux rats et non significative pour les humains .... Le Fipronil étant néanmoins toxique en cas d’inhalation, d’ingestion ou d’exposition cutanée intensive, le rapport propose la classification T (toxique), rejoignant en cela de nombreux produits de la pharmacopée actuelle.”

En fait, il est dangereux pour les rats mais pas pour les humains. Est-ce parce que les rats sont si différents de l’homme? Mais alors, comment peut-on autoriser des milliers de produits chimiques grâce à des études scientifiques qui prouvent qu’au bout de quelques semaines, les rats n’ont pas été victimes de troubles ou de lésions à la suite de l’ingestion des dits-produits chimiques?

Nous nageons au coeur d’une chimie “quantique”: les produits sont inofensifs mais ils sont aussi dangereux. Comprenne qui pourra.

Pour couronner le tout, le “Comité permanent pour la chaîne alimentaire et la santé animale” a ajouté une annexe à son autorisation de remise en vente du fipronil. Cette annexe précise que si des études apportaient de nouvelles informations, l’autorisation pourrait être remise en cause.

Justement, l’Efsa précise que l’impact du Fipronil sur le couvain n’a pas été encore suffisamment étudié. Donc, pour résumer, le fipronil est un produit innofensif et dangereux et dont tous les impacts n’ont pas encore été évalués.

Et quand le seront-ils? Car, le 3 mars 2006, lorsque l’Efsa a communiqué les résultats de ses recherches, cet organisme a précisé le point suivant:

“The risk to bees can only be concluded once recently submitted data on the risk on bee brood are evaluated”.

Ce qui veut dire qu’en clair, au 3 mars 2006, l’Efsa n’avait pas eu le temps d’analyser les résultats récemment obtenus quant à l’impact du fipronil sur le couvain. Cela fait maintenant 15 mois que l’Efsa possède des données non publiées sur cet aspect de leurs recherches.

Messieurs les Députés, pourriez-vous requérir de l’Efsa la publication de ces données importantes? Ou bien faut-il attendre encore 10 ans, le temps que la catastrophe soit irrémédiable et que BASF ait augmenté ses dividendes?

Il faut également préciser que l’Efsa évoque de hauts niveaux de toxicité du fipronil pour les abeilles dans les études de laboratoires. En fait, leur décision est fondée sur des expositions à basse concentration (enrobage des semences) et en situation de tunnel.

Ce qui veut dire que, comme d’habitude, l’impact du fipronil en situation réelle (dans les champs) en synergie avec d’autres pesticides n’a pas été évaluée. Evidemment.

Et pourtant, cette problématique des synergies de pesticides est sûrement une des plus essentielles à étudier. Rappelons, par exemple, les études de l’Université de Caroline du nord qui mettent en valeur que la synergie des néonicotinoïdes avec des fongicides très répandus (tels que Terraguard et Procure) accroît la toxicité de ces néonicotinoïdes de l’ordre de 1000 fois.

Quant à la nature de la toxicité du fipronil aux USA, elle est clairement démontrée.

- L’Université de l’Oregon considère que cette substance est hautement toxique pour les amphibiens et pour les rats (lésions du fois, des reins et de la thyroïde). De plus, elle est considérée comme complètement toxique pour les abeilles. .

- L’Institut National de la Santé aux USA, ainsi que la Bibliothèque Nationale de Médecine, précisent que le fipronil est hautement toxique pour les abeilles. Ils mettent, en plus, en garde contre les dangers de bioaccumulation du fipronil et de ses métabolites.

- la fiche technique du site “beyondpesticides.org” classe le fipronil comme hautement toxique pour les abeilles. Cette substance détruit le système nerveux central de l’insecte via les canaux de l’acide gamma amino butyrique ou GABA.

- Bayer, qui possédait encore le fipronil en 2003, a versé 45 millions de dollars de dommages et intérêts à 1600 plaignants de la Louisiane qui l’avaient attaqué au tribunal pour destruction de leur élevage d’écrevisses suite à l’usage, dans les plantations de riz, de l’icon, à base de fipronil.

Lorsque Rhone Poulenc a inventé cette molécule, ses chercheurs ont attiré l’attention sur le fait que cette substance avait tendance à se fixer dans les graisses. Le fipronil devient donc de plus en plus toxique au fur et à mesure qu’il se concentre dans les graisses. L’efficacité du Fipronil (anti puces pour chien commercialisé sous le nom Front Line) est d’une année grâce au fait qu’il se fixe dans les graisses de l’animal.

Le Fipronil présent dans les plantes nourrissant les animaux va donc se fixer dans les graisses des vaches, puis dans le lait. On en a d’ailleurs trouvé des résidus dans le lait et les services vétérinaires Allemands en ont trouvé des résidus dans des poivrons en provenance d’Espagne en 2003.

Selon le Professeur Belpomme, professeur de cancérologie et fondateur de l’ARTAC 57: “C’est l’un des pesticides qui contamine le plus l’eau, et sa molécule n’est pas sélective. Elle ne touche pas seulement les abeilles mais aussi les oiseaux, les poissons et les mammifères. Et, parmi les mammifères, il y a l’homme. La molécule est stockée dans les tissus graisseux, se métabolise et est relâchée dans le lait lors de l’allaitement des enfants. Mais ce qui est inadmissible, c’est la négligence du ministère de l’Agriculture et les mensonges des industriels concernés. Cette politique du laisser-faire risque de conduire à une affaire analogue à celle du sang contaminé.”

En décembre 2003, le Professeur Jean-François Narbonne, toxicologue, remit les résultats de son étude de toxicologie du fipronil. Il jugeait cette substance neurotoxique, hépatotoxique et néphrotoxique. Selon le professeur Narbonne les mammifères exposés “se comportent alors comme des hyperthyroïdiens avec augmentation des métabolismes des T3 et T4 (les hormone thyroïdiennes), diminution plasmatique et augmentation de la TSH (thyréostimuline Hormone).”

C’est sans doute ce qui explique les troubles troublants mentionnés par le site du Point : “Fin avril 2002, La Dépêche du Midi annonce une énorme mortalité d’abeilles, en vingt-quatre heures, en Midi-Pyrénées: 3 000 ruches détruites d’un coup. Les populations des campagnes suffoquent. Les gens sont effarés. Oedèmes, troubles hépatiques, troubles oculaires.”

Parle-t-on toujours du même produit que la Commission Européenne veut de nouveau autoriser? Et ce, avec la bénédiction de l’Efsa dont la toute nouvelle directrice, Mme Geslain-Lanéelle, avait déclaré en février 2006: “Je m’engage à faire de l’Efsa une référence Européenne en matière d’évaluation des risques concernant la sécurité des denrées alimentaires et des aliments pour animaux au niveau tant européen qu’international.” (page 76 de l’ouvrage “Pesticides. Révélations sur un scandale Français”)

En décembre 2006, PAN (Pesticide Action International) Europe et d’autres grandes organisations ont demandé à l’Europe de ne pas autoriser le fipronil tant que toutes les études d’évaluation n’auraient pas été effectuées.

Cela ne va pas être facile car à Bruxelles siègent des dizaines de lobbyistes professionnels de l’industrie des pesticides qui assiègent en permanence la Commission Européenne.


Menaces, Corruption et Lobbying

Les multinationales de l’agro-chimie ont eu recours à trois outils majeurs de persuasion depuis la fin de la dernière guerre mondiale. Ce sont le lobbying, les menaces et la corruption. Et le système fonctionne bien, très bien.

Pour la corruption dans toutes les strates de l’administration française, dans le dossier pesticides, nous vous réinvitons à lire l’ouvrage passionnant et très bien documenté: “Pesticides. Révélations sur un scandale Français”.

Les menaces dont ont été sujets les auteurs de l’ouvrage, publié chez Fayard, sont révélatrices de l’état de panique des états-majors de l’industrie pesticide, dont l’UIPP, l’Union des Industriels Promoteurs de Poisons. Cette union a inondé une certaine presse de ses publicités délirantes. Des sites internet ont été créés pour démolir le travail de Nicolino et de Veillerette.

Nous avons précédemment évoqué les menaces de la firme Bayer contre des chercheurs. Nous n’avons pas évoqué les menaces de la même firme en 2001 contre les apiculteurs porte-paroles de certaines unions d’apiculteurs.

Ce furent les mêmes stratégies qui furent employées contre Rachel Carson lorsqu’elle publia son ouvrage “Le Printemps Silencieux” en 1962. Elle fut violemment attaquée par Monsanto et toute la mafia de l’agro-chimie. Monsanto menaça de représailles une partie de la presse qui se faisait l’écho de cet ouvrage. Depuis lors, les méthodes de Monsanto sont beaucoup plus insidieuses et empreintes de mensonges, de désinformation et de façades. Monsanto soutient, par exemple, un tout nouveau site internet très récemment créé aux USA pour inspirer la confiance aux consommateurs: le Center for Food Integrity. Cette manoeuvre cherche à semer la confusion car il existe un Center for Food Safety qui est une véritable organisation de lutte contre les aliments-poisons et les chimères.

L’ouvrage de Rachel Carson fut encensé par William O. Douglas qui siégea pendant 37 années comme juge de la Cour Suprême aux USA. William O. Douglas demanda la création de lois pour faire obstacle “ à tous les empoisonneurs de la race humaine du 20 ème siècle”! Cet ouvrage attira aussi fortement l’attention du Président Kennedy qui ne vécut pas assez longtemps pour pouvoir prendre des dispositions efficaces mais qui cependant eut le temps de faire voter le Pesticide Act.

La traduction française de l’ouvrage de Rachel Carson fut préfacée par le président de l’Académie Nationale des Sciences, Roger Heim, qui déclara en 1963: « On arrête les “gangsters”, on tire sur les auteurs de “hold-up”, on guillotine les assassins, on fusille les despotes - ou prétendus tels - mais qui mettra en prison les empoisonneurs publics instillant chaque jour les produits que la chimie de synthèse livre à leurs profits et à leurs imprudences?»

Qui mettra en prison les empoisonneurs publics?

Mais peut-être le tout nouveau président élu de la France qui s’est engagé à faire émerger plus de moralité et plus de sécurité.

Plus de moralité veut sans doute dire moins de corruption dans toutes les sphères de l’état.

Plus de sécurité veut sans doute dire plus de sécurité alimentaire: une agriculture biologique sur 100 % du territoire, l’interdiction de commercialiser et d’utiliser les fertilisants de synthèse et tous les pesticides, l’interdiction des boues d’épandage, l’interdiction des chimères génétiques et bien sûr l’interdiction de toutes les semences brevetées.

Demain, tout est possible: même une France qui ne soit plus une poubelle agricole génératrice de cancers!

Il faut, quand même, peut-être se dépêcher un peu! Car comme le disait récemment le président de la France, élu et sortant: «aujourd’hui, le temp

Commentaires (1)

1. alerte 09/04/2010

Ces articles sont bien écris et parlent des vrais problèmes de plus en plus grave liés aux mauvaises pratiques agricoles dont les agriculteurs sèmes la destructions de la nature et de notre environnement, c'est à dire notre maison, notre terre, notre lieu de vie !!!
A lire en intégralité.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau